• L'aventure de Sacherm (réel) Le couple TSM réçoit un soumis

    L'aventure de Sacherm (réel)

    Par soumis Sacherm et Monsieur TSM


    Histoire réelle rédigée à la suite de la rencontre de Sacherm avec le couple TSM

    Première PARTIE

    Rédigée par Sacherm


    VENDREDI 27 FEVRIER

    Je recherchais depuis bien longtemps sur le site de sensationSM, une relation BDSM, avec une Maîtresse ou un couple dominant, malheureusement, jusqu'à maintenant tous mes contacts se sont révélés sans réponses.

    Mais voilà un mois, j'ai réussi à entrer en contact avec une Maîtresse, d'un département limitrophe, nous avions un rendez vous de pris, mais un problème de santé, nous a obligé d'annuler celui-ci, de ce fait, nous n'avons pu nous rencontrer, mais le contact n'est pas rompu et une rencontre se profile pour ce mois.

    Ayant peut être actuellement de la chance, ma bonne étoile ne m'a donc pas abandonné, il y a quelques jours, en surfant sur le « chat » je me prends à dire bonjour à Monsieur TSM, qui me répond que mon annonce ne lui plait pas trop, mais le contact se noue. Etonnamment, je me rends compte maintenant que tout c'est fait à l'envers.

    Monsieur TSM m'ayant donné une adresse mail, à laquelle, je m'empresse d'envoyer un profil, ainsi qu'un tableau de mes acceptations, goûts et désirs. Par retour, je reçois un message me demandant si je suis libre le 6 Mars pour une rencontre avec MADAME et des amis à eux, et de fournir un numéro de téléphone afin de pouvoir me joindre, je réponds aussitôt « oui »,  un nouveau message rectifie le tir, me demandant si je suis libre ce Vendredi, ma réponse, « désolé je travaille ce week-end ».

    Hier en début d'après midi, je reçois un appel de Monsieur TSM, au cours de la discussion, je lui dit après réflexion qu'il doit m'être possible de me faire remplacer, (l'envie et le manque de subir depuis si longtemps a été la plus forte), mais que je dois attendre le soir 19h00  pour contacter mon collègue de travail afin de savoir s'il lui est possible de me remplacer au pied levé. La conversation continue et au cours de celle-ci, Monsieur TSM me dit « tu as reçu notre mail n°1 intitulé recherche d'un soumis », je lui répond que « non ou alors, qu'il a dut passer à la trappe », ce qui m'étonne toutefois, il m'en fait donc un envoie, à l'ouverture du message, je m'aperçois que je ne l'avais point reçu, (ce qui me fait dire au début, que tout à commencer à l'envers).

    A la lecture de ce document, je m'aperçois que je suis en relation avec des personnes sérieuses, non vénales et qui conçoivent la relation BDSM, comme je la voie aussi. Donc hier soir, je contacte mon collègue de travail qui accepte de me remplacer, aussitôt, je téléphone au numéro que l'on m'a donné pour signaler que j'ai réussi à me libérer pour cette rencontre.

    Un peu plus tard, un nouveau mail tombe sur ma messagerie, un nom, une adresse, un itinéraire et l'heure à laquelle je dois me présenter et le thème de la soirée : SURPRISE. Il faut vous dire que lors de ma discussion téléphonique avec Monsieur TSM, je me suis ouvert et j'ai plus ou moins décrit comment je conçois la vie de soumis.

    Je me suis couché hier soir excité comme une puce, mais, ce matin au réveil, je suis assailli d'un doute, n'ai-je pas été trop présomptueux de ma résistance et autre, il y a bien longtemps que je n'ai pas subi, de plus Monsieur TSM a bien compris ce que je cherche et j'imagine qu'avec MADAME, ils ont dut me préparer une joli surprise, mais une chose et sûre, je ne suis pas un fantasmeur et je vais assumer, ce soir à 19h00, je serais au rendez vous.

    Il est 15h42. J'ai un gros nœud dans l'estomac,  je viens de prendre un bon bain et de nettoyer mon fondement, avec le tuyau de la douchette.

    17h55, ça y est, c'est l'heure de prendre la route, je préfère partir plus tôt, on ne sais jamais, une crevaison ou autre,  de plus, avec un peu d'avance cela me permet de mieux repérer l'adresse.

    18h40, je suis arrivé, j'ai pu vérifier l'adresse, je suis au bon endroit.

    19h00, je sonne à la porte,  Monsieur TSM m'ouvre, récupère le bouquet de fleur et le présent que j'ai apporté pour Madame TSM, dans la pièce, il y a deux autre personne, je croyais que je serais seul avec eux.

     Monsieur TSM, me présente Madame TSM, qui me tend sa main gantée de noir pour que je la bise, et Isabelle, un soumis féminisé, puis il me prend ma sacoche et mon blouson, me passe une cagoule de cuir, me voilà aveugle,  en même temps, il me dit déjà tu vas être puni pour ce que tu as dit sur Sensation, puis, il enchaîne mes poignets dans mon dos, ainsi que mes chevilles.

    On me fait avancer, on  baisse mon pantalon et mon slip sur les chevilles, puis on me fait mettre à genoux, pour ensuite finir à plat ventre sur un objet, qui je saurais plus tard est une luge, « tu vas servir de table », un plateau est posé sur mon dos, avec  ordre de ne pas bouger, pour ne pas faire tomber ce qui a été posé dessus. J'évite de bouger, n'osant pas imaginer ce qui pourrais ce passer si j'avais le malheur de faire tomber quoi que ce soit.


    Monsieur trouve qu'il manque quelque chose, pour le cas où je viendrais à me perdre, et afin que cela n'arriva, me marque TSM Mr sur la fesse gauche et TSM MADAME sur la droite. Dans cette position, on m'a fait deviner, les objets que l'on passait sur mes fesses, cravache, martinet, fouet. Les muscles de mes bras me tiraient, mais je tenais bon.

    Enfin, l'apéritif se termina et l'on m'enleva le plateau et l'on me fit relever, on me passa une chaîne au cou fermé par un cadenas, aucun collier n'étant assez grand pour mon cou, on me mit une laisse et l'on me guida au piquet ou la laisse fut fixé au mur, je restais debout ainsi, laissant à Monsieur et à Madame, le temps de jouer avec Isabelle.

    Il est temps de passer à table pour Monsieur et Madame, on vient me chercher et l'on m'installe à celle-ci, assis sur la luge, je dois avoir la tête juste au niveau des assiettes, Madame étant au téléphone, Monsieur en profite pour jouer avec Isabelle, au retour de Madame, on me détacha les mains, afin que je puisse faire circuler le sang dans mes jambes, car celles-ci s'enquilosaient avec ordre de ne pas me caresser. Isabelle fit le service,  on ouvrit la fermeture de ma cagoule et Monsieur, commença  à me donner à manger, puis ce fut au tour de Madame, qui me demanda, si je voulais boire, je répondis affirmativement et l'on me fit boire au biberon, pour le second plat, je dus me débrouiller tout seul, on me mit juste la fourchette dans ma main. Le repas fini, on m'enleva le masque, afin que je puisse finir de débarrasser pendant qu'Isabelle faisait la vaisselle, puis je servi le café à Monsieur et Madame et eu la permission de m'en servir un.

    Madame, me passa un foulard sur les yeux afin de m'aveugler et m'entraîna de l'autre coté de la maison, pendant que Monsieur s'occupait d'Isabelle. Madame, me passa un mort entre les dents et m'harnacha, puis me fit mettre à quatre pattes et m'enfourcha, pour une promenade dans la maison, Madame fit une halte, descendit de son destrier, pour lui lubrifier l'anus et lui poser un plug  fixé avec un bondage de corde, puis renfourcha sa bête pour finir sa promenade.


    Au terme de celle-ci, elle me fit allonger au sol et je pense, pris un réel plaisir à me couvrir les fesses et le dos de cire chaude, puis, elle fit pareil pour mon torse et mon bas ventre après m'avoir fait retourner. Je restais ainsi au sol sur le dos, sans bouger, jusqu'à ce que Madame, vienne racler la cire de mon corps, puis elle me fit mettre debout et me dit : « tu a reçu cinquante gouttes de cire sur le dos, tu vas recevoir cinquante coups de fouet et tu vas les compter ».

    Après les cinquante coups dans le dos, Madame me dit : « as-tu une idée du nombre de gouttes de cire que tu as eu sur la poitrine ? », je répondis : « non madame ! », « donc tu vas compter les coups pour savoir  et je reçu en comptant quarante coups de fouet.

    De temps à autre Monsieur passait s'occuper un peu de moi et vérifiait mon érection, car il désirait me passer une cage au sexe, puis, il me fit mettre debout, en appuis les bras tendu sur le canapé, et au rythme de la musique, fit un duo de cravache sur mes fesses et mon dos, De temps à autre, Madame, ou Monsieur me passaient un rouleau à pointe sur le corps, ou jouaient avec mes tétons, les pinçant ou tirant.

    Monsieur, me fit mettre sur le dos pour essayer une fois de plus d'encager mon sexe, mais cela lui fut impossible, car celui-ci dès qu'on le touchait se mettait au garde à vous, l'heure tournant, il fut temps de terminer. Vu que je devais dormir sur place, Monsieur me fit allonger sur le lit, afin de me mettre une couche, qu'il doubla par une culotte en nylon, afin que je ne fasse pas de saleté pendant la nuit, avant de m'entraver les jambes au niveau du genou par une ceinture et les chevilles par une chaîne reliée aux pieds du lit, mes poignet furent aussi enchaînés à la tête du lit, Isabelle, partie après s'être changée, Monsieur et Madame me laissèrent ainsi et partirent se coucher.

    Au matin, Monsieur est venu me libérer, nous avons un peu discuté, puis j'ai servi le café à Madame et à Monsieur, j'ai demandé l'autorisation d'aller au toilette et de poser ma couche, qui m'a été accordé, j'ai préparé une nouvelle cafetière de café, fait la vaisselle du déjeuner, passé l'aspirateur.

    Comme Monsieur n'était pas satisfait d'avoir pu me mettre une cage, après qu'hier soir il eut trouvé un anneau de cage plus grand, et vu que nous devons nous revoir la semaine prochaine, Monsieur, a bien voulu me prêter l'anneau et sa goupille, pour que je puisse essayer de le mettre et ainsi peut être commencer à m'habituer au port de la cage de chasteté.

    Nous nous sommes quitté, et je suis rentré chez moi. Après plusieurs tentatives pour mettre l'anneau, j'ai enfin réussi, il est maintenant 15h30, voilà plus d'une heure trente que l'anneau entoure mes testicules, pour l'instant, je ne ressens qu'une légère gène, bien sur, il manque l'essentiel « la cage », mais je pense que si j'arrive à m'habituer à l'anneau, Monsieur ou Madame, n'auront aucun mal à me la mettre.

    A suivre ........

    Sacherm

    DEUXIEME PARTIE

    Rédigée par Monsieur TSM


    Sacherm raconte l'histoire de notre première rencontre sans fioriture ni mensonge, la soirée qu'il décrit c'est bien déroulée ainsi. Il n'est pas comme ces pseudos soumis fantômes qui fantasment  et nous plantent régulièrement. 

    Mon épouse et moi-même avons beaucoup apprécié le soumis et l'homme, l'homme pour sa droiture, son savoir vivre et le soumis qui effectivement a de grosses couilles au sens propre et au sens figuré du terme car il fallait oser !

    Effectivement, il m'a lors de l'entretien annoncé que puisque tout était dit par email et par téléphone, nous pourrions débuter sans blabla, café et petits fours en débutant avec du viril sérieux. « OK mon grand » ai-je pensé en raccrochant, mais tu n'as pas intérêt à me faire un caca nerveux parce que je te vire !

    Et bien je puis vous dire chers lecteurs qu'il ne nous a pas déçu bien au contraire et que de caca nerveux il n'y en a pas eu ! ! !

    A son arrivée, je suis rentré immédiatement dans le vif du sujet comme décris et il s'est fait engueuler puis recadrer pour une histoire d'âge. Question ambiance de départ, j'avoue ne pas y être allé de main morte. RIRES

    Cela ne faisait pas 2 minutes réelles chrono montre en main que la porte était fermée qu'il était entravé avec de vraies chaînes, de vrais cadenas avec une vraie cagoule sur la tête. Là nous étions bien dans une domination concrète et sans blabla. Il en voulait, il en a eu non mais ! 

    Le 6 mars 2009, nous avons programmé de l'emmener avec nous et notre soumise Alexandra, pour une grosse soirée privée chez Maître Pierre car je sais maintenant que je peux compter sur lui et sa réelle envie de soumission.


    Le thème de la soirée du 6 mars ?


    Le centre de formation TSM and co démarre une session un peu particulière avec au programme :

    Module d'esthétique

    Module d'éducation physique    

    Module de philosophie  

    Module d'Art plastique    

    Module science et vie

    Module vie sociale   

    Comme l'on peut s'en douter, tout cela n'aura aucun rapport avec une véritable scolarité...sauf le bonnet d'âne et les punitions.

    Le centre affiche complet, les places étant réservées aux soumis réels connus par notre réseau d'ami(e)s.

    Monsieur TSM

    http://tsm-textes.over-blog.com/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :