• Il aimait se travestir en présence de sa femme, qu’elle le domine et joue avec lui. Ayant exagéré, le pseudo soumis se heurte à la résistance d’une femme gynarchiste. Une nouvelle et difficile vie commence pour lui.

     

    Chastete_et_feminisation_imposees_par_une_femme_devenue_gynarchiste.jpg

    ...............

    Il aimait se travestir en présence de sa femme, qu’elle le domine et joue avec lui. Le problème est que cela va une heure ou deux mais après, que pouvait-elle faire de plus ?

    L’idée lui est venue de l’impliquer dans les tâches ménagères mais Paul, même habillé en Pauline détestait cela. Il continuait à être macho et à vouloir tout diligenter comme cela lui plaisait.

    De son côté, Lise se sentait devenir l’objet et presque le jouet humain de son mari. Elle décida de rentrer un peu plus dans la domination le jour où il lui répondit « même pas cap » alors qu’elle lui promettait une fessée. Ce fut la phrase de trop qui fit déborder le vase de sa patience.

    Elle joua pendant deux jours un jeu particulièrement pernicieux en faisant des copies de toutes les photos et vidéos réalisées avec son mari soumis ou soumise. A la suite de quoi, elle l’invita à dîner au restaurent pour lui indiquer qu’elle diffuserait les photos et vidéos à sa famille et demanderait le divorce s’il de se soumettait pas totalement à sa volonté de Maîtresse.

    Paul ne pouvait savoir qu’elle n’en ferait rien et que ce n’était qu’une stratégie visant à lui faire perdre pieds. Stupéfait il l’a cru sur parole et essaya de la raisonner mais en vain. Avant la fin du dîner, elle lui remit discrètement une boite contenant une cage de chasteté ouverte qu’il devait poser lui même sur son sexe.

    - Le cadenas est ouvert, une fois que tu auras mis cette cage, si tu ne veux pas que l’on divorce et que je diffuse toutes les photos et vidéos de toi, tu refermeras toi-même le cadenas. Et oui chéri, j’ai décidé de reprendre ton éducation de vantard prétentieux à zéro. Sur Fessestivites, tu ne raconteras plus que ta Maîtresse est trop laxiste bien au contraire, tu pourras même t’épancher sur son mode d’éducation très strict. Et oui, j’ai lu tes confidences insultantes pour ma personne. Rentrons-nous ensemble ou est-ce que je t’appelle un taxi ?

    Le pauvre Paul avait le souffle coupé. Le visage fermé de sa femme ne laissant en aucun cas penser qu’elle bluffait lui fit même peur.

    - Chérie, tu n’es quand même pas sérieuse ?

    - Oh que si ! Garçon s’il vous plait ! Répondit Lise en appelant le serveur pour lui commander deux cafés gourmands. Si quand j’aurai terminé mon dessert tu n’es pas allé aux toilettes poser cette cage de chasteté, je t’appelle un taxi et tu vas vivre chez tes parents.

    Décomposé, Paul prit la boite avec la cage et se rendit aux toilettes en espérant pouvoir la faire revenir sur ses intentions arrivés en leur logis. Et là, les surprises ne firent que commencer ! ! ! Arrivé à la maison, il se rendit au salon pour allumer son ordinateur et surfer sur les vidéos érotiques de fessestivites comme à son habitude. Sa première surprise fut de découvrir que l’ordinateur était codé.

    - Et oui Pauline, ta vie de soumise a commencé. Au lieu de me délaisser, tu vas aller me faire couler un bain. A la suite de quoi, tu iras t’habiller en bonne petite soubrette. N’oublie pas de mettre tes talons hauts, ils te vont à ravir !

    - Mais ils me font mal aux pieds !

    - Il faut souffrir pour être belle chérie !

    Lise s’installa dans son bain avant même qu’il ne fut prêt. Elle appela sa soubrette pour se faire laver les pieds qu’il dut embrasser et masser une fois propres. Elle jubilait et poussa le vice jusqu’à se faire sécher en sortant du bain avant de l’attraper par l’oreille pour le guider jusqu’à leur chambre.

    - Ouvre le lit de ta Maîtresse et baisse la lumière.

    Lise s’allongea sur le lit, écarta les jambes et lui désigna d’un doigt son chaton parfaitement épilé avant d’ajouter « au travail ». Paul commença à penser que sa femme avait décidé de lui organiser une soirée de domination surprise. C’est donc avec grand plaisir qu’il mit sa langue au travail en donnant beaucoup d’amour à sa femme jusqu’à la jouissance attendue.

    - C’est bien ma chérie, maintenant tu peux aller te doucher et mettre la chemise de nuit qui est derrière la porte avec la culotte de sissy que je t’ai commandée sur ABCplaisir.

    Excité comme une puce, Paul ne tarda pas à se doucher et à se vêtir comme demandé. A son retour, Lise dormait, ou plutôt jubilait en faisant semblant de dormir. La petite sissy se coucha donc en se faisant des tas de films fantasmagoriques de petite soumise. Il finit par trouver le sommeil après une grosse heure et des érections contrariées par sa cage de chasteté.

     Histoire érotique gynarchie féminisation et chasteté

    Sa nuit sous cage de chasteté fut difficile, surtout le matin. Lorsqu’il se leva pour un besoin naturel, Lise l’interpella en lui ordonnant d’aller chercher des croissants et de préparer son petit déjeuner.

    Ensemble_2_pieces_sissification_2_.1.jpg

    - Attend, met l’ensemble 2 pièces sissification que nous avons commandé pour la soirée délirante du mois dernier. Tu le porteras toute la journée, cela t’ira très bien.

    - Heu cela risque de se voir sous mes vêtements ! Répondit Paul un peu inquiet.

    - C’est ton problème, presse-toi j’ai envie de déjeuner !

    Féminisé sous son survêtement de jogging, tout penaud il se rendit donc à la boulangerie chercher les dits croissants. A son retour, Lise était toujours couchées et attendait son petit déjeuner. Elle lui ordonna de se mettre en sous-vêtement puis de commencer par aller faire la salle de bain. De leur chambre, tout grignotant un croissant chaud, elle pouvait apercevoir les fesses de Pauline se dandinant sous le satin rose. Dix minutes plus tard, Lise se leva pour se rendre aux toilettes et en profita pour faire une inspection.

    - C’est très bien chérie, tu peux aller faire la chambre maintenant !

    - On pourrait peut-être s’arrêter de jouer, je commence à en avoir marre. Répondit Paul.

    - Mais on ne joue pas chéri, depuis hier soir, tu es Pauline à temps complet !

    - Non, non non, on arrête tout !

    - Ah on divorce ?

    - Arrête de dire des conneries, donne-moi les clés de cette cage de chasteté, cela me gonfle !

    Lise attrapa le téléphone et appela sa belle-mère.

    - Allo, belle-maman, comment allez-vous ?

    .................

    - Oh nous cela ne va pas trop, Paul me casse les pieds, je ne sais pas si nous allons pas divorcer !

    .................

    Paul se décomposa, mis ses mains devant lui comme à la prière en suppliant sa femme de ne rien dire. « Va faire la chambre de suite » murmura Lise. Soudainement très obéissant, Pauline fonça dans leur chambre pour faire le lit.

    - Je vous appelais en fait pour vous demander votre sublime recette de tarte aux pommes, elle est si bonne.

     Martinet_elegance.jpg

     

    Après avoir raccroché, elle se pointa à la chambre avec un martinet.

    - La prochaine fois que tu te rebelles, je déballe tout à ta mère ! Est-ce clair ?

    - C’est du chantage !

    - Non de la pédagogie. En attendant, penche toi en avant nous avons un compte à régler. Te souviens-tu d’avoir émis des doutes sur mes capacités à te donner une fessée ?

    - Je plaisantais chérie !

    - Et bien moi je ne plaisante pas ! Je vais donc répondre à tes interrogations ! Répondit Lise en poussant son mari sur le lit pour qu’il se mette à quatre pattes.

    Elle baissa la jolie culotte en satin et entreprit de bon coeur de tanner les fesses de Pauline à grands coups de martinet. La lanières percutèrent plusieurs fois les cuisses du garnement en formation et y laissèrent de belles marques. Agrippé aux draps, il fut surpris autant par la douleur que par la façon dont elle sévissait. Lise ne s’arrêta évidement pas aux premières suppliques de la sissy désespérée.

    Après la peur générée par le coup de téléphone à ses parents et la cuisante fessée reçue, Pauline réalisa toutes les tâches ménagères demandées sans discuter jusqu’au repas du midi. Lise cuisina rapidement un déjeuner léger mais tint à se faire servir par sa sissy qui dut faire la vaisselle.

    LA VICIEUSE AVAIT TOUT PREVU

    Pendant les deux jours où elle préparait son coup, Lise avait passé beaucoup de temps sur Fessestivites autant dans les histoires érotiques que sur les forums de domination féminine. Un des post des forums l’avait beaucoup amusée et le nécessaire avait été acheté discrètement. Elle banda les yeux de Pauline pour lui préparer la surprise suivante.

    - La table à repasser

    - Une chaîne

    - Un cadenas

    Conduit à l’aveugle à la buanderie, Pauline fut attachée à la table à repasser par sa cage de chasteté à l’aide de la chaîne et du cadenas.

    - Voilà tu peux à présent savourer les joies d’être une femme ma chérie. Si cela est bien fait, peut-être que ce soir......

    - Mais je ne sais pas repasser !

    - Il n’est jamais trop tard pour apprendre !

    Connaissant bien le côté rebelle de sa soumise, Lise fait une paire de photos. Elle en choisit une qu’elle imprima et vint coller sur le mur face à la table à repasser.

    - Regarde comme tu es belle comme ça !

    - Salope !

    - S a l o p e cela fait six lettres. Six jours de cage de chasteté supplémentaires.

    L’envie vint à Pauline d’envoyer le fer à repasser à la figure de sa femme, mais il n’en fit rien. Il baissa la tête et se reprit ses tentatives de repassage. Pendant ce temps, Lise surfa sur ABCplaisir pour voir ce qu’elle pourrait acheter d’autres comme accessoires et vêtements. La commande faite, elle continua de développer son blog de dominatrice en insérant des photos de Pauline. Son blog étant privé, personne ne pouvait voir les textes et les photos hormis les personnes à qui elle donnerait l’accès. Elle s’installa ensuite au salon avec un bon bouquin.

    Lorsque Pauline l’appela pour lui indiquer avoir terminé le repassage, elle fit une inspection avant de le libérer. Comme prévu, Paul se rebella et devint presque menaçant. En guise de réponse, elle lui demanda de regarder son blog sur l’ordinateur.

    - Oh mon dieu, tu n’as pas fait ça ?

    - Oui et non. Pour l’instant, il n’y a que moi qui peut voir ce blog. C’est mon assurance tout risque au cas où il te viendrait à l’idée de détruire l’ordinateur ou de t’énerver. Je tiens à ta réputation ma chérie et tu peux me faire confiance, personne ne saura tant que tu seras sage et obéissante. Tu peux aller te doucher et préparer le dîner pour ce soir, je voudrai terminer mon bouquin. Ah n’oublie pas, que si tu continues d’être sage et attentive, ce soir....... Allez file te laver la gueuse. Tes affaires sont prêtes

    Jupette_Jock_strap_Crossdressing_4_.jpg

    Jupette_Jock_strap_Crossdressing_5_.jpg

    En découvrant la Jupette Jock strap Crossdressing, Paul est rassuré, pour lui, sa Maîtresse est encore en train de jouer. Et il ne se trompe pas totalement, disons que sa Maîtresse a simplement envie de jouer un peu mais elle n’envisage en aucun cas de baisser la garde.

    Le dîner se déroule comme le déjeuner, le service et la vaisselle sont assurés par Pauline. Pendant qu’il finit de ranger la cuisine, Lise se prépare en enfilant un gode ceinture avant de retourner à la cuisine. En la voyant arriver en mode « phallique », Paul est ravi, il adore se faire prendre comme une femme.

    Plafond_gode_ceinture_strapon_.jpg

    - C’est pour fêter ta premier journée de soumise. Allez penche-toi en avant sur l’évier comme une soubrette docile et présente-moi tes fesses !

    La Jupette Jock strap Crossdressing a l’énorme avantage de ne pas avoir à être baissée ou relevée, les fesses étant grandement exposées..... Après avoir mis une noisette de lubrifiant, Lise écarte bien les globes fessiers de sa soumise, se positionne et la pénètre sans trop de précautions.

    - Alors c’est bon p’tite salope, hein, tu aimes te faire enculer......

    La « poésie » de Lise surprend Pauline, en d’autres temps, elle n’est jamais vulgaire. Sans trop se poser de questions, il savoure les mouvements du gode ceinture en tendant bien ses fesses. Ce qui la surprend ensuite, c’est que sa Maîtresse ait l’air de s’éclater et pas décidée à s’arrêter. Ce qu’il n’a pas vu, c’est que pour la première fois, Lise a mis un des godes à l’intérieur du gode ceinture et que de fait, elle partage un peu les sensations. En gourmande de nature, elle n’est pas pressée de mettre un terme à cette sodomie de plus en plus sauvage.

    - Ca commence à faire mal ! Lui indique Pauline.

    - Et alors, moi j’aime, la ferme salope !

    - ????????????

    - Bon, je ne vais pas arriver à jouir comme ça ! Indique Lise un moment plus tard en se retirant des reins de Pauline. Enlève-moi ce gode ceinture et vient au salon, j’ai envie de jouir.

    Lorsqu’il arrive au salon et voit sa Maîtresse étendue sur le canapé cuisse écartées, il comprend le message. Agenouillé devant son petit abricot luisant de plaisir et sentant l’amour, il marque un temps d’arrêt. Attrapé par les cheveux, son visage se retrouve sur le chaton tout mouillé avec un ordre clair : « lèche ». Pendant quelques secondes, Pauline se croit dans un marécage mais l’agitation de sa Maîtresse lui fait un peu oublier cette sensation. Et pour cause, elle tire sur sa tête comme une malade. Par chance, le plaisir ne tarde pas à pointer son nez et à rejoindre celui de Pauline....

    - Hummm, c’était trop bon ! Allez une douche vite fait et au lit. Et toi, tu mets la même tenue qu’hier soir !

    - Je n’ai pas le droit d’être libéré ?

    - Non, tu es trop vilaine et en formation !

    - Fait ch.. ! S’interrompt Paul avant de dire une bêtise.

    Ravie de voir que sa formation / déformation des mauvaises habitudes avance bien, Lise va prendre une douche éclair avant de se coucher pendant que Paul lave et range de lui même le gode ceinture. En d’autres temps, il l’aurait laissé traîner.

    LE LENDEMAIN

    Une des amies intimes de Lise est informée de ce qu’elle a entrepris. Ses consignes sont simples : entrer chez eux à 11 heures précises sans frapper ni sonner. A l’heure convenue, Lise à programmé que Pauline passe l’aspirateur dans le salon en tenue de sissy. Surveillant l’heure, elle lui indique qu’il reste de la poussière sous le buffet du salon. Sa soubrette se penche donc en avant et constate qu’il reste effectivement quelques moutons accrochés aux pieds du meuble. Agenouillé, Paul essaye de les décrocher quand la porte de leur maison s’ouvre comme prévu.

    - Et coucou, c’est moi ! Indique Margot en pénétrant dans la maison.

    Paul bondit de peur, submergé de honte, il devient rouge écarlate et ne sait que faire.

    - Qui t’a dit d’arrêter ! Allez finit ton ménage après tu iras préparer le repas. Lui crie Lise.

    - Heu...... non ça ne va pas là ! Répond Paul.

    - Tu connais la règle qui te concerne, 3 / 2 / 1 OK, tu l’auras voulu ! Répond Lise en se levant.

    - Non, non, s’il te plait, c’est bon, je continue le ménage. Répond Paul avec un regard suppliant.

    Lise se tourne vers son amie et l’embrasse avant de la guider vers la cuisine pour lui préparer un café.

    Pauline sait trop bien maintenant qu’elle a les photos et les vidéos de lui en train de jouer, et il sait aussi qu'elle n’hésitera pas à les envoyer à ses amis et à sa famille s'il montre le moindre signe de résistance. Divorcer et perdre sa femme et Maîtresse n’est pas non plus une idée qui lui plairait. Mentalement, il n’a pas d’autres choix que d’abdiquer et de vivre réellement et totalement ses fantasmes.

    EPILOGUE

    Paul est aujourd’hui féminisé en permanence, au moins pour ses sous-vêtement. A partir du moment où il est à la maison, il est féminisé de la tête aux pieds. Le premier mois il y a eu quelques tensions, vite réglées par Lise. Il s’est habitué à sa nouvelle condition, parle même des fois de lui au féminin. Devenu un mari tendre, doux et attentionné, il s’épanouit autrement. Lise hésite à lui faire connaître « l’homme » à la place de son gode ceinture, le fera t’elle un jour ?

    TSM

    Les tenues de féminisation sont ici

    Les accessoires BDSM et chasteté sont ici

    Mes histoires érotiques hard réservées à un public averti sont ici

    Pin It

    votre commentaire
  • Lopé et encagé offert pendant un week-end entier

    Une histoire érotique gay sur fond de BDSM et chasteté avec une aventure à hauts risques.

    Une histoire érotique gay sur fond de BDSM et chasteté avec une aventure à hauts risques

    En tant que barman dans un grand club de la région parisienne, j’ai l’occasion de fréquenter des personnes de tous bords. Mon attirance pour la bisexualité et la soumission est connue de quelques clients devenus des amis. Une nuit, vers 3 ou 4 heures du matin, nous prenions des verres avec des noctambules aussi éméchés que moi. Au sous-sol, l’un d’entre eux s’était fait démonter le fion sur un carcan, il avait même été fisté par un mec ayant essayé de lui faire un double fist.

    Entre deux verres, il m’a demandé s’il y avait un trip que j’aimerai réaliser. Le cerveau embrumé, je lui ai parler de mon fantasme d’être lopé et sous cage de chasteté en étant livré à des gays pendant un week-end entier. C’est dire si j’avais bu.......

    Il m’a pris au mot en me disant qu’il pouvait arranger ça, mais qu’il le ferait si j’étais capable d’assumer. Il a payé sa tournée, j’ai payé la mienne, nous étions dans une état déjà bien avancé quand il m’a demandé si j’avais les couilles d’aller jusqu’au bout de mes fantasmes.

    Avec deux ou trois grammes, j’ai évidement relevé le défi, je n’avais peur de rien, j’étais un homme. Le pire est que cette conversation du barman se laissant aller n’était pas privée, les clients présents ont souligné mes propos, entrepris des paris et moi, fier comme Artaban, j’ai promis, juré, défié ces noctambules de la soirée gay organisée ce soir là.

    Un des couples gays présents s’est approché du bar, le soumis a baissé son short en cuir pour me faire voir sa cage de chasteté, une bon45. Son Maître s’est penché en avant vers son sexe comme pour lui faire une fellation, il a attrapé la clé pendue à son cou par une chaîne en or pour ouvrir la cage de son soumis. Quand il l’a retirée pour me la tendre en me disant « chiche », je n’ai même pas hésité. j’étais le roi du sexe, en clair, le roi des C...

    Ils m’ont aidé à la poser sur mon sexe car je n’y arrivais pas. Le Maître du soumis a refermé le cadenas devant tout le monde, et moi, j’étais fier ! Fier de faire voir que j’avais des couilles.

    Le souci est que le lendemain, après deux cachets s’aspirine, la cage de chasteté BON45 était toujours sur moi. Je n’avais pas les clés et pour pisser, après en avoir mis partout, j’ai pris la décision de m’asseoir sur les toilettes.

    C’était un jour férié, le club était fermé, j’étais condamné à la porter jusqu’au lendemain. Le soir, j’étais excité comme un malade, surtout que je venais de surfer sur Fessestivites et d’avoir un contact avec une Maîtresse. Impossible de me palucher. La nuit a été aussi torride que difficile, je ne savais pas que je bandais en dormant. Avec une cage de chasteté, cela pose des problèmes. La journée a été longue, et sortir faire mes courses avec la cage de chasteté me faisait peur. J’avais peur que tout le monde ne la voit.

    J’ai repris mon service à 21 heures comme d’habitude le lendemain, le Maître et son soumis ne sont arrivés que vers 23 heures. J’avoue que l’attente était cruelle, cruelle pour rien. Pour rien parce que quand je lui ai demandé de me retirer la cage de chasteté, il m’a rappelé que je m’étais encagé et ce que j’avais juré devant tout le monde. Je devais donc être son soumis un week-end entier ou il ferait savoir à tout le monde que je me dégonflais. Comme l’idée de tester la soumission avec des gays me titillait, j’ai accepté. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il m’est arrivé.

    Mais alors pas du tout ! ! !

    Pendant les trois jours précédant le week-end, j’étais comme fou avec cette cage de chasteté. Même mes fantasmes devenaient délirants et extrêmes. J’ai pu me faire remplacer le samedi soir, ils sont venus me chercher le vendredi à 3 heures du matin, l’heure de fermeture du club. Arrivé chez eux, j’ai du me mettre à poil et boire cul sec un grand verre de whisky tant j’étais bloqué. Master Fred m’a posé une chaîne autour du cou puis des menottes sur mes poignets mains dans le dos. Il a appuyé sur mes épaules pour m’obliger à me mettre à genoux et a sorti sa bite pour que je le suce. Cela ne m’a pas posé trop de problème, je l’avais déjà fait une paire de fois quand j’étais plus jeune, mais là, c’était différent. Là, j’étais soumis et cela changeait tout.

    Il m’a défoncé la bouche en arrachant presque mes cheveux. Il y a des fois où son gland tapait le fond de ma gorge et me provoquait. J’ai bien cru qu’il allait éjaculer dans ma bouche, et bien non. Quand il s’est arrêté de me défoncer la bouche, son soumis est venu mettre un préservatif sur sa bite de bonne taille. Il m’a attrapé par le bras pour me coucher sur leur banc à fessée avant de me lubrifier l’anus. Sans plus attendre, il est venu profiter de la bouche du barman givré s’offrant à eux.

    Si je m’étais déjà mis des trucs dans les fesses, j’ai pu découvrir la vraie sensation de la sodomie. Quand son gland s’est enfoncé en moi en poussant les murs sans trop me faire mal, j’ai vraiment senti sa queue qui s’enfonçait lentement et profondément. Plaqué contre le banc à fessée, je n’ai pas pu m’avancer et j’ai du la prendre bien à fond à en avoir mal.

    Il m’a littéralement ravagé le fion à en faire perdre la tête, au point que, je n’ai même pas senti que son soumis c’était vidé dans ma bouche. C’est dire si j’était dans les nuages cotonneux des sensations bien trop fortes pour une première. Quand ils m’ont relevé, j’étais dans un état de délabrement avancé. Ils m’ont mis une laisse pour me conduire à leur chambre et me coucher par terre aux pieds du lit sur une couverture jetée à même le carrelage. Ouf, dodo !

    Au petit matin, j’avais une envie de pisser monumentale. C’est soum888 qui m’a accompagné aux toilettes où j’ai enfin pu libérer ma vessie, assis, même porte ouverte devant lui. Il m’a ensuite conduit par la laisse dans leur chambre, a soulevé le drap pour me guider vers la bite mole de son Maître en me disant : « il adore être réveillé comme ça ». J’avoue qu’en guise de café, c’est dur ! ! ! ! La prochaine fois qu’ils viennent au club, dans le whisky coca de son soumis, j’y mets du sel et du poivre....

    La chose mole a pris forme, elle est devenue dure comme du marbre. Maître Fred a passé sa jambe au-dessus de mon corps pour emprisonner ma tête entre ses cuisses. Quand il a attrapé mes cheveux, j’ai compris ce qu’il m’attendait. Il s’est mis à agiter ma tête comme si c’était une branleuse. J’essayais de ne pas m’étouffer ou vomir quand un jet a percuté ma gorge. Que je tousse ou pas, rien ne l’a arrêté, j’ai du tout avaler et rester avec son chibre dans la bouche. Et ça, cela a duré longtemps car il s’est endormi comme ça. Le chibre est devenu nouille.

    Pendant la journée, j’ai eu de nombreux privilèges. Boire un café, me doucher sous surveillance, manger sans les mains sous la table, faire la sieste couché sur une couverture dans un coin du salon avec, par chance, les mains libres. La chaîne du collier de la lope, elle était quand à elle fixée au radiateur.

    Les privilèges ont continué le soir.

    Bocal_a_lavement_enema_2_litres_1_.jpg

    Bocal à lavement 2 litres en acier inoxydable

    Mon fessier a été choyé et lavé en profondeur. Après m’avoir remis sur le banc à fessée, ils ont suspendu un gros bocal à lavement en ferraille avant de m’enfoncer la canule dans l’oignon. Ils m’ont menacé de me faire lécher par terre s’il tombait quelque chose !!!!! Autant dire, que j’ai serré les fesses comme un malade ! Après m’avoir libéré, marcher avec deux litres dans le bide sans fuir pour aller aux toilettes, c’est compliqué !!!!!!! Ils ont refait l’opération « décrassage » deux fois, j’étais honteux de leur commentaires et surtout vidé, ce truc cela épuise.

    Dormir avec une couche sur la couverture près du canapé a été ensuite un gigantesque plaisir malgré la couche de ..... sécurité.

    Les privilèges suite !

    Douché et parfumé, j’ai été habillé par soum888 avec des fringues à lui. Oh je dis fringues au pluriel, en fait ce n’était qu’un Jockstrap et dentelles d’ABCplaisir !

    Jockstrap_et_dentelles_8_.jpg

    C’est sûr qu’avec ça, l’invitation à consommer sans modération était carrément sur moi !

    Pour la soirée, les missions de soum888 étaient d’assurer l’accueil et le service des amis de Maître Fred. Il avait annoncé une soirée dépucelage à ses amis de Fessestivites. L’enfoiré ! ! ! Mes missions étaient aussi très simples, assurer le bien être des invités et d’être leur jouet.

    Je ne sais dire combien de paire de chaussures j’ai du embrasser en guise d’accueil, mais beaucoup. Ensuite ce fut des pieds et des bites et même des fesses sous la surveillance de Maître Fred armé d’une cravache. Il appelle ça, présenter ses respectueux hommages....

    Paradoxalement, j’étais bien dans ma tête même je me sentais humilié d’être traité moins bien qu’un chien. Ben oui quoi, les chiens ça sent les culs, mais que quand ils ont envie. Dans leur grande amabilité, ils m’ont offert à boire pendant qu’ils picolaient sévère. La bière en gamelle, quand on a très soif, finalement c’est très bon. Il y a eu des mélanges dans ma gamelle c’est sûr, car à un moment j’étais pompette. Un des soumis s’est fait fesser copieusement avant de se faire fister. Et une fois qu’il avait la main enfoncé dans le cul jusqu’au poignet de son Maître, un autre a repris la fessée avec une cravache. Le soumis bramait tout ce qu’il pouvait même la bouche pleine.... La bière ça donne envie de pisser, je pense que certains ont profité de lui parce qu’à certains moments, il était très silencieux.

    Maître Fred a pris la parole pour annoncer la perte de mon pucelage, façon pluriel puisque l’a veille il m’avait « essayé » pour tester la lope. Quand j’ai demandé un verre pour fêter ça avec eux, en fait chercher du courage, ils ont été « « « adorables » » » et m’en ont donné plus qu’un via les soumis. Chacun d’entre eux a du me donner la becquet avec un peu de ce qu’il avait dans son verre. Pour un barman, être servi par la bouche des soumis en guise de verre, c’était original d’après eux.....

    Entravé solidement sur le banc à fessée, j’ai été bien préparé mentalement en recevant une « « petite fessée » » au paddle en devant sucer des bites en silences. J’avais le feu au cul au sens propre du terme mais, encore un paradoxe, je n’ai jamais supplié ou demandé d’arrêter, cela ne me venait même pas à l’esprit.

    La cavalerie ayant décidé de charger, la prise de ma pastille a commencé. Se faire sodomiser à la chaîne devant du monde c’est quand même très humiliant, au moins au début.... Après, on est dans un autre monde. Ils étaient une douzaine, je suis incapable de dire combien m’ont sauté. Par chance, c’était des habitués de la baise en série, ils m’ont lubrifié le fion régulièrement, sans quoi, cela aurait été horrible.

    LA SURPRISE ???

    La surprise est arrivée par un coup de sonnette. Lorsque la personne est entrée, Maître Fred est venu immédiatement me mettre une Cagoule uro sexe sur la tête.

    Cagoule_uro_sexe_hard.jpg

    Cagoule uro sexe

    Après l’avoir ajutée et bien serrée, je n’entendais plus grand chose. J’avoue que cela m’a bien aidé à me sentir encore plus « la chose » ou le jouet. Toutefois, un doute m’habite (sans jeu de mot) depuis cette soirée.

    J’ai l’impression d’avoir reconnu la voix et d’avoir été baisé par mon patron. Si c’est bien lui, il est monté comme un âne, pardon, un cheval. Si j’avais bien apprécié les autres « consommateurs » lui ce fut dur, dur, et même rude. J’ai eu mal du début à la fin ou presque. Cette queue était très grosse et très longue, elle butait au fond de moi comme un marteau piqueur.

    A travers la cagoule, j’ai entendu d’autres cris, je n’étais pas le seul à déguster ce soir là. Ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas bu que du sperme cette nuit là, il y a des fois où s’était trop liquide. Quand ils m’ont détaché et porté pour pouvoir disposer du banc à fessée, j’ai bien apprécié le repos du guerrier vaincu. Couché à même le sol dans un coin du salon, je me suis endormi. Le réveil a été un peu rude avec le retrait de la cagoule remplacée par un bandeau.

    Etendu sur le dos, j’ai du lécher les culs des invités en guise de bises. Pour me motiver, Maître Fred procédait à une pédagogique persuasive en m’écrasant les précieuses avec un

    CBT écrase testicule. Je peux vous dire qu’avec ce truc, on en oublie où va sa langue ! ! ! Quoi qu’il en soit, le soir, enfin la nuit, avant d’être couché au pieds du lit avec une couche par sécurité, j’ai pu prendre une douche et le laver les dents. Merci Maître Fred !

    Maître Fred et Soum888 ne sont pas ABDL, la couche c’est juste par sécurité, et j’ai compris le pourquoi le lendemain avec quelques traces de « freinage manqué ». Il est vrai qu’avec ce que j’avais pris, le « joint torique » n’était plus très efficace. Quoi qu’il en soit, ces messieurs ont voulu profiter de moi jusqu’au bout du week-end, surtout Soum888 qui a profité de l’occasion pour s’accorder des plaisirs multiples, autant sexuels que punitifs, jusqu’au moment où son Maître lui a imposé de me faire une gâterie. Ah enfin car ils m’ont retiré la cage en plus du reste !

    J’avoue qu’en rentrant chez moi, je ne me suis pas caressé, je ne pensais qu’à dormir. Ce type de plan, c’est aussi tuant que jouissif, c’est à vivre au moins une fois car c’est très « perturbant ». Quoi qu’il en soit, je suis toujours à la recherche d’une Maîtresse, les femmes, même sadiques, c’est plus mon trip.

    Il y a un petit hic quand même, au club, il y a des fois où je dois porter le fameux Jockstrap et dentelles qu’ils m’ont offert, sans quoi, ils menacent, gentiment, de me refaire un plan dans un sauna gay. J’avoue hésiter.....

    FIN

    Cette histoire est totalement fictive. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

    TSM

    Tous les accessoires présentés sont comme par hasard de ABCplaisirABCplaisir.jpg

    Histoires et photos érotiques GAY

    Vidéos GAY

    Rencontres GAY

    Forum  LGTB

    Boutique plug et accessoires BDSM à prix réduit

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Selfbondage water-bondage scénario est le plan d'un des membres de Fessestvites que nous avons mis en image avec nos produits.

    Selfbondage water-bondage scénario

    Scénarios et idées de selfbondage

    500 vidéos de selfbondage

    Rencontres BDSM

    Forum selfbondage

    Matériel de selfbondage

    Galeries d’images à copier et rebloguer si vous voulez

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Surprise à se faire plaisir après son selfbondage. Avant qu'elle ne se libère, cela aurait pu être aussi très amusant en lui volant les clés par exemple ! MDR

    Selfbondage surprise

    Scénarios et idées de selfbondage

    500 vidéos de selfbondage

    Rencontres BDSM

    Forum selfbondage

    Matériel de selfbondage

    Galeries d’images à copier et rebloguer si vous voulez

     

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires