• Alexandre le fermier sadique du Vercors

    Alexandre le fermier sadique du Vercors

    Alexandre aime les femmes, comme tout le monde me direz-vous, sauf que lui a une particularité réellement hors norme : il les enlève et les maltraite avant de les faire disparaître dans le ruisseau des Blandis.

    Niché au creux des poumons, il y a un organe qui s'appelle le cœur. Tous les êtres humains en ont un. Tous sauf lui. A sa place, il y a un bloc de fonte que rien n'atteint. Il mesure 1.80, pèse 90 kilos de muscle et déteste qu'on le contrarie et ne supporte pas la moindre frustration.

    Sa ferme quasiment en ruine est située sur la commune Les bayles, pas très loin de Grenoble où il va chercher ses proies à la gare. Il leur promet monts et merveilles et comme il choisit des femmes en état de faiblesse, elles tombent dans ses filets avec une facilité déconcertante. Son approche est celle d'un séducteur, soi-disant veuf depuis 10 ans qui cherche à recommencer sa vie. Il ne leur cache pas qu'il a des tendances BDSM mais ultra modérées et toujours respectueuses. Son désir est d'après-lui de rendre heureuse la femme qui illuminera son cœur puis de lui permettre de vivre des moments de plaisir en plus d'une vie simple et équilibrée à la campagne à deux pas d'une grande ville.

    Il se montre en cam sur skipe à la moindre sollicitation dans la seule pièce encore en bon état de la maison en exposant en arrière le plan d'une magnifique cheminée en pierre. En espérant le bonheur, ses proies déchantent vite mais alors très vite. Sous prétexte d'entendre un bruit suspect dans sa roue avant droite de sa voiture, il s'arrête sur le bord d'une petite route puis à la première occasion pose un tampon de chloroforme sur le visage de la fille. Elles essaient de résister quelques secondes et se débattent mais entre ses bras ultra musclés et ceux des filles surprises, la lutte est inégale.

    Alexandre le fermier sadique du Vercors

    Enchainée dans un ancien poulailler, Christelle rage, peste et se débat depuis une semaine chaque fois qu'il l'approche et la viole. Il aime sentir cette résistance, cela le fait bander. Si elle s'offrait à lui il n'y parviendrait pas, seule la violence, la souffrance et les rapports de force le font bander. Affamée Christelle a fini par manger comme une chienne, chose qu'elle n'aurait jamais imaginée. Elle a fait voler à coups de pieds les deux premières gamelles qu'il lui a apportées mais la soif a eu raison de sa résistance. Pour ne pas gâcher cette nourriture, il a mis quelques poules avec elle pendant trois jours. Ces innocentes volailles ont commencé par picorer les poids rependus sur le sol puis se sont approchés d'elle pour essayer de picorer les grains de poussières qu'elle avait sur son corps. Ce n'est pas qu'elle est peur des poules, mais mains enchaînées dans le dos, quand elles viennent picorer son corps dans son sommeil elle bondit de peur à chaque fois.

    Alexandre le fermier sadique du Vercors

    Pour la convaincre de lui faire une pipe sans le mordre, il est venu avec sa hache et une énorme buche de bois qu'il a fendue en deux d'un simple coup. « Si tu me mords, je te coupe un pied de la même façon » lui a-t-il dit quand il a introduit son gland fétide dans sa bouche. Ses rapports sexuels sont toujours un mélange de vulgarité et de violence pure. Tout en lui maintenant la tête de sorte qu'elle ne puisse aucunement se dérober, il commence par lui défoncer la gorge puis, en fonction de ses envies, il la viole ou déverse son sperme au goût musqué. Souvent, après avoir recraché et toussé quelques instants elle se met à vomir et pleure toutes les larmes de son corps.

    Alexandre le fermier sadique du Vercors

    Alexandre le fermier sadique du VercorsAlexandre a envie de nouveauté puis de jouer avec des femelles, deux femmes câlinant ensembles sur une vidéo porno lui en ont donné l'idée. Elle s'appelle Angélique, comme bien d'autres filles elle découvre la ferme de l'enfer quand il la dépose nue comme un sac de pomme de terre dans la paille près de Christelle affolée.

    - Je t'ai emmenée de la compagnie ! Dit-il en enchainant les mains d'Angélique à un des gros anneaux d'acier rouillé par le temps. On va bien s'amuser les filles et puis, vous pourrez vous câliner et baiser toutes les deux pour le plaisir de mes yeux ou pour vous réconforter. Allez roulez-vous une pelle salopes !

    Les filles sont éberluées par ce qu'elles viennent d'entendre, elles se regardent un instant avant de se mettre à pleureur de concert. Dans la tête d'Angélique l'horreur vient de s'installer quand elle a compris quel serait son nouveau mode de vie.

    Alexandre isère sadique

    Alexandre isère sadique- Hmm ! Je suis sûr que cette fille va nous faire passer d'agréables moments! Dit-il avant de ravaler sa morve d'un coup de snif bruyant. Allez embrassez-vous ! Lance Alexandre très excité par ce concert de pleurs.

    Si Christelle est prête à faire ce qu'il demande pour ne pas être fouettée, il n'en est pas de même pour Angélique qui n'arrive pas encore à admettre sa nouvelle condition de vie. Elle tire comme une dératée sur les chaînes mais en vain, elle est bien piégée. Christelle quant-à elle se recule pour ne pas prendre les coups de pieds que donne sa nouvelle compagne en proie à la panique. Alexandre interprète cela comme de la rébellion, un refus pur et dur des femelles de son cheptel. Il saisit son énorme fouet noir et s'approche d'elles avec un sourire carnassier posé sur les lèvres.

    Alexandre le fermier sadique du VercorsRoulées en boule, elles essaient de protéger leur visage, les coups de fouet d'une violence rare s'abattent sur leurs corps agités de soubresauts de douleur. Les cris qu'elles poussent galvanisent le fou du Vercors qui s'en donne à cœur joie. Christelle supplie Angélique de faire ce qu'il leur demande et s'approche d'elle. La voir commencer à embrasser le visage baigné de larme de sa nouvelle victime le calme un peu, ni une ni deux il ouvre son pantalon et se branle comme un malade puis vient éjaculer sur ses victimes sans tarder tant cette séance de fouet et ces cris l'ont excité.

    Deux jours plus tard, affranchie par Christelle, Angélique n'oppose plus de résistance pour manger ou boire. Pour les câlins lesbiens non plus quand il vient prendre son moment de spectacle à une nuance prêt, elles doivent se lécher les « trous » même quand il y a déversé son ignoble semence. Ce qu'il affectionne, c'est les voir s'embrasser ou se brouter la chatte en faisant un 69.

    Récit érotique hard viol abuseAngélique est étendue sous Christelle, elle s'applique à faire ce qui lui est demandé quand soudain dans son champ de vision, elle voit apparaître son pénis gorgé qu'il masturbe à pleines mains. Quand il s'allonge sur elles, Angélique est aux premières loges pour assister à un viol. La pénétration est brutale, sauvage, l'assaut du bélier de chair dure et brûlante ravage son sexe un instant avant de prendre un autre chemin plus étroit.

    Alexandre sourit à la pensée des cris à venir quand l'étroit conduit va devoir gober sa grosse bite. Ses yeux exorbités par l'effroi reflètent la haine de Christelle puis la douleur intense qui ravage ses reins quand il entreprend de l'enculer. L'idée qu'elle va être forcée par derrière comme une bête par ce monstre la rend malade de dégoût, de honte et de terreur. D'une seule poussée il s'enfonce dans l'anus vierge et contracté. Christelle pousse un cri de bête blessée en se débattant inutilement sous Alexandre, dont la force herculéenne a toujours raison de la résistance des filles. Par chance si l'on peut dire ainsi, Alexandre est un éjaculateur précoce, il déverse rapidement un flot de sperme épais en son ventre profané.

    Alexandre parti, Christelle est accroupie, la respiration haletante de cette horreur qu'elle vient de subir, elle peine à trouver des mots, elles pleurent silencieusement l'une contre l'autre. Angélique embrasse doucement sa sœur de peine pour essayer, non pas de la consoler, mais pour l'aider à surmonter l'horreur qu'elle vient de subir.

    10 HEURES

    Si l'anneau d'acier a résisté à la force d'une fille, face à la force du désespoir de deux filles acharnées et décidées à survivre, le ciment a fini par céder. Le paysan qui n'a eu d'autres choix que d'arrêter son véhicule pour ne pas les écraser n'en croyait pas ses yeux. Quand il est descendu de sa camionnette et qu'il a vue ces deux femmes nues, le corps strié de la tête aux pieds enchainées à un anneau, il a commencé par faire le signe de croix.

    6 HEURE LE LENDEMAIN

    Un bataillon de police encercle la propriété, le GIGN est prêt à intervenir. En guise de réponse aux sommations, Alexandre a tiré un coup de fusil. Trois heures plus tard, le préfet donnait l'ordre attendu car les regroupements faits par les inspecteurs de police, localisaient enfin le tueur en série du Vercors considéré comme une bête sadique.

    Les trois tireurs délite dépêchés sur place attendaient le moment crucial pour en découdre avec ce tueur qui tirait sur tout ce qui bougeait autour de sa ferme. Quand le volet de bois est parti en éclat sous la charge d'explosif, une balle de fort calibre est entrée entre les deux yeux d'Alexandre emportant avec elle l'histoire de 18 autres filles maltraitées et assassinées.

    « Un fou de moins qui ne gâchera pas nos impôts en prison » fut la pensé du tireur d'élite.

    TSM Journaliste de fessestivites.

    Les 122 horribles photos sont ICI

    http://www.fessestivites.com/fre/Article/27_Hard-OU-tres-violent/albums/4263_Alexandre-le-fermier-sadique-du-Vercors.html

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :