• Certains réseaux sociaux virent les libertins, une solution existe

    Lorsque vous publiez des photos trop osées, vous êtes parfois sanctionnés ou totalement exclus des réseaux sociaux.

    La solution développée par certains d'entre vous est de créer les galeries sur www.fessestivites.com et de publier le lien sur les réseaux sociaux".

    AVANTAGE pour les réseaux sociaux et les membres.

    • Les photos ne sont plus sur les serveurs des réseaux sociaux accueillant des mineurs mais sur Fessestivites.com qui est un site interdit aux mineurs. Le problème est résolu.
    • Publier des photos sur Fessestivites.com est gratuit.
    • Avec un copier / coller le problème n’est plus si vos propos sont modérés.

    Les signes de ralliement pour indiquer que vous êtes un peu plus que « vanille » ou fleur bleu sont des photos ambigües avec écrit dessus : membre du réseau Fessestivites. Voir les exemples ci-après.

    D’autres membres ont décidé après s’être fait « virer » x fois même avec des photos de « blanche neige » pourtant toute habillée, de ne plus adhérer aux réseaux sociaux qui profitent de leurs « clics » pour vendre des espaces publicitaires. 

    Pin It

    votre commentaire
  • Paul rêvait d’avoir une Maîtresse qui gérerait les clés de sa cage de chasteté. Dans ses fantasmes les plus fous, cette Maîtresse devenait son épouse et une reine gynarchique avec laquelle il vivrait une vie paisible ponctuée de fessée et petits recadrages. Mais hélas comme chacun sait, entre le fantasme et la réalité même si certains sont prêts à passer du virtuel au réel, les dominatrices sont rares.

      Lorsqu’il a appris que le site www.fessestivites.com permettait aux célibataires désireux de vivre les plaisirs de la cage de chasteté en se faisant encager et gérer à distance, Paul s’est mis à étudier attentivement ce qui était proposé comme une alternative à ses fantasmes.

      Pour une vingtaine d’euro, le site proposait d’adresser par la poste un cadenas à combinaisons sans la combinaison avec un dispositif permettant de masquer les chiffres pour s’encager seul puis d’adresser un certains nombre de jours plus tard la combinaison par email.

     Qu’est-ce que je risque à essayer pensa Paul, et puis vingt euro si je me fais escroquer, je n’en mourrai pas.

      Il commanda donc son cadenas sans combinaison le mardi 5 juin et choisit de s’auto encager quelques jours en commandant sa libération par email pour le 14 juin. Sa commande fut traitée dans des délais si brefs qu’il eut le 7 juin l’agréable surprise de trouver une enveloppe cartonnée dans sa boite à lettre. Fou d’excitation, il dut prendre une douche presque froide pour parvenir à encager son Popaul refusant de baisser le garde.

      Le sexe enfin logé dans son tube et le cadenas posé, il retira le dispositif masquant les chiffres et se trouva encagé. Pour fêter ça, il s’ouvrit une bouteille de champagne dont il consomma avec excès une bonne partie en surfant sur le site fessesivites.com ce qui généra à certains moments de sérieuses crise du logement en sa cage de chasteté. Vers onze heure, il s’endormit comme un bébé mais sa nuit fut perturbée par des songes érotiques fous et quelques irritations et douleurs dues à des érections monumentales. Fessestivités.com lui avait conseillé de passer une pommade avant de se coucher mais entre ses délires et le champagne….

      « A 40 ans je me fais punir par un site » ! Pensa Paul en se traitant de fou.

      u petit matin, l’érection matinale le rendit fou d’excitation bien plus qu’à l’accoutumé. Sa première journée d’auto encagé mais pour la première fois sans clé de secours fut elle aussi diabolique. Le fait d’être réellement « piégé » décuplait ses songes coquins et ses sensations. En sortant de son travail, il se rendit à la pharmacie pour acheter la pommade conseillée par fessestivites.com et suivit attentivement cette fois les conseils reçus avec son cadenas pour ne pas avoir des problèmes d’hygiène.

      Pendant les deux jours et deux nuits qui suivirent, son excitation devenait grandissante au point qu’il se surprit à agiter ses fesses sur son fauteuil en surfant. « Je me prends pour une chatte en chaleur et devient fou » furent ses pensées. L’excitation grandissante, il se surprit à jouer avec les sensations détournées le quatrième jour en se pinçant les tétons et en se mettant presque honteux un petit jouet dans les fesses la Maîtresse de ses fantasmes les plus fous lui imposant des folies pour l’humilier. Peu enclin à dormir, Paul dévora quelques textes du site et s’abandonna sur le forum. Pris d’un impérieux besoin de parler, à son tour, il fit des confidences et partagea son expérience.

      Ce coup de canif à sa pudeur allait changeait sa vie.

      Une Maîtresse lui répondit, la discussion s’installa mais elle semblait douter qu’il ait commandé ce fameux cadenas proposé par le site. Ils parlèrent des fantasmeurs qui racontent parfois n’importe quoi mais pour Paul à la moralité sans reproche question franchise et droiture, ce fut presque une insulte. Prêt à tout pour la convaincre de son honnêteté, il lui proposa de faire des photos et de les lui adresser par email mais elle refusa, des photos de mecs montrant leur cage de chasteté, il y en a des millions. En lui ordonnant de faire une photo de son sexe encagé avec un papier indiquant « pour Maîtresse Dana » elle aurait la certitude que c’était bien lui sur la photo.

      Qu’il réalise les clichés demandés et les lui adresse une demi-heure plus tard surprit cette femme célibataire prof de musique le jour et domina le soir sur le net. Dana fut émue et très excitée par ce que venait de faire Paul pour elle, même si au départ ce n’était que pour lui prouver qu’il ne mentait pas. Elle se piqua au jeu tout comme lui, c’est ainsi que pour la première fois de sa vie Paul montra à quelqu’un son sexe encagé via le tchat du site et sa webcam.

      Félicité pour son courage par Dana, Paul eut beaucoup de mal à dormir tant ses pensées et songes érotiques l’excitaient. Tous les pores de sa peau devenaient des capteurs sensoriels. Il se voyait fessé et « contraint » de faire un cunnilingus à cette femme dont il imaginait les courbes délicieuses.

      Le lendemain soir, ils se retrouvèrent sur le forum et se mirent à chatter. Qui des deux était le plus excité, Paul ne pouvait le deviner, mais il sentit bien que Maîtresse Dana s’intéressait à lui et se caressait négligemment en discutant avec lui. Lorsqu’elle lui demanda s’il accepterait de s’encager pour elle, Paul eut les larmes aux yeux de bonheur.

       Commande un autre cadenas mais n’ouvre pas le colis, tu t’encageras pour moi devant ta cam. Je veux cette fois que tu sois chaste 15 jours. Si tu réalises mes souhaits à la lettre, je te laisserai peut-être m’offrir un verre ».

      Paul croyait rêver ! Son fantasme d’appartenance prenait vie ! Il commanda immédiatement le cadenas et lui adressa par email une copie du bon de commande donnant sans même y penser son adresse à une inconnue. Félicité pour son courage et son engagement, Paul devenait fou. Sa nuit fut la pire de toutes en termes de songes érotiques aussi fous les uns que les autres.

      Grosse peur pour la combinaison

      Assis devant son ordinateur, les yeux rivés sur l’écran de sa messagerie, Paul attendait désespérément la combinaison pour 21 heures.

      21 heures 01, rien !

      21 heures 02, rien !

      L’angoisse montait proportionnellement à sa colère envers le site fessestivites.com. Les secondes s’égrenaient lentement comme si c’étaient des minutes.

      21 heures 03, l’email tant attendu arriva enfin. Partit à l’heure prévue, il avait mis trois minutes pour lui parvenir mais ces trois minutes furent angoissantes pour Paul s’imaginant en train de détruire le cadenas ou pire sa cage de chasteté.

      Enfin « libre », il s’abandonna à l’onanisme avec un incommensurable plaisir. Si la semaine fut grisante en termes de sensations, à sa plus grande surprise sa jouissance ne fut pas fade bien loin de là mais très en dessous de l’intensité imaginée. Soulagé et sans cage de chasteté, Paul put enfin profiter d’une vraie nuit de sommeil sans érection intempestives ni besoin de se lever pour aller uriner.

      L’emballage contenant son nouveau cadenas arriva dès le lendemain. Comme promis à la domina de ses rêves, il ne l’ouvrit pas et lui adressa un email lui proposant un rendez-vous sur le net. Par anticipation, il prit sa douche, fit un peu de ménage pour que sa webcam ne dévoile pas son petit côté « bordélique » de célibataire. Maîtresse Dana répondit présente au rendez-vous, c’est ainsi que Paul d’une nature assez pudique réalisa sa première exhibition par webcam.

      Intégralement nu comme exigé par sa maîtresse, c’est devant sa webcam et une spectatrice émue qu’il ouvrit la boite contenant le cadenas et qu’il mit sa cage de chasteté sans tarder pour que son Popaul ne prenne pas trop d’ampleur puis qu’il referma le cadenas en live. Dana le félicita à nouveau et lui promis une surprise en lui demandant si elle pouvait lui adresser quelque chose par la poste. Surpris, il lui demanda comment elle avait fait pour avoir son nom et son adresse en doutant de la discrétion du site. Elle lui rappela qu’un soir, il lui avait adressé une copie du bon de commande pour lui prouver sa sincérité. Le document récapitulant la commande lui avait donné toutes ses coordonnées.

      Prudente, Dana refusa qu’ils se parlent par téléphone, du moins pour l’instant car elle voulait d’abord s’assurer qu’il accepte d’être son soumis et de faire certaines choses. S’il acceptait de les réaliser, elle accepterait de le rencontrer et de prendre un verre avec lui. Pour cet instant de bonheur, Paul était prêt à faire des folies.

      Deux jours plus tard, il reçut un email lui indiquant qu’elle lui avait adressé un petit colis sous la forme d’une grosse enveloppe avec une croix sur la fermeture et qu’il ne devrait pas l’ouvrir avant qu’elle ne lui ordonne. La boite à lettre pris soudain une grande importance aux yeux de Paul qui la scruta deux fois par jour. Elle arriva enfin le lundi, il pesta grandement après la poste pourtant innocente, les facteurs ne travaillant pas le dimanche. Le soir même, à nouveau les yeux rivés sur l’écran, il attendit avec impatience la réponse au message indiquant à sa maîtresse que le colis était arrivé.

      Le rendez-vous « surprise » fut convenu pour 21 heures 30, Paul devrait être nu devant son ordinateur et attendre qu’elle le contacte. Histoire de le faire « mijoter » un peu, elle le laissa attendre 10 minutes avant de se connecter sur fessestivites.com et de lui proposer un tchat. Après les civilités d’usage et la webcam de Paul allumée dévoilant à Dana le torse nu de son soumis, elle lui ordonna d’ouvrir l’enveloppe, chose qu’il fit prestement pour ne pas dire à la sauvage tant il bouillait d’impatience.

      Une culotte en satin !

      L’enveloppe contenait une culotte de femme en satin. Il la remercia par principe sans comprendre ce qu’elle désirait.

    « Je l’ai portée pour toi, c’est un cadeau que je te fais, met-la dans ta bouche » écrivit Dana.

      Pour plaire à sa maîtresse Paul s’exécuta immédiatement en peinant un peu, pour la faire entrer entièrement.

     « Bravo, maintenant lève-toi et fait moi voir ta cage de chasteté ».

      Encore une fois, Paul s’exécuta face à sa webcam. Son excitation était telle, que sa verge tendue à rompre poussait la cage vers l’avant en étirant cruellement ses testicules.

      « Tourne-toi et fais-moi voir tes fesses »

      Paul s’exécuta très gêné. Ne sachant que faire de ses mains, il les posa derrière sa nuque et ne vit l’ordre suivant qu’après deux ou trois minutes. Troublé jusqu’au plus profond de son âme, il ne lui était pas venu à l’idée de tourner la tête pour regarder son écran.

      « Tourne-toi, recule-toi et mets la culotte que tu as dans la bouche ».

      L’idée de se féminiser n’était jamais venue à Paul. A la lecture de cet ordre, il se mit à rougir et resta stoïque.

      « Je t’ai donné un ordre, ne me fais pas attendre ou tu seras puni »

      Paul, maintenant rouge comme une écrevisse s’exécuta et enfila la culotte en se sentant ridicule.

      « C’est bien, je suis fière de toi. J’ai bien senti que tu as fait un effort pour me plaire, tu seras récompensé vendredi soir si tu es libre. Assied-toi et discutons ».

      Paul lui avoua sa grande gêne mais la remercia de lui avoir permis de vivre cette expérience. La discussion s’orienta sur le fait qu’un soumis doit faire ce que lui demande sa maîtresse et d’être fier de le faire et non pas d’avoir honte de l’acte.

      « Avoir le courage de faire pour plaire à sa maîtresse est un acte de bravoure que beaucoup de vanilles n’ont pas. Je suis fière de toi, et pour me plaire, vendredi je veux que tu viennes avec ma culotte sur toi ».

      Le vendredi soir vers 19 heures

      Paul toujours encagé et vêtu du sous-vêtement féminin faisait les 100 pas devant la brasserie du port en se demandant si sa maîtresse viendrait. Elle lui est apparue comme une sirène, blonde aux yeux bleus comme indiqué avec effectivement quelques kilos en trop mais le charme fou que dégage Maîtresse Dana électrisa aussitôt son cœur. Confortablement installés à la terrasse de la brasserie, ils discutèrent d’une multitude de chose comme s’ils étaient amis depuis des années. Après un bref repas pris sur place, ils marchèrent le long des quais. Paul s’aventura à lui prendre la main, elle ne la retira pas. Une heure et quelques baisers plus tard, ils étaient chez elle. La porte à peine fermée c’est dans une étreinte sauvage et sensuelle qu’ils se vautrèrent sur le canapé comme des amoureux.

      Si la cage de chasteté et le tchat du site www.fessestivites.com leur avait permis de se rencontrer et de se « tester » dans les jeux, cette fois, elle fut un sérieux frein au câlins que tous deux désiraient ardemment.

      Certes, une cage de chasteté n’empêche pas de câliner, mais nous laisserons les amoureux maintenant tranquilles en allant surfer et peut-être même laisser un commentaire sur cette histoire.

      TSM

      N.B Le site www.fessestivites.com prendra effectivement en charge la gestion des cadenas des cages de chasteté à partir du 10 juillet 2011.

    Pin It

    votre commentaire
  • Nous sommes maintenant sur www.fessestivites.com

    Du libertinage à la chasteté, de la gynarchie à la soumission féminine que vous soyez hétéro, bisexuel(e), gay ou lesbienne, vous trouverez GRATUITEMENT sur Fessestivites.com des articles, des témoignages et des récits ou romans du solf au hard.
    Nos soirées privés (gratuites) y sont également annoncées alors rejoignez-nous sur www.fessestivites.com
    TSM

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Nous montons une soirée le 13 FEVRIER dont le titre pompeux est « L’université d’hiver des Maîtresses ». Cela sera donc une soirée COUPLE avec homme soumis. (PAS D'HOMME SEUL) 

    L’idée est d’échanger des idées, de nous amusez un peu grâce à des modules dit de « formation ». Comme chacune de nos soirées, un programme est établi mais vous serez libres de participer ou non à certains modules.

    L’après-midi et la soirée sont limités à 4 couples dont nous. A l’heure ou je vous écrits, deux couples sont déjà positionnés. Ne tardez pas.


    Pour nous contacter, (APRES AVOIR LU TOUT L'ARTICLE) toto.tsmdeux@laposte.net

     

    NOTEZ qu'après quelques échanges, si vous ne nous donnez pas un numéro de téléphone fixe et un horaire pour vous contacter, nous ne pourrons vous inviter en notre logis.

    Les TSM

     

    douleur-plaisir.jpg

    Au programme :

    Accueil par les TSM et leur(s) soumis

    Petite collation pendant que les soumis se mettront en tenue et seront pris en charge

    Test de la reconnaissance.

    Pony-play sur gazon si le temps le permet

    Apéro musical SM avec cours ou dictée de rythmes sur fessiers

    Repas avec mignardises DS et Sm

    Star académie SM avec plaisirs divers et variés en fonctions des inspirations des Maîtres.

    Présentation de divers modules de domination avec la participation de chacun en fonction de ses goûts.

      Jolie.jpg

    Programme détaillé

     

    1°) L’entrée en matière avec le pseudo « prêt » ou « location » de soumis.

    Prise en charge des soumis sur un parking de la maison. Mise en tenue, (apportez vos tenues) et positions d’attente avec entraves dans l’annexe pendant que les Maîtresses se retrouvent à la maison et prennent une petite collation.

    Temps d’attente avec entraves réelles. (Pour gérer l’arrivée en décalée des autres couples) Le fait d’attendre et de ne pas voir les autres maîtresses fera vibrer les soumis.

    Nous irons ensuite avec les Maîtresse chercher les soumis et contrôlons la « marchandise » puis leur faisons passer des tests en votre présence.

    Le respect de l’heure sera un impératif pour tous ou le plan foirera.

     

    2°) Jeux de la reconnaissance

    Les soumis seront aveuglées et entravées, ils devront reconnaître les mains de leur maîtresse.  

    Pour ne pas qu’ils trichent avec les odeurs, ne vous parfumez pas ce jour là.

    3°) Pony-play (si le temps le permet)

    Ou galette des rois SM s’il pleut

    4°) Apéro musical SM avec cours ou dictée de rythmes sur fessiers

    Jeux de rythmes à la cravache (soft ou non) accompagnés au piano par Maître TSM professeurs détenteur du diplôme de cravache du CNFR. (Conservatoire National des Fessées de Région)

    5°) Repas avec chaises « piégées » + service/sévice sur soumises

    Jeux divers avec humour grinçant… comme gamelle, mains entravées, ou autres délires comme « tu seras mes yeux, je serai tes mains », ….

    6°) Spectacles et petites réjouissances

    Star académie SM (Nouveau jeu bientôt sur M6)

    Tests de divers matériels et gestion des modules par les Maîtresses qui désirent participer de façon active.

    (Comme ce sont bien souvent les hommes qui gèrent les contacts internet, la liste des modules ne sera donnée qu’aux Maîtresses par email ou par téléphone).

    ORGANISATION PRATIQUE

    Prix : Gratuit, chacun participe.

    Prévoir du lubrifiant, des gants et une boite de préservatifs, nous en mettons sur TOUS les objets pénétrant.

    Les TSM offrent le repas

    Un couple le vin et le champagne

    Un couple le gâteau et les mignardises de l’apéro

    Un couple l’apéro (pastis, Wisky , un vin cuit)

     

    Heure d’arrivée PRECISE pour avoir le temps de faire du pony avant la nuit et gérer les jeux 1 et 2 sans se presser.

    15 h 20 pour le premier couple

    15 h 45 Pour le deuxième

    16 h 05 pour le troisième.

     

    Si vous souhaitez aveuglez votre soumis avant d’arriver pour générer une grande pression et le faire vibrer sans gêner le public ou la police, ci-dessous la solution :

    Mettre des disques à démaquiller sur les yeux et les faire tenir en entourant la tête d’un bandage médicale. (Type entorse) Cela aveugle très bien et les personnes qui vous voient imaginent que vous ramenez quelqu’un de l’hôpital.

     

    Tenues des soumis pour le côté pratique des contrôles et du pony.

    Tenues fétichistes ou féminines au choix

    Attention, si pony, les talons aiguilles posent des soucis dans le gazon. Prévoir également des chaussures sans talon.

    Collier ou autres à votre convenance.

     

    SM soft ou hard et quelles pratiques ?

    Chacun a son niveau de jeu, rien n’est imposé.

    Nous ne pratiquons pas l’échangisme (pénétration) mais rien de vous empêche de le faire si cela compte de vos amusements.

     

    Mode de fonctionnement de nos soirées :

    SEUL l’appareil photo des TSM est utilisable. Les visages et tatouages seront masqués avant envoie aux participants.

    En venant chez nous, vous aurez nos noms réels et notre adresse. Nous vous demandons de nous donner un numéro de téléphone fixe, ce qui est la moindre des choses nous en conviendrons.

     

    Pin It

    votre commentaire
  •   L'île de la tentation chapitre 10

    Par TSM


    Après le massacre d'un des clients et sa tentative de fuite, ramenée à son box sans ménagement, Aline est au comble du désespoir Toutes ses chances de fuite se sont évanouies, Laura la déteste au plus haut point, Bernard est furieux et elle doit maintenant vivre avec un mort sur la conscience. Le bilan est plutôt lourd et son avenir compromis dans un lieu abominable où elle n'est plus qu'un objet de plaisir, sans âme et sans désir qu'on utilise à l'envie, sans considération ni attentions simplement humaines.

    Dans son box elle est solidement entravée avec un gros collier d'acier autour du cou comme une bête. Ecrasée par le désarroi elle pleure sur son sort, sort qui ne peut être fait que de déchéance absolue et de terribles souffrances qui la conduiront à une mort certaine. Elle sait qu'elle ne peut plus depuis aujourd'hui rêver d'une hypothétique libération. Ils vont la tuer, mais avant joueront avec elle comme un chat avec une souris ou pire encore, s'ils ne la tuent pas, ils la vendront à un bordel.

    Bernard est partagé entre l'idée de se débarrasser d'Aline et d'en faire une pouliche de course un peu particulière. Certes, des filles il peut en trouver facilement, voire même en massacrer pour son seul plaisir, mais contre toute logique, cette jouvencelle le fait fondre. Aux songes affectifs qui animent ses réflexions, se rajoute le défi du dompteur, tuer un animal sauvage est facile mais le dresser pour qu'il vous mange dans la main est grisant. En fin d'après-midi, il se rend aux écuries. Dès son arrivée, terrassée de peur elle se plaque d'un réflexe inutile contre le mur de pierre bien qu'il n'ait aucune cravache dans les mains.

    - Tu n'es pas docile mais peut-être est-ce parce que tu n'as pas compris ce que tu es aujourd'hui, alors je suis plus pour la pédagogie que la répression, je vais t'expliquer. Tu es ici chez moi et ne semble pas comprendre que tu as bien moins de valeur qu'une esclave qui me servirait. La jeune fille que tu étais est devenue un animal avec lequel on peut jouer à loisir. J'ai tous les droits sur toi, je peux te garder en vie ou te donner la mort. Tu as énormément de chance car tuer ne m'amuse pas, mais je n'hésiterai pas une seconde si tu te rebelles à nouveau comme tu l'as fait aujourd'hui. Dans un moment de désespoir tu pourrais avoir envie de me pousser à bout pour mettre fin à ton calvaire en imaginant une mort rapide, alors pour t'en dissuader, je vais t'éclairer sur la triste fin de certaines pony-girls rebelles.

    Aline tremble de tout son corps au fil des explications qui lui sont données d'une voix lente et posées.

    - J'organise de temps en temps un week-end ou les clients ont le droit de jouer avec les filles avec comme seule limite de les garder en vie le premier soir. Le dimanche matin, il y a une battue à l'ancienne. Les filles, lâchées dans la nature, disposent de trente minutes de liberté pour essayer de fuir avant que l'on ne lâche les chiens. Les armes des chasseurs sont équipées de flèches hypodermiques. Elles injectent un tranquillisant ayant pour objectif de ralentir la course du gibier sans l'endormir car si le gibier tombait à la première, cela ne serait pas amusant. Lorsque la femelle est capturée, les clients assoiffés de sang, jouent avec les filles comme des chats avec une souris. Certains les violent à nouveau, d'autres jouent du fouet pour les empêcher de fuir. Pour clôturer la journée de chasse, le gibier est ramené au haras où il est solidement ficelé à une broche pour le faire rôtir vivant au feu de bois. Cela prend un certain temps, c'est inhumain mais les hurlements des filles amusent les adeptes qui ensuite se font prendre en photo en train de découper leur trophée. Rares sont ceux qui en mangent vraiment, mais il y en a qui aiment ça.


    A l'écoute de toutes ces horreurs, Aline décomposée s'écroulerait si elle n'était pas maintenue par les entraves. Au fil des abominables explications, des images de film d'épouvante lui traversent l'esprit, sauf qu'ici ce n'est pas un film mais bien d'une réalité. Elle s'imagine les pauvres filles traquées, battues à mort, puis poussant des hurlements démentiels sur les énormes tournebroches qu'elle a vus dans la cours. Prise d'un haut-le-cœur, elle s'appuie tant bien que mal sur le mur de pierre.

    - Voilà ce qui t'attend si tu ne fais aucun effort pour me plaire. Dois-je organiser une chasse ?

    Aline dont la bouche est encombrée d'un énorme mors, fait des « non » désespérés de la tête. Sa respiration nasale est bruyante, rapide, ses yeux embués permettent à Bernard de comprendre que son exposé a fait mouche et que cette fille va lui manger dans la main. Laura va être furieuse mais il n'en a que faire, elle ne l'amuse plus et le « gonfle » prodigieusement avec ses crises de jalousie.

    - Prouve-moi que tu es prête à tout pour me plaire ! Dit Bernard en ouvrant le cadenas la maintenant debout par son collier.

    Le premier réflexe d'Aline est de s'agenouiller à ses pieds avec les mains jointes comme à la prière mais elle se fait rabrouer immédiatement.

    - Un animal ne prie pas, idiote, il lèche les mains et les pieds de son maître. Libère ta bouche et fait-moi voir combien tu aimes ton maître, mais aussi, combien tu as envie de vivre.

    Les mains tremblantes d'Aline la libèrent de son mors, aussitôt fait, elle saisie les mains de Bernard et les embrasse avec la conviction du désespoir.

    - Lèche-moi les pieds ! Fait-toi chienne, remue des fesses en même temps.

    Dans la tête d'Aline, les images de filles hurlant sur une broche érodent sa réticence à embrasser des bottes sales et elle les lèche en tirant bien la langue pour faire voir son application.

    - Bien, je vois que tu as compris ton intérêt. Relève-toi et regarde-moi dans les yeux.

    - Bien monsieur. Répond Aline par réflexe. 

    Une gifle part aussitôt, lui fait tourner la tête et lu arrache un cri.

    - Un animal de parle pas. L'aurais-tu oublié ? Tu es d'accord que ce que tu as fait aujourd'hui est inadmissible et que tu dois être sévèrement punie.

    Aline agite la tête en signe d'affirmation, malgré les crampes d'estomac lui vrillant le ventre.

    - Pour me prouvez ta soumission, tu vas aller me chercher le fouet et les grosses menottes noires en cuir, celles avec qui se ferment avec trois lanières.

    En se précipitant pour ne pas le mettre plus en colère, elle pleure toutes les larmes de son corps mais ne tentera rien traumatisée par ce qu'il vient de lui expliquer. A son retour, elle découvre que Bernard l'attend dans l'entrée, un tabouret est posé sous le crochet de la poutre où elle a souvent été lavée et étrillée.

    - Passe les grosses menottes, monte sur le tabouret et attache-toi toute seule avant de te suspendre pour ta punition. Lui ordonne Bernard en récupérant le fouet au passage.

    Elle s'exécute mais ses tremblements ne l'aident pas à s'attacher seule ni à refermer les lanières. Ne parvenant pas à les lier entre-elles par un gros mousqueton, Aline lui tend les poignets sans même oser le regarder. Il unit calmement les poignets et la pousse vers l'anneau de l'enfer. Après être montée sur le tabouret, Aline lève les bras, mais ils ne semblent pas vouloir l'écouter ni bloquer le gros mousqueton dans le crochet. Un coup de fouet sur le sol la rappelle à l'ordre, d'un geste brusque elle s'exécute et manque de tomber. Un autre coup de fouet claque, Aline fléchit les jambes pour se suspendre et d'un geste désespéré chasse le tabouret. Ses pieds touchent à peine le sol, son magnifique corps tendu et offert au bourreau tremble en attendant d'être déchiré. 

    La lanière du fouet siffle aussitôt pour la surprendre dans ses horribles songes. La douleur fulgurante du premier coup lui arrache un hurlement, le premier coup lui fait l'effet d'une brulure sous le sein gauche et tout autour de son corps. Ses jambes se replient par réflexe, le coup suivant claque sur ses cuisses en générant les mêmes effets. Les cinglées répétées marquent sa peau de lait de stries rouges en la faisant bondir et hurler à chaque fois. Très vite la fatigue envahit ses bras et ses épaules, des crampes tordent effroyablement ses muscles, le souffle lui manque, elle est convaincue que sa mort est proche. La souffrance endurée devient atroce, ses cris d'agonie résonnent longuement avant de se  muer en gémissements.

    Sa punition terminée, elle n'aide guère Bernard à la décrocher tant elle est épuisée. Il l'a prend sur son épaule comme un vulgaire sac de pomme de terre pour la coucher sur un tréteau. Son adorable petit cul l'a trop excité, il le lui faut tout de suite. Pour parfaire son recadrage, il ordonne à Aline d'écarter ses fesses et de le lui offrir en guise de soumission. Après avoir été fouettée au sang, elle s'exécute sans même réfléchir et n'oppose aucune résistance à la pénétration de son étroit orifice malgré la douleur qu'il génère en la prenant sans aucune précaution.

    Laura entre soudain et se met à lui faire une scène de ménage avec un tsunami de mots vulgaires. Fou de rage, Bernard se retire des petites fesses pour donner une paire de gifles retentissantes qui n'ont pas l'effet escompté. Laura hurle sa colère et sa jalousie puis commet l'erreur de sa vie en levant la main sur le maître des lieux. Le coup de poing qu'elle reçoit en pleine figure met aussitôt un terme à ses cris.

    .......................

    Lorsqu'elle reprend conscience entravée dans le même box qu'Aline, pieds et poings liés, la tête maintenue au sol par une chaîne et un collier d'acier, elle réalise avec horreur sa nouvelle condition et mesure l'étendue de sa déchéance aux pieds même de celle avec qui elle s'est amusée. Dans sa tête l'horreur s'installe aussitôt, car connaissant bien le mode de fonctionnement de Bernard, elle vient de comprendre quel sera son nouveau mode de vie. La dramatique de la situation lui vrille le ventre, elle tire en vain sur ses entraves puis fond en larmes aux pieds même de celle qu'elle a martyrisée et insultée il y a peu.

    A suivre

    TSM

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique