• Le club libertin de la peine BDSM slave

    Le club libertin de la peine BDSM slave


    Le_club_libertin_de_la_peine.jpg

    Le patron du club libertin de la peine a des idées très perverses et une imagination débordante. Comme tous les clubs, il y a un bar, des coins feutrés pour les plaisirs intimes, un jacuzzi et une piscine mais Peter a emménagé des lieux et accessoires supplémentaires.

    La pièce noire, appelée black room, est équipée d’un grand trou dans la façade dans lequel il est possible d’y passer une tête. Sur la partie extérieure se trouvent des bracelets pour attacher la personne penchée en avant qui a la tête bloquée dans la pièce noire à la hauteur des sexes. Prendre un verre en voyant se dandiner un homme ou une femme bloquée la tête dans cette sorte de pilori mural, permet d’imaginer que de l’autre côté la bouche est utilisée. Il n’est pas rare que des Maîtresses libertines y mettent leur soumis et les forcent à la bisexualité car dans le noir, certains hommes en mal de femmes sont moins regardants.

    Dans un des recoins du bar se trouve une sorte de banc à fesser particulier. Si les fesses sont à la bonne hauteur pour de multiples choses, du côté où se trouve la tête de la personne qui y est installée, une caisse en bois permet d’enfermer la tête de la victime. Une fois attachée sur ce banc à fessée servant surtout à baiser, la fille ne peut voir les libertins venant se servir d’elle. Ma Maîtresse m’y a installé une fois, aucun homme n’a profité de mes fesses, par contre une femme s’est éclatée avec le gode ceinture prêté par le patron. Cette libertine s’est éclatée et a du réaliser un fantasme car j’en ai pris plein le c…. en plus d’une bonne fessée donnée par ma Maîtresse en guise de conclusion.

    Deux cages verticales fermant à clé permettent d’y enfermer des hommes ou des femmes nues pendant que le Maître ou la Maîtresse libertine va « s’occuper » dans d’autres zone du club. Une fois, en guise de punition ma Maîtresse m’y a laissé toute la soirée avec ma cage de chasteté bien visible et un gors rosebud dans les fesses que je devais écarter en permanence pour faire voir que j’étais « comblé ». C’est ultra inconfortable car on passe la soirée debout sans pouvoir bouger. Un fois j’y ai vu un mec en couche, s’il n’était pas très fier il a eu au moins l’avantage de ne pas avoir à se retenir des heures comme moi la fois où j’y ai passé la soirée.

    Ce club à dominance libertine est évidement équipé de petites alcôves sombres avec des lits recouverts de latex pour que les libertins et libertines puissent s’ébattrent à leur convenance. L’un des lits est équipé d’une chaîne et d’un bracelet dans chaque angle, des femmes y vivent souvent leur fantasme d’esclavage sexuel ou de viol. Un pilori sert sensiblement à la même chose au fond du couloir nord, juste à côté de la cabine du sling et de la balançoire équipée d’un gode en son centre.

    Dans les douches sans porte, il est fréquent de voir sur une zone dédiée à cela, des personnes allongées sur le sol, parfois elles sont enchaînées, parfois elles sont libres et volontaires. Dans cette zone de la douche, on peut assister à des douches dorées ou à des femmes piétinant des hommes étendus.

    Dans les toilettes mixtes, certaines cabines n’ont pas de porte, d’autres ont des trous dans les murs à la hauteur du sexe d’un homme debout. On y trouve également trois chaînes équipées de collier dans lequel, des soumises ou des soumis uro assurent les fonctions de papier toilette pour les gouttes coquines s’étant aventurées sur les chairs délicates. Il y la chaîne des hommes et la chaîne des femmes puis la chaîne des bisexuels, elles sont différenciées par les lettres H F ou B pour « bisexuel ».

    L’une des cabines des toilettes est réservées aux dames, elle est équipée d’une latrine spéciale sans chasse d’eau, c’est une forme de chaise facesitting permettant de régler la hauteur de la tête de la personne se trouvant dessous. Le corps de la personne se trouvant enfermée dans cette chaise spéciale est entravé ou libre de l’autre côté du mur dans la grande salle meublée de petits canapés, tables et plantes vertes géantes éclairées par des lumières vertes. C’est magnifique.

    Revenons sur cette fameuse chaise-toilette-facesitting ! De petits panneaux en font la publicité dans le club de façon à ce que les hommes seuls aimant lécher des minettes puissent y trouver plaisir. Un code spécial permet d’informer la dame venant se faire lécher le minou parfois propre, parfois après un câlin, des fonctions de la personne dessous, à savoir uro ou juste lécheur. Ce code ressemblant aux affichettes se trouvant sur les portes des chambres d’hôtel est à revoir !!!!!!

    Ma Maîtresse samedi avant décidé de me martyriser un maximum. Elle m’a offert un verre en gamelle à même le sol avant de m’enfermer nu avec juste ma cage de chasteté comme vêtements pendant une heure dans une des cages. Lorsque Maîtresse est venu me chercher ce fut pour enfermer ma tête dans fameuse chaise-toilette-facesitting. Elle a entravé mes membres avant de venir se faire manger le minou en faisant une fellation à un homme qui allait sûrement devenir son amant d’un soir. A peine étaient-il partis, qu’une femme d’un certain âge est venue profiter de la place. Elle a bien failli m’étouffer avec son gros fessier parce qu’elle n’arrêtait pas d’appuyer sur la pédale faisant remonter mon visage dans son intimité d’un âge « avancé ». Je n’ai pas pu me contenir et je l’ai engueulée en lui disant que me tuer ne lui donnerait pas une jouissance plus intense, bien au contraire.

    La salope !!!!! Pire encore mais je n’ose pas l’écrire….

    Cette salope a tourné l’affichette permettant aux dames de savoir si elles devaient se limiter à se faire lécher ou si elles pouvaient également soulager leur vessie. Elle a fait le tour de la cabine pour aller accrocher les pinces sur mes tétons. J’ai cru que c’était ma Maîtresse et bien non, c’était cette salope qui venait mettre en place le dispositif « chasse d’eau » traduction, quand la dame assise sur votre visage tire sur une chaînette, cela tire vos tétons et vous indique que vous aller devoir boire et avaler !!!!!!!

    Je me plaisais à rêver qu’une jeune et jolie minette viendrait m’offrir son minou à déguster quand une femme, sûrement dominatrice, cela se sent à la façon de faire, vint prendre place sur cette fameuse chaise-toilette-facesitting. Elle s’offrit une dégustation durable, traduire qu’elle prit son temps quand soudain, elle tira sur la chaînette pour m’indiquer qu’elle allait pisser sauf que je ne suis pas uro !!!!!!!!

    Devant mes réfutations, elle tira deux fois plus fort sur la chaînette, se leva, me mit une gifle à décorner un bœuf puis repris place en me conseillant de ne pas en perdre une goûte si je ne voulait pas qu’elle aille s’occuper de mes couilles après avoir fini. A moitié sonné avec la peur au ventre qu’elle aille mettre la même claque à mes précieuses, j’ai donc ouvert la bouche en espérant ne point perdre de son « précieux champagne ». Ce fut dur, très dur même mais je suis arrivé à tout boire sans vomir, la dominatrice sachant doser le volume lâché pour me permettre d’avaler sans m’étouffer. Lorsqu’elle eut fini je lui ai expliqué que je n’étais pas uro du tout, elle ma juste répondu « et bien tu progresses, c’est bien » avant de remettre l’affichette sur dégustation only. OUF

    C’est fou ce que l’ambiance des clubs libertins, surtout celui-là, donne des ailes aux femmes. Quelques minutes après son départ, une femme ultra mince est venue se faire déguster le chaton. Alors que je me disais en essayant de caller ma tête pour ne pas trop souffrir de ses os pointus, un goût amer très particulier titilla mes papilles gustatives. La belle venait de baiser sans préservatif !!!!! Par chance le volume est moindre qu’une femme qui urine mais quand même. Pendant qu’elle se branlait, le sac d’os m’offrir également son anus à lécher mais par chance il était inviolé et propre ce qui m’a permis de savourer de la langue une bonne vingtaine de minute plus tard, les contractions anale d’une femme qui jouit.

    Lorsque Maîtresse revint, elle s’offrit une petite minette de principe en m’indiquant qu’elle s’était faite défoncer et avait besoin de réconfort. J’étais heureux pour elle et j’appréciais de retrouver ma minette à moi, enfin, la minette de ma Maîtresse d’Amour dans lequel je me noie de plaisir.

    EPILOGUE

    Je n’aurai pas du lui raconter le coup de la salope et que la dominatrice sadique m’avait fait boire car elle m’a répondu : « si tu y es arrivé une fois pour une étrangère, tu peux y arriver pour moi ».

    Depuis elle m’a fait fabriquer une chaise-toilette-facesitting que j’ai bricolée en découpant les pieds d’une vieille chaise dont j’ai adapté l’assise et elle l’apprécie beaucoup, un peu trop à mon goût mais bon, ai-je le choix ?

    Ecrivaillon

    Faire des rencontres BDSM
    Faire des rencontres libertines
    Voir des vidéos golden shower–uro
    Une boutique avec des produits sympas et petits prix


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :