• Fessée Vodka Tagada

    Par TSM

    Fessee_Vodka_Tagada_7.jpg

    Histoire de fessée 100% réelle et vécue

    Malicia, une des filles adeptes de la fessée du réseau fessestivites nous fait l’immense plaisir de venir nous voir régulièrement. Ayant du savoir vivre en plus de sa gentillesse, elle n’arrive jamais les mains vides et nous emmène à chaque fois quelque chose en plus de ses créations…..

    Ses créations sont soit culinaires soit apéro-extraordianires et réalisées avec des bonbons Haribo qu’elle associe à de la vodka et laisse mariner avec quelques ingrédients tenus secret jusqu’à présent. Vodka Banane, vodka Schtroumpf, vodka …… Nous en conviendrons, cette schtroumpfette nous régale donc et à chaque fois nous pousse au vice, chose impensable dans la maison de TSM !!!!!

    SAUF QUE !

    Sauf que, ayant aussi un esprit créatif, schtroumpfette Espiègle a décidé ce week-end de nous pervertir et de nous gâter à sa façon en essayant de reproduire les idées de son amie Malicia. S'y étant prise un peu tard (vers apéro moins le quart), elle dut réfléchir à un stratagème pour que le cocktail couleur de sang soit prêt à temps.
    Bien que l’on ne soit pas dans la série de bande dessinée belge créée par Peyo en 1958 racontant l'histoire d'un peuple imaginaire de petites créatures bleues, schtroumpfette Espiègle a commencé à faire réduire des fraises Tagada directement dans une casserole avec schtroumpfette Kioki-san comme assistante. Cette dernière trouvant drôle qu’il y ait du brouillard en la cuisine s’amusait à faire des photos souvenir d’une pauvre casserole innocente carbonisée.

    La KATA !!!!!!!!

    Le pauvre TSM tout couvert de ramée,
    Sous le faix du fagot aussi bien que des ans,
    Gémissant et courbé tapait à doigts pesants sur ses claviers
    Et tâchait de gagner sa pitance en la chaumine enfumée.
    Enfin, n’en pouvant plus d’effort et ne pouvant plus voir ses écrans,
    Il met bas son mulot, et songe à se rendre en sa cuisine voir ce qu’il s’y passe.
    Quel plaisir a-t-il eu depuis qu’il est au monde ?
    En est-il un plus pauvre en la machine ronde ?
    Point de pain quelquefois, et jamais de repos.
    Sa soumise, les membres, les coquines, les impôts,
    Le créancier, et la corvée
    Lui font d’un malheureux la peinture achevée.
    Il appelle la coupable, elle vient sans tarder,
    Lui demande ce qu’il faut faire
    « C’est, dit-il, afin de te morigéner
    Et t’apprendre avant d’agir à méditer;
    Mais tu ne tarderas guère crois-moi ».
    La fessée vient tout guérir ;
    Mais bougeons d’où nous sommes.
    Plutôt souffrir d’une fessée que mourir,
    C’est la devise des hommes. (Et des femmes)

    Schtroumpfette Espiègle fut donc emmenée manu militari en sa chambre pour une copieuse fessée ayant pour objet de lui apprendre à se renseigner avant d’agir.

    Si les sœurs se soutiennent face à l’adversité, entre elles, les pitreries sont souvent de mise comme les moqueries. Alors que TSM entreprenait de descendre le short et la culotte de schtroumpfette Espiègle pour une fessée grandement méritée, schtroumpfette Kioki-san les ayant suivit à une prudente distance s’amusait à prendre des photos de sa sœur en mauvaise posture sur les genoux de TSM.

    S’il existe la fessée plaisir, la fessée érotique, la fessée que reçut schtroumpfette Espiègle était réellement une fessée digne de la véritable éducation anglaise. La pauvrette se tortillait et essayait sous l’intense douleur de protéger son délicat fessier de ses mains. TSM s’en accorda aisément en la bloquant sans même faiblir dans ses gestes. Sur une des photos, il est aisé de constater qu’une belle marque de main est apparue au début de cette très cuisante fessée.

    La belle Espiègle eut beau gesticuler, à la fessée punitive elle ne put échapper.

    Comme chacun sait, (1) après une fessée il faut un temps pour méditer. TSM accompagna donc schtroumpfette Espiègle au coin de sa chambre en lui intimant l’ordre de ne point bouger. Stroumpfette Kioki-san s’enfuit en voyant que son Maître et fesseur allait sortir et la découvrir. Cachée derrière un des piliers de la terrasse couverte, elle le regarda passer sans faire le moindre bruit avant d’aller immortaliser de son appareil photo les fesses rouges que stroumpfette Espiègle massait en espérant enlever le feu.

    Stroumpfette Kioki-san s’amusa même à lui dire qu’elle avait de belles fesses à claque. (Info rapportée par Espiègle ayant une envie de vengeance en voyant les photos)

    De loin, TSM lui cria de revêtir son fessier et de le rejoindre pour un gâté consolateur qui comme chacun sait (2) fait aussi parti de la discipline domestique. Les yeux mouillés elle jura mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus et qu’elle demanderait la recette de la vodka Tagada à Malicia avant d’agir.

    NOTE DE L’AUTEUR

    Même si cette histoire est romancée et avec une tournure humoristique, les faits quant à eux sont 100 % réels.

    Consulter le profil de « schtroumpfette » Espiègle
    Consulter le profil de « schtroumpfette » Malicia
    Consulter le profil de « schtroumpfette » Kioki-san
    Consulter le profil du père Fouettard TSM

    LA RECETTE (La bonne recette de fraise Tagada de Malicia)
    Dans une demi bouteille de vodka introduire des fraises Tagada coupées en morceau.
    Ajoutez le jus d’un demi citron
    Ajoutez un zeste de sucre de canne
    Agiter fortement la bouteille (Sans faire de commentaire sur le geste)
    Laisser mariner 12 heures à température ambiante.

    Et si vous ne voulez pas être fessée, surtout ne faites pas cuire les fraises Tagada.

    TSM

    Fessee_Vodka_Tagada_2.JPG

    Fessee_Vodka_Tagada_3.JPG

    Fessee_Vodka_Tagada_4.jpg

    Fessee_Vodka_Tagada_5.jpg

    Fessee_Vodka_Tagada_6.jpg

    Faire des rencontres autour de la fessée

    Voir des vidéos fessée spanking

    Forum fessée

    Pin It

    votre commentaire
  • Tu es pour ou contre la fessée ?


    Tu_es_pour_ou_contre_la_fessee.jpg
    - Tu es pour ou contre la fessée ? Demande Sandra à son nouveau copain.

    - Nous en avons reçu quand nous étions enfants et nous n'en sommes pas mort ! Lui répond Alain son nouveau copain en continuant de surfer sur Fessestivites, un site de rencontres où ils se sont connus il y a un mois.

    - Et entre adultes tu en penses quoi ?

    - Les gens font ce qu'ils veulent je m'en tape, mais je trouve que c'est une forme de régression. Nous ne sommes plus des enfants.

    - Moi j'aime bien que l'on claque un peu mes fesses pendant les câlins ! Dévoile Lucie très coquine en caressant la poitrine de son copain.

    Devant son manque de réaction, elle pince soudain ses tétons fortement et lui arrache un cri de mécontentement.

    - Mais t'es conne ou quoi, tu m'as fait mal !

    - Je ne l'ai pas fait exprès, je le jure. Répond Lucie avec un sourire en coin.

    - Heu...... ! Je pense plutôt que tu as envie que je te donne une fessée comme si tu étais une gamine. Avoue !

    - Je ne suis plus une enfant voyons ! Lui répond-elle en pinçant à nouveau les tétons masculin.

    - Oh putain con ! Ah tu veux une fessée, tu vas être servie.

    Lucie mime la fuite dans le petit appartement d'Alain, la poursuite ne dure pas, tout comme la résistance physique de la coquine qui, en un rien de temps, se retrouve couchée en travers des genoux de son amant. La nuisette rouge en satin est prestement retroussée, une claque s'abat sur les délicieuses fesses de l'impertinente. Une seconde suit mais la conviction n'y est pas, Alain est libertin pas un fesseur et encore moins un adepte du BDSM. Pour lui on ne frappe une femme qu'avec une rose et encore, sans les épines. Il n'arrive pas vraiment à concevoir la chose.

    - C'est tout ! Lui indique Lucie en pinçant la cheville de son amant.

    Un brin agacé, il se remet à claquer le fessier cette fois avec beaucoup plus de motivation. Voir les deux hémisphères se tortiller sur ses genoux commence à l'amuser, mais la fessée ne dure pas, il ne sait pas faire ou doser. Même si cette fessée n'était ni longue ni appuyée, Lucie éprouve des sensations très agréables, les caresses de son amant improvisé fesseur finissent de mettre le feu aux poudres de sa libido. Elle glisse doucement pour se mettre à genoux devant Alain, écarte le boxer pour entreprendre une fellation aussi passionnée que gloutonne. Le Popaul ne tarde point à monter vers les étoiles, la vilaine se lève, enjambe son amant encore assis sur la chaise pour s'empaler en lui dévorant les lèvres de baisers fougueux.

    Les langues se mettent à tourner comme des serpents pendant que les corps fusionnent. Quelques minutes plus tard, ils sont en position horizontale sur le lit témoin des précédents ébats souvent fougueux. Le câlin des amoureux est suivi d'une petite discussion sur la fessée qu'elle semble apprécier et chose surprenante, qui semble utile à son épanouissement. Le mot "épanouissement" a franchement choqué Alain mais il n'a pas relevé.

    .....................

    Pendant la semaine, ils échangent sur Fessestivites via le chat ou par téléphone comme deux amoureux éloignés géographiquement. Bien décidé à essayer de garder cette perle d'une rare beauté et ultra câline, Alain se penche sur le sujet de la fessée pour comprendre le pourquoi du comment et ce qui anime sa nouvelle amie. Sur le forum fessée il trouve matière à méditer, il y a des débats parfois très animés où il s'étonne de ses lectures et surtout de ce qu'écrivent les filles qui la "subissent". "Subissent" parce que pour lui, cela fait mal, bien que cela puisse être érotique. Il finit par contacter une des filles par la messagerie en lui expliquant clairement qu'il découvre ce monde avec son amie, que ses intentions ne sont pas de la draguer, qu'il désire juste comprendre. L'approche étant correcte, sa correspondante donne négligemment quelques informations, les échanges prennent de l'ampleur et durent un peu. Ils sont pour lui une réelle source d'informations sur la psychologie du monde de la fessée.

    .....................

    Le week-end suivant, si le vendredi soir n'est que câlins, tendresses et coquineries, le samedi matin, comme un adolescent draguant sa première fille, il s'aventure à gronder Lucie en lui indiquant qu'elle mériterait une fessée pour avoir passé une heure à la salle de bain. En guise de contestation elle lui répond qu'elle est désolée puis, sur un ton très provocateur qu'il faut qu'elle retourne faire son lissage.

    - Tu as 10 minutes, si tu dépasses les 10 minutes tu recevras une fessée aussi longue que le temps supplémentaire que je passe à t'attendre inutilement.

    - Bien monsieur ! Lui répond Lucie en lui indiquant : "vous me tentez"

    Le "vous" le surprend, tout comme la réponse. Cette fois, il va oser et rentrer dans son jeu si elle exagère. Vingt minutes plus tard, elle se pointe au salon avec un sourire radieux et une minijupe particulièrement mini ! En voyant arriver ce chef d'oeuvre de la mère nature ainsi vêtue, il a un coup au coeur, cette jupe est un appel au viol, pas à la fessée. L'envie de la prendre dans ses bras et de la câliner est immédiat, il l'attire sur ses genoux pour un câlin. Sa main glisse sur les cuisses fuselées puis devient plus coquine et découvre qu'elle est nue sous sa jupe.

    - Tu ne comptes pas sortir nue sous cette jupe ?

    - Oups ? J'ai oublié de mettre une culotte, il faut que je retourne à la salle de bain.

    - Tu vas apprendre à tes dépends que la provocation a ses limites.

    Prestement soulevée comme un simple sac de voyage, Lucie se retrouve en travers des genoux d'Alain cette fois décidé à oser la fessée. Physiquement et psychologiquement fesser pendant dix minutes n'est pas chose aisée quand l'on n'a pas l'habitude, mais cette fois, il va tenir sa promesse, la fille du site lui a bien fait comprendre qu'une fessée promise doit vraiment être donnée. Elle a même insisté en lui indiquant que si son amie met la main pour se protéger les fesses, il faut la bloquer et ne pas arrêter. Elle l'a toutefois modéré en lui indiquant que le but n'est pas de la violence et qu'il faut toutefois savoir doser.

    Lors des premières claques tombant sur ses fesses, Lucie comprend immédiatement qu'il a du se passer quelque chose pendant la semaine car son petit ami n'y va pas de main morte. Elle se surprend même à avoir exagéré et à avoir un peu trop provoqué. La fessée devenant cuisante, elle tente de mettre la main pour se protéger, elle est aussitôt bloquée dans son dos. Sous le feu de cette fessée devenant franchement douloureuse, elle tente de remonter les jambes qui sont elles aussi bloquées par la cuisse d'Alain.

    Malgré ses cris, Alain continue de lui claquer les fesses, imperturbable, en regardant l'heure. Les yeux de Lucie commencent à mouiller, cette humidité se transforme en larmes, sa tête tourne, ses fesses deviennent brûlantes. Au bout d'un moment, elle ne ressent plus vraiment la douleur des coups qui pourtant commencent très sérieusement à lui marquer les fesses. Son ventre et sa tête deviennent aussi chauds que ses fesses, quand il s'arrête enfin de la fesser, elle prise de contraction, tout son corps tremble. Elle découvre une forme de jouissance jusqu'à présent inconnue même si ses yeux coulent encore.

    Lorsque Alain l'aide à se relever, il se sent soudain très, très mal en voyant les larmes et le maquillage défait de sa perle. Son moral chute soudain, sa gorge se noue, il est aussitôt convaincu d'avoir fait la bêtise de sa vie. Alors qu'il s'apprête à s'excuser et qu'il est prêt à tout pour se faire pardonner de son idiotie, Lucie se jette dans ses bras en lui murmurant des tonnes de "je t'aime""je t'aime". "je t'aime". "je t'aime". "je t'aime". "je t'aime".

    EPILOGUE

    Le déménagement de Lucie est programmé pour la semaine prochaine, depuis cette fameuse première fessée donnée il y a maintenant six mois, une forme de discipline domestique s'est instaurée pendant leurs week-end en amoureux. Alain est un homme comblé, Lucie a trouvé en un seul et même homme, le fesseur et l'Amour parce qu'il a osé la fessée et qu'une fille lui a donné les bonnes réponses.

    En apprenant qu'ils ont décidé de se mettre en couple, la fille ayant conseillé Alain sur le chat de Fessestivites a fondu en larmes pour deux raisons. La première est qu'elle est d'un naturel très sensible, la seconde parce que si elle rêve de faire une aussi belle rencontre, la dernière avec un fesseur soi-disant célibataire lui a laissé un goût amer, le goût de la tromperie.

    Ecrivaillon



    Accéder au forum fessée

    Voir des vidéos Fessée

    Faire des rencontres autour de la fessée

    Boutique avec des instruments pour la fessée

    Pin It

    votre commentaire
  • Discipline domestique les hommes aussi


    Discipline_domestique_1.jpg

    Si depuis toujours la fessée a une place importante dans l’éducation et compte des pratiques érotiques dans le couple, la voir en application comme dans la vidéo Discipline domestique pour l'homme permet de souligner qu’il n’y a pas que les femmes qui se font punir par fessée.

    La vidéo Discipline domestique pour l'homme postée sur Fessestivites en est un bel exemple car elle ne ressemble en rien à une vidéo commerciale. La femme est réellement en colère après son mari qu’elle recadre au sens propre du terme.

    Pour avoir plus d’impact et faire plus mal qu’avec sa main, elle utilise une brosse à cheveux en y mettant toute son énergie, l’énergie d’une femme en colère….. Ce n’est pas parce qu’une femme a des bras plus fins qu’elle manque de force et que ses fessées sont douces.

    Un petit sondage a été créé sur le forum Fessée du site pour savoir votre position vis-à-vis de la discipline domestique réelle. Par réelle, nous ne parlons pas d’érotisme mais bien de punition.

    Il n'y a pas que la fessée dans la discipline domestique, la fessée donne seulement un cadre à ce sondage.

    LES QUESTIONS DU SONDAGE DU FORUM FESSEE

    Aimeriez-vous mesdames pratiquer la discipline domestique et punir REELLEMENT votre mari en le fessant ?

    Accepteriez-vous REELLEMENT messieurs que votre épouse pratique la discipline domestique et vous punisse avec la fessée ?

    Mesdames accepteriez-vous REELLEMENT que votre mari pratique la discipline domestique et vous punisse par la fessée ?

    Messieurs accepteriez-vous REELLEMENT de punir votre épouse par la fessée ?

    Nous pratiquons déjà la discipline domestique (Homme fessé)

    Nous pratiquons déjà la discipline domestique (Femme fessé)

    Le mot REELLEMENT est volontairement en gros et répété pour bien différencier le plaisir érotique de la fessée et la réelle discipline domestique. Merci de ne pas confondre dans vos réponses sur le forum fessée.

    Webmaster

    Répondre au sondage sur la Discipline domestique

    Accéder au forum fessée

    Voir la vidéo Discipline domestique les hommes aussi

    Faire des rencontres autour de la fessée

    Boutique avec des instruments pour la fessée

    Pin It

    votre commentaire
  • Comme une évidence,

    chat_hug.jpg

    Récit de la rencontre entre une jeune femme et un couple pratiquant la fessée et la discipline domestique

    Il était là, assis sur le canapé, les bras ouverts. Il m'attendait.

    Souvent, lorsque je l'y rejoignais, nous y partagions de claquantes expériences. Tantôt je me débattais sous les foudres de sa colère issue de quelque gronderie, luttant contre les larmes qui piquaient les yeux, les claques résonnant à mes oreilles et brûlant ma peau, pleine de tristesse d'avoir déçu mon fesseur, tantôt je m'y tortillais, un petit sourire aux lèvres, qui s'entrouvraient parfois en un gémissement, laissant monter de mon ventre le plaisir qui terrasse.

    Mais aujourd'hui, c'était un jour spécial. Parfois lorsque je demeurais muette, Il me grondait. « Je ne suis pas là que pour te claquer les fesses ! Un ami est aussi là pour te soutenir dans les moments difficiles. »

    Sur Fessestivites, je cherchais au départ un fesseur. Pas un ami, surtout pas un petit copain, simplement un fesseur. Froid, sévère, sadique. Celui qui saurait m'imposer des règles, auxquelles je n'étais même plus sûre de vouloir réellement obéir. Le fesseur classique, de la représentation populaire. Je m'y suis inscrite impertinente, volontairement provocatrice et distante, refusant de trop en dire, refusant de m'impliquer, car parfois l'amitié est trompeuse, décevante, et blesse inutilement. Mais peut-on vivre sans amis ?

    C'est un petit chat sauvage qui a découvert ces pages, se brûlant quelques fois les moustaches sur le dépit destructeur de quelques frustrés qui, lorsqu'ils parviennent à faire illusion suffisamment longtemps pour faire des rencontres, finissent par tomber le masque et s'ajoutent à la liste des espérances déçues. « Il ne faut rien attendre de personne, m'avait-Il dit, ainsi tu peux profiter de ce qui vient sans déception. »

    Je n'ai rien attendu, Monsieur. La relation s'est simplement imposée, au fil des week-ends, au fil des rencontres, les pique-niques, les moments de simple partage entre nous trois. Parfois, l'amitié se fait simplement évidente. J'ai trouvé deux amis formidables. On dit qu'on ne choisit pas sa famille, mais qu'on peut choisir ses amis. Parfois, un lien amical est bien plus fort qu'un lien de sang. J'ai trouvé un fesseur, mais j'ai aussi trouvé une sœur. Sous l'égide du Pater familias, nous instaurions une logique d'éducation anglaise, de règles de vie rythmant nos jours, et devenions peu à peu des confidentes.

    Ce jour-là, je suis allée le trouver, je lui ai dit qu'il fallait que je lui parle de quelque chose. Les mots se sont enchaînés, avec une étonnante clarté qui ne me ressemble pas lorsque j'ai quelque chose qui me touche émotionnellement à dire. Il m'écoutait attentivement. J'attendais des conseils sur la situation qui était la mienne. Ce que j'en retirai dépassa de loin ce que j'avais espéré. Il se pencha sur moi, me serra contre lui.
    « Je suis fier de toi. », m'a-t-Il dit.

    C'était le soir et nous n'avions pas encore joué, l'ambiance ne s'y prêtait pas. Mais je le rejoignis sur le canapé. Je me blottis contre lui, la tête dans le creux de son épaule. Ignorant mon instinct peu tactile qui souvent me faisait sursauter lorsqu'une main se posait sur mon épaule, je me laissais bercer. Cela aussi, c'était nouveau pour moi. Je n'ai jamais vraiment accepté de me prêter au jeu des câlins. Je m'en voudrais d'apparaître fragile, frêle, délicate. Vulnérable. Mais la confiance se gagne et lui la mérite plus que tout autre. Elle nous rejoignit alors, apportant un verre à son maître, et déposa un baiser sur mon front ; au milieu d'eux, je me sentais en sécurité.

    Entre quelques murmures et gentilles provocations, une envie coquine naquit. Alors, je me relevais avec un petit sourire en coin, relevant ma chemise pour qu'il puisse de ses doigts investigateurs déboutonner mon pantalon. Il me déculotta, découvrant mon intimité glabre, faisant voler des papillons dans mon ventre. Je me penchais en travers de ses genoux, et les claques plurent sur mon fessier. Gentille, piquante, progressive, la fessée titilla mes sens, fit monter le plaisir, lentement, inexorablement. J'en vins à me laisser totalement aller, n'étant plus qu'un corps brûlant, ma conscience dépassée ayant donné sa complète reddition pour que tout mon être puisse profiter du raz-de-marrée de plaisir qui l'avait conquis.

    Il finit par s'interrompre, m'informant qu'il n'était pas boucher et que même si passé un certain stade de douleur, ce n'était que du bonheur, Il n'avait pas l'intention de m'ouvrir les fesses, et qu'il était de son devoir d'arrêter avant de trop abîmer mon « adorable fessier ».

    Il y étala un peu de crème d'Arnica, ajoutant quelques claques pour qu'elle « pénètre » bien. Lui promettant mille vengeances, je parvins à en glaner quelques unes de plus, la texture collante de la crème offrant des sensations très originales que j'affectionnais tout particulièrement.

    Nous partageâmes ensuite un repas, parlâmes à bâtons rompus tandis que je redescendais sur terre. Nous rîmes. Nous échangeâmes moult expériences et anecdotes rocambolesques.
    Une relation comme la notre, ce n'est pas que du cul, en fait, vous voyez.

    Mon crâne côtoyant les nuages, je m'installais dans un confortable mutisme, laissant les mots couler autour de moi, un petit sourire sur mes lèvres, sirotant parfois une gorgée du cocktail qu'Elle m'avait servi. Je Les observais.

    Parlez-moi de ces orgasmes qui n'en finissent pas, parlez-moi de ces moments de flottements qui nous rapprochent et nous apprennent à nous connaître, parlez-moi du fait que ça ne marche pas à tous les coups, parlez-moi de ce que je ne connais pas et que j'essayerai peut être un jour, parlez-moi de la complicité, parlez-moi de la nature humaine et du fait qu'on a toujours le choix.

    Parlez-moi de l'amitié qui parfois se crée au détour d'un site comme Fessestivites.


    Espiègle


    UN GRAND MERCI A ESPIEGLE POUR CE TEMOIGNAGE


    Pour faire des rencontres Fessée spanking cliquez ICI


    Accéder au forum Fessée discipline domestique ICI

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique