• Mes fessées, mon Fesseur, ma dernière punition

    Mes fessées, mon Fesseur, ma dernière punition


    Mes_fessees_mon_Fesseur_ma_derniere_punition.jpg

    Avant propos

    Personnellement, dans ces pratiques autour de la fessée, alors que je me rebellerais dans une relation normale avec une autre personne, face à mon Fesseur, je n’y pense même pas. Et si d’aventure j’y pense, je ne le fais pas à cause de cette relation si particulière, cette dépendance que j’ai envers lui, ses actes, cette situation qu’il sait créer pour me faire progresser dans de nombreux domaines comme s'il était mon père. ( Stop : sans l'être et sans avoir le complexe d'Œdipe ! ! ! ) Il m'arrive d'avoir un sursaut de rébellion, en allant pourtant rarement au bout de ma désobéissance, car c'est plus une recherche de limites, une vérification qu'elles existent, comme si je touchais du doigt le cadre qu'il m'impose mais qu'on a été deux à forger.

    Dans une vie d'adulte, il est un faux papa ou un tuteur choisi pour une fausse grande fille qui aime par la fessée qu'on l'aide encore à grandir puisqu'il n'y a pas d'âge pour cela. Cette relation "grande fille" et son Fesseur m'apporte du réconfort et un équilibre, j'ai de petits copains, je fais l'amour avec qui je veux (pas avec mon Fesseur) et je suis libre comme l'air pour gérer ma vie, bien que pour certains points, mon Fesseur me fixe des interdits, des obligations qui portent toutes sur l'éducation. Ces points sur lesquels nous avons défini des règles, c'est moi qui ai voulu qu'on travaille dessus, qu'il m'aide à progresser. Il n'a pas cherché à me modeler, mais j'ai recherché cette relation en toute liberté.

    .......................

    Il y a huit jours, j'ai fait une bêtise. N'étant pas du style à tricher dans la vie et encore moins dans la relation que j'ai avec mon Fesseur, je lui ai avouée même si j'étais prévenue qu'en cas de manquement j'aurai rendez-vous avec la canne anglaise dont j'ai une peur bleue. Le coeur gros, me traitant mentalement de tous les noms pour cette erreur évitable que j'avais faite, je lui ai donc adressé un message dans lequel je lui avouais ma forfaiture. Il m'a répondu sans aucune colère, "Tu sais ce qui t'attend".

    L'attente de notre rencontre fut horriblement longue tant je stressais. Je lui en ai parlé, il m'a simplement indiqué qu'il serait juste dans la punition sans être cruel. Il a pris le temps de m'expliquer ce qui m'attendait, ce qui ne m'a guère rassurée car j'étais à présent convaincue que j'allais être punie et pour de vrai, mais j'ai également eu une sensation étrange, comme si j'étais retenue au moment de tomber et qu'il s'assurait que je reste sur le droit chemin, que mes erreurs seraient pardonnées. D'une certaine façon, j'avais besoin d'en passer par là pour pouvoir faire table rase de ma bêtise et me le pardonner. Au final, j'avais toujours aussi peur de la punition mais lui en avoir parlé m'a fait du bien.

    Le jour J, avant mon arrivée chez lui mon coeur battait la chamade. Descendre de la voiture pour entrer dans sa maison a fait encore monter la pression en moi. Son accueil fut aussi chaleureux que d'habitude, il n'y avait en son regard aucune tension, aucun reproche, juste de l'affection pour la grande fille qu'il était ravi de revoir. Il a tenu à ce que je m'assoie, que je prenne un verre, que l'on discute un peu de tout et de rien en sortant, comme à son habitude, quelques tirades humoristiques bourrées de jeux de mots. Je crois que son but était de me décontracter car il savait que j'avais peur.

    J'ai bien essayé de négocier autre chose que la canne anglaise mais en vain. Je me suis laissée convaincre par son insistance posée et calme de le suivre à sa chambre où il a baissé mon pantalon et ma culotte en me demandant de m'allonger à plat ventre sur le lit. A présent, il ne me tardait plus que mettre cette mésaventure derrière moi et me faire pardonner. Il a posé un oreiller sur mon dos et sur mes cuisses en m'indiquant que c'était pour éviter de me blesser. Me blesser ?????? Ces mots m'ont glacée le sang. J'étais décomposée, déjà punie par la peur sans avoir besoin de la douleur, mais il fallait bien que la leçon "pénètre"!

    Lors du premier impact annoncé par le sifflement de la canne anglaise, mes poings se sont serrés aussi fortement que mes dents. Un trait de feu venait de traverser mes fesses, la douleur ressentie que je découvrais était intense et fugace aussitôt suivie par un truc bizarre difficile à décrire. Je dirai que c'est comme si des dizaines de fourmis partaient toutes en même temps du lieu de l'impact de la canne. Les coups suivants bien qu'espacés de quelques secondes devinrent de plus en plus secs, beaucoup plus vigoureux et sévères. Je n'aurais cru être capable de vivre cela sans éprouver de colère.

    Pendant la punition je n'ai éprouvé aucun plaisir même si j'aime la fessée pour tout ce qu'elle représente. J'ai eu juste mal dans mon corps et dans ma tête parce que j'étais furieuse après moi, pas après lui.

    Quand, en grand protecteur attentif il a passé de l'Arnica en gel sur mes fesses endolories, j'ai ressenti un plaisir étrange et puissant après cette souffrance volontairement acceptée, presque quémandée car j'ai besoin de cadre pour m'épanouir, cette forme de douleur désirée aussi, sans doute parce que si proche de la jouissance intellectuelle et physique.

    Il m'a aidée à me relever, à me rhabiller puis m'a entraînée sur le canapé, où assise sur ses genoux avec la tête contre son épaule pour un gros câlin consolateur, j'ai pu pleurer et me laisser aller. Ce que je venais de vivre avec la canne anglaise et cette punition, n'avait aucun rapport avec les fessées parfois ultra sévères que j'avais vécues auparavant. Ce n'est pas une question de douleur, la fessée peut être ultra douloureuse, c'est tout autre chose.

    Quand on reçoit la fessée sur les genoux de son fesseur, on est en contact avec son fesseur, ce qui rassure, quand on se fait canner, ce contact n'y est pas, il est possible que ce soit aussi plus dur à cause de cela. Il y a aussi la peur qui rendait les coups bien plus difficile à supporter qu'ils ne l'étaient en réalité.

    La canne laisse des marques en forme de stries, la fessée à la main ou à la brosse à cheveux ou autre.... laissent parfois de bleues, les douleurs sont différentes, le contexte aussi. Que l'on ne s'y trompe pas, il y a de multiples façon de donner la fessée et donc de la recevoir, la fessée punitive immédiate, la fessée promise et la fessée plaisir parce que l'on peut aussi jouir réellement avec une fessée. La jouissance sous la fessée ne peut être dans un cadre punitif, le "bien" généré ne porte que sur le fait que cela aide à "grandir"

    Ecrivaillon

    Photos et histoires érotique sur le fessée

    RENCONTRES autour de la fessée

    Vidéos fessée spanking

    Boutique produits fessée et canne anglaise


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :