• Maitresse le féminise lui impose des collants et ses caprices

    Maitresse le féminise lui impose des collants et ses caprices

    Ecrivaillon membre du réseau Fessestivites

    Je viens d’envoyer mon soumis acheter des sous-vêtement pour moi, à la boutique en bas de la rue. Il connaît mes mensurations, ce sera donc facile pour lui, il n’aura qu’à indiquer à la vendeuse l’ensemble noir exposé dans l’angle de la vitrine. Elle apercevra sans nul doute son collier de soumis, ce qui le fera rougir comme d’habitude. Sous ses vêtements masculins, il porte mes sous-vêtements et un collant. J’adore lui faire porter ce que j’avais sur moi la veille, cela m’amuse de le féminiser en allant au-delà de son fétichisme. Eric est fétichiste des collants, le pantyhose comme il dit, les toucher, les caresser, l’excite tout comme embrasser mes jambes et mes pieds lorsque j’en porte.

    Comme je suis une Maîtresse attentionnée, je l’oblige à en mettre pour satisfaire son fétichisme, là, il aime nettement moins, tout comme porter mes sous-vêtements mais il n’a pas le choix !
    Maitresse domination féminine
    Ce soir je sors avec mes copines, nous allons au cinéma. Mon soumis quant à lui restera à la maison, une petite surprise l’attend. Par sécurité, j’ai prévenue mon amie, s’il m’arrive quelque chose il faudra qu’elle vienne le délivrer.

    Par précaution, j’installe une toile cirée sur le lit, les bracelets et les chaînes aux anneaux que je lui ai fait installer aux quatre coins du lit. A son retour, je lui ordonne de se mettre nu puis d’enfiler mes collants résille ouvert entre les jambes, puis mon corset que je serre le plus fortement possible. Je conduis ensuite Eric ainsi vêtu à la chambre. A la vision de ce qui est sur le lit, il baisse les yeux, j’aime ces moments où il sait qu’il va être mon jouet. A ma demande, il s’étend sur le ventre en se plaignant que la toile cirée est froide, ce qui est le cadet de mes soucis. Deux minutes plus tard, il est entravé sur le ventre bras et jambes en croix.

    Pendant qu’il médite, je vais finir de me maquiller, au bas mot, une petite heure, avant de revenir le voir avec tous mes sous-vêtements sales sortis de la machine à laver, la lessive étant initialement prévue pour demain. Assise jambes écartées sur l’oreiller, je lui offre ma chouchoune à lécher histoire de l’exciter encore plus avant ma surprise, puis aussi je l’avoue, d’apprécier ses caresses, Eric étant une très bonne langue….. L’heure tourne, il faut que je me dépêche un peu maintenant où je vais manquer la séance de huit heures.

    Je lui mets dans la bouche le string que j’ai porté aujourd’hui, il ne risque pas de s’étouffer avec car il est mini mini, puis recouvre son visage des culottes que j’ai portées cette semaine, culottes qu’il a portées le lendemain. Cela va lui permettre apprécie mon odeur pimentée par la sienne…. Afin qu’il ne puisse les retirer en frottant son visage sur le lit, j’enfile un collant par dessus que je fixe autour de sa tête en faisant des nœuds avec les jambes des collants.

    - Ce soir je sors, je vais au cinéma avec mes copines, si un de leur copain est bisexuel, je lui offrirai tes fesses, et s’il accepte, cela nous fera du spectacle.

    - Hummmmm ! Fait Eric en tirant sur ses entraves tout en faisant « non » de la tête.

    - Tu es trop chou comme ça, s’il est bi, tu vas l’exciter à mort, c’est un truc à te faire défoncer ta petite rondelle de soumis.

    - Hummmmm !

    En quittant la maison je me traite de garce, mais en BDSM, les soumis n’aiment-ils pas être le jouet de leur Maîtresse ? Pendant la soirée et le passage « obligatoire » à la brasserie, je ne dis rien à personne sur ce qu’il se passe chez moi, hormis mon amie, personne n’est au courrant. Trois heures plus tard, j’arrive à convaincre mon amie Sandrine de venir boire un verre chez moi puis de voir ce que j’ai fait à mon soumis. Lorsque nous entrons à la maison, je vais voir si mon jouet va bien, il est toujours entravé et n’a pas pu se délivrer. J’adore !

    Sandrine accepte un Malibu chargé, puis un deuxième encore plus chargé avec de la glace. Elle ne connaissait pas et adore. A nos heures perdues et au gré de nos envies, nous sommes un peu lesbiennes toutes les deux, elle ne s’offusque donc pas quand je passe derrière elle pour malaxer ses gros seins généreux en l’embrassant de partout dans le cou. Entre mes caresses et le Malibu, Sandrine s’abandonne totalement à mes mains devenant encore plus coquines. La sentant prête à mes envies perverses, je la tire par la main dans ma chambre pour lui faire voir mon soumis et lui demande de me rendre service : lui faire croire qu’elle est un mec et qu’elle va le sodomiser.

    Elle ne doit pas parler, juste retirer sa jupe et se coucher entre ses jambes pour frotter son ventre contre les fesses offertes d’Eric. Avec tout ce qu’il a sur la tête, il ne risque pas de voir que c’est une femme ! Sandrine accepte de jouer le jeu et monte sur le lit. Quand je monte à mon tour sur le lit pour m’asseoir sur l’oreiller, Eric prend peur en comprend aussitôt que je ne suis pas seule et tire sur ses entraves, en vain.

    L’histoire complète est ici sur le forum BDSM et fétichismes, c’est GRATUIT et vous pourrez :

    Suivre les aventures d’Eric,
    Lire des tonnes d’histoire érotique sur de multiples sujets
    Poster les vôtres
    Et qui sait, peut-être faire des rencontres ?

    http://www.fessestivites.com/phpBB3/recits-fetichiste-f173/maitresse-le-feminise-lui-impose-des-collants-et-caprices-t1909.html


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :