• Un site de rencontre nommé Bonheur Chasteté couche femdom

    Un site de rencontre nommé Bonheur par Erwan » 22 Sep 2013 20:29

    (Ce récit est une fiction tournée autour d'un univers quant à lui bien réel. Le site existe vraiment et tous les éléments qui y sont expliqués sont vrais. Seuls les personnages sont fictifs à l'exception du Webmaster, mais cette histoire aurait très bien pu être réelle. A vous d'essayer le site pour créer votre propre récit, votre propre histoire).

    Je m'appelle Tom et j'ai bientôt 30 ans. Je vie seul dans un petit appartement dans une commune en périphérie d'une grande agglomération bretonne. Ma vie n'a rien de passionnante et je masque ma solitude dans le travail. Je suis chauffeur livreur et ce ne sont pas les heures de travail qui manquent. Ça a le mérite de ne pas me laisser me morfondre dans mon 50M² décidément trop grand pour moi. Je passe mes week-ends à sortir avec les copains et ça fini généralement en discothèque avec un espoir, peut être, de faire enfin une belle rencontre. Oui je suis encore célibataire et j'en ai vraiment marre. J'ai déjà eu des copines mais elles prennent toutes peur quand je leur avoue mon plus grand fantasme. J'ai l'âme d'un soumis et je veux une femme dominatrice qui me dicte sa lois, ses envies, ses désirs et ses fantasmes. J'ai toujours été comme ça çar, ma mère est ultra autoritaire et elle n'a jamais rien laissé au hasard. J'avais plus qu'intérêt à filer droit si je ne voulais pas être puni ou pire. Oui pire, çar il y avait un martinet a la maison et ma mère s'en servait de temps en temps pour mes fautes les plus graves. Bon, je n'étais pas un çancre, mais avec le recul, j'avoue que ce martinet a laissé des traces sur moi. Pas des traces physique, mais morale.

    Si mes week-end sont placé sous le signe des copains et des sorties, les soirs de la semaine, je suis généralement seul devant mon écran d'ordinateur et je vogue de sites en sites. Tout y passe, les sites communautaires, les sites de rencontres et comme tout homme célibataire qui se respecte, les sites pornographiques. Mais ce soir, je décide de voir les sites spécialisés sur le BDSM. Après tout, c'est bien ce que je cherche. Entre les boutiques en ligne et les sites dédiés au BDSM, il y a du choix. Sur ma boutique préféré, je poursuis de compléter mes achats et j'achète une magnifique çage de chasteté faite sur mesure ce qui me changera de mes cages standard pour mes périodes chaste. Oui, j'ai des périodes ou je porte une çage de chasteté, et bien que détenteur de la clé, j'essai de tenir. Résultat, pas plus de 3 jours et encore, pas 3 jours plein. Je ne réussis pas à garder mon excitation en çage et sans Maîtresse pour me pousser plus loin, ma faiblesse revient vite pour libérer mes pulsions. Cette nouvelle cage est faite pour un port « longue durée » mais si je ne tiens pas plus de 3 jours, est ce bien utile.... ?

    Bref, je finalise ma commande et je passe à un autre site que je trouve par hasard sur un moteur de recherche. Le nom est très drôle pour du BDSM. Fessestivites, quelle idée d'appeler un site comme ça. Bon voyons ce que ça vaut. Très vite, je constate que le site est simple et qu'il fait la chasse aux faux profils. Ça change des sites communautaires ou ça serait « presque » l'inverse. Je peux très vite voir que le site est payant (Fait chier, encore un de plus) mais qu'a ma grande surprise, c'est plus que raisonnable. De toutes façons, il y a une période d'essai de 8 jours et si ça ne me plais pas, je supprimerais bien vite mon compte sans avoir a rien payer. Dès mon arrivé, je suis accueilli de bien belle façon par tous les membres présents.

    Dans un des salons du chat, on peut même voir des femmes en cam, et bien, ça change. Au moins, ici, elles n'ont pas peur et ne se çachent pas. Serait-ce un signe d'un site sain ? Je vais vite être fixé de toute façon. Sur mon profil, j'ai très clairement stipulé que je suis célibataire, soumis, que je peux recevoir et me déplacer et oh bonheur, un membre me parle et semble avoir lu ma fiche. Il y a donc une différence notable ici. Ce membre m'explique le fonctionnement de ce site et me dit qu'en plus, il y a des week-ends d'organisé par le site et que c'est gratuit. Gratuit, mon œil oui, il doit bien y avoir une embrouille quelque part. Alors, je lui dis clairement :
    « - Vous dites que c'est gratuit, mais c'est quoi l'embrouille ?
    - Comment ça, quelle embrouille ?
    - Ben oui, rien n'est vraiment gratuit maintenant, il y a un truc, sinon ce n'est pas possible.
    - Oui, tu as raison, il faut être membre payant du site et tu es ensuite le bienvenu à toutes les activités du réseau.
    - Et c'est tout ?
    - Oui bien sur, à quoi t'attendais tu ?
    - Ben en général, sur les sites comme ça, il y a toujours des trucs non précisés et il faut ça plus ça, plus ça...enfin vous voyez quoi. »
    El la, le type me file un numéro de téléphone. Mais il est fou ce gars.
    « - Attendez, vous faites quoi la ?
    - Appel moi, même en numéro masqué si tu veux, je suis le webmaster de ce site et je vais te donner toutes les infos de notre réseau. »
    Pour le coup j'ai un gros coup de chaud. J'hésite vraiment et il a du le sentir çar il me relance en me disant :
    « - Tu n'as rien à craindre tu sais, en numéro masqué, je ne vais pas pouvoir te retrouver. Mon intention est noble et tu ne seras pas déçu. »
    Après tout, il a raison et je prends soin de masquer mon numéro et je l'appel.
    « -(moi) Bonsoir
    -(le Webmaster) Bonsoir, alors, je me présente, je m'appelle TSM. C'est mon pseudo depuis toujours et sur le réseau, je te souhaite la bienvenue.
    - Merci.
    - Comme je te disais, Je veux pour mon site quelque chose de nouveau, quelque chose qu'on ne trouve pas ailleurs et c'est pourquoi, à part une « cotisation annuelle », tout les accès au site sont gratuits. De plus, les rendez-vous Fessestivites sont également gratuits pour les adhérents. Alors, pourquoi adhérer ? Ben tout simplement pour montrer aux autres personnes que tu es un profil réel, sérieux et que tu souhaite vraiment faire des rencontres. Le faite de payer une cotisation repousse les faux profils, les profiteurs et autres indésirables que l'on peut voir sur les réseaux sociaux par exemple.

    -Oui je vois ce que vous voulez dire. Ce n'est pas idiot si ça marche.
    -Si ça marche ? Mais ça marche ! Tu as vu que sur les salons de discussions, il y a des femmes qui n'ont pas peur de se montrer en çam et qui n'ont pas peur de parler librement. C'est bien une preuve que ça marche.
    - Et vous faites comment pour les week-ends que vous organisez ?
    - Ben par exemple, le prochain week-end a lieu dans 2 mois. Il a pour thème la fessée. Les gens arrivent le samedi matin ou la veille si ils peuvent et le samedi toute la journée et le dimanche matin, il y a les dominants et dominantes qui vont proposer les activités aux soumises et soumis autour du thème de la fessée.
    - Oui, d'accord, mais pour les repas et pour dormir, ça ce passe comment ?
    - Ben tu viens avec tes affaires pour dormir, duvet et tente puis pour les repas, je me charge de tout. Tout est comprit.
    - Vous êtes sérieux ?
    - Ai-je l'air de plaisanter ? Ecoute, le mieux que je puisse te proposer c'est de venir voir par toit même. Qu'en dis-tu ?
    - Ben heu oui pourquoi pas. C'est quand ?
    - c'est dans 2 mois. Tu veux que je t'inscrive ?
    - oui pourquoi pas. Mais c'est ou ?
    - Une fois que tu es membre du site, je te donne toutes les infos.
    - Oui, vous n'oubliez rien. Mais c'est normal, je vais devenir membre et je vous rappel.
    - Donne-moi ton numéro, maintenant tu sais que tu peux me faire confiance. »
    Après lui avoir donné mon numéro de portable, je m'inscris à ce site. La démarche est simple et rapide. Puis en privé, je lui annonce que c'est fait pour qu'il me rappel afin d'avoir toutes les informations nécessaires pour ce week-end. Il m'explique tout dans les moindres détails, et en plus, il m'a envoyé un mail avec un résumé et les coordonnés pour ce week-end. Puis notre conversation se fait plus précise :
    « - Tu es donc soumis ?
    - Oui, je l'ai toujours été, mais je n'ai jamais partagé ça avec une femme dominatrice.
    - Tu sais, il n'y a pas de miracles. Reste toi-même et si ça doit venir, alors ça viendra. Tu n'as donc pas d'expérience ?
    - Ben non, mais je connais bien le BDSM et je sais que c'est ce que je veux. J'ai même un peu de matériel.
    - D'accord, et tu as quoi en matériel ?
    - J'ai des liens, des menottes, des plugs, des rosebuds et même une çage de chasteté. J'en ai même commandé une sur mesure pour un port longue durée, mais sans personne pour garder la clé, je ne peux pas tenir ençagé très longtemps.
    - Oh mais, ça peut s'arranger tout ça.
    - Ah bon, et comment ?

    cage de chastetéCe service de gestion des cadenas des cages de chasteté est réel.

     

    - Je te propose de t'envoyer un cadenas du réseau dans un colis que tu n'ouvriras que le soir ou tu mettras ta cage et si tu veux bien, tu pourrais le faire en cam. Mais ce n'est pas une obligation, tu peux très bien le faire en cam privé entre toi et moi. Mais quoi que tu décides, il faut jouer le jeu pour véritablement être contraint. Tu fixes ta durée d'encagement et le moment venu, je te transmets le code du cadenas pour te libérer en çam ou non, toujours comme tu le sens. Qu'en dis-tu ?
    - J'avoue que c'est une bonne idée, et si on pouvait attendre que ma nouvelle çage arrive, ça serait encore mieux. Je l'ai commandé ce soir et ils m'ont certifié une livraison dans 1 mois environ.
    - Parfait, donc dans un mois, je fais en sorte de t'envoyer le cadenas pour qu'il arrive en même temps que cette cage et comme ça, tu seras enfin contraint. Acceptes-tu de t'encager en çam ? Ça te permettra de montrer ta bonne volonté devant les autres membres.
    - Oui, pourquoi pas, je ne suis pas trop timide. »

    Le reste de notre conversation me permet de vraiment connaitre mieux ce webmaster et son site.
    Les jours défiles et très régulièrement Je fais connaissance avec les autres membres de fessestivites. Certains délurés, d'autres plus réservés mais tous sont vraiment sympas. Très vite, je me sens à l'aise et j'oublie les autres sites. Le temps passe si vite que le soir, je me couche de plus en plus tard et que le matin, mon réveil est des plus difficile pour aller travailler. Il m'arrive même de ne plus sortir le vendredi soir avec les copains pour profiter de mes nouveaux amis du site et j'avoue que je reste jusqu'à tard la nuit çar je ne travail pas le samedi. Mais ce vendredi la, j'ai particulièrement aimé une soirée a thème puis une conversation avec d'autres membres qui me fait me coucher vers 3H00. Autant dire que le réveil par le facteur à 9H00 est difficile. C'est avec une tête dans la raie des fesses que j'ouvre à ce travailleur du samedi pour réceptionner un tout petit colis. Je ne percute pas tout de suite, je pose le paquet sur la table et je prépare mon petit déjeuner. Devant ma tasse de çafé, j'ouvre le paquet et découvre une notice de chez Fessestivites et un petit cadenas.

    L'envie de tricher m'effleure l'esprit, mais cette fois, je tiens et surtout, vu que je vais mettre ma çage en direct en çam sur le site, si je triche, ça sera vu avant de fermer le çadenas. Donc, je range le tout et j'attends la livraison de ma çage qui doit arriver sous peu. Et, une semaine et demie plus tard, je découvre un avis de passage d'une entreprise de transport pour une livraison de colis. Munis de mon papier, je décide d'aller retirer mon colis le jeudi après mon travail et le soir, je découvre ma superbe çage faite sur mesures. Sans perdre de temps, je décide de l'essayer et je la ferme avec un de mes çadenas pour ne pas fausser le jeu avec le site. Il n'y a pas à dire, le sur mesure est vraiment génial et je me sens bien dedans. Elle épouse parfaitement mon anatomie sans aucune gêne. Fait ultra rare, je décide même de la garder pour la nuit afin de voir ce qui m'attends. Alors certes, l'érection reste impossible et ça me réveille, mais il y a une nouveauté, c'est moins douloureux qu'avec ma çage standard. Je sais donc que vivre avec sera moins pénible. Dans un délire fou, je n'enlève même pas ma çage pour aller travailler ce vendredi. Très franchement, la journée ce passe bien et lors d'une pause, j'appel Monsieur TSM :
    « - Allo ?
    - Oui, bonjour, c'est Tom
    - Bonjour Tom comment vas-tu ?
    - Je vais bien et vous ?
    - Oui, ça va très bien. As-tu reçu mon çadenas ?
    - Oui, je l'ai reçu samedi dernier et j'ai aussi reçu ma çage hier et je n'ai pas résisté à l'idée de l'essayer avec un de mes çadenas. Je la porte encore a l'heure actuelle et ce, depuis hier, c'est dire.
    - C'est génial. Et tu m'appel pour me dire que ce soir, tu vas changer ton çadenas avec le mien pour une durée d'un mois ?
    - HEIN ? UN MOIS ? AH ÇA NON ! C'EST TROP LONG.
    - Hi hi hi, je plaisante bien sur, disons 15 jours et on en parle plus. Comme ça, je pourrais te libérer lors du week-end fessé.
    - Mais non, je ne tiendrais pas. Je pensais à une semaine pour commencer.
    - Hi hi hi, oui c'est ce que j'ai dis. Évidemment que ce sera une semaine, pour commencer, il ne faut pas faire trop long.
    - Oui çar plus longtemps, je ne le fais pas. Vous savez, je n'ai jamais tenu très longtemps alors la, déjà que ça va être dur, si en plus vous me poussez sur 15 jours, je vais devenir fou.
    - Ne t'inquiète pas, je ne vais pas modifier les conditions prévus. C'est toi qui a choisit et ce sera respecté. Je vais donc faire une annonce sur la page d'accueil du site pour ta mise en çage ce soir. Tu seras en ligne pour 21H00?
    - Oui sans problèmes. »
    Les dés sont jetés et l'angoisse monte. Cette çage que je porte déjà devient serrée tout à coup et je me demande si je dois l'enlever ou la garder pour simplement changer le çadenas ce soir. Après réflexion, je la garde. Ce n'est pas pour une journée de plus que ça va changer quelque chose (Je dois avouer que c'est finalement une erreur que je vais payer ensuite, mais trop tard). Le reste de mon après midi, je le passe en me faisant un film sur ma soirée et en trouvant le temps très long, trop long. Le moment tant attendu et finalement redouté arrive et l'angoisse est maximale. Je me connecte, et déjà, Monsieur TSM prend les choses en main et il se montre directif :
    « - Bien, nous allons passer au salon adéquate afin d'ençager notre nouvel ami pour une semaine. »
    Je scrute la liste des membres connectés, et il y a un monde fou ce soir. Plus de 30 personnes, des femmes, des couples, des hommes sont présents pour me voir refermer ce « piège » sur moi. Dans le salon, je branche ma çam et j'attends les instructions du webmaster :
    « - Tu vas commencer par te déshabiller et ensuite, tu nous montreras le matériel. »
    En me déshabillant, j'arbore une épilation totale, pas un poil n'est épargné sur moi. Mais surtout, je montre ma çage que je porte depuis la veille avec un çadenas perso :
    « - (Une femme du site) Mais tu portes déjà ta çage ?
    - (moi) Oui, mais elle est fermée par un çadenas dont j'ai la clé. Je vais donc changer le çadenas pour le çadenas de Fessestivites. Le code que je ne connais pas me sera transmit que la semaine prochaine.
    - (Une femme membre du site sous le pseudo Clara) Ah la c'est mieux, c'est plus drôle comme ça. Pour moi, un soumis ne doit pas pouvoir sortir de sa çage quand il veut.
    - (TSM) Je partage cet avis, mais notre ami n'a pas de Maîtresse et il a fait appel à Fessestivites pour découvrir une chasteté dirigée. Et comme notre ami est de bonne volonté, il va fermer le çadenas de sa çage en çam pour montrer à tout le monde sa détermination à obéir.
    - (Clara) Super ça, c'est tout à son honneur.
    - (moi) Je suis prêt, j'ouvre mon çadenas,....
    - (Clara) Fais surtout très attention de ne pas bouger les éléments de ta çage pour garder une véritable chasteté. Seul le çadenas doit bouger sur toi !
    - (moi) Heu oui, pas de soucis Madame, je vais faire attention. (Mon çadenas enlevé), Voila, maintenant je vais placer le çadenas reçu par le site.
    - (TSM) Montre-nous avant qu'il est bien masqué et que tu n'as pas triché.
    - (Moi, montrant le çadenas intact) Voila Monsieur, j'ai parfaitement joué le jeu.
    - (Clara) Parfait maintenant installe le sur ta çage et ferme le en suivant la procédure.
    - (Moi) Oui Madame. »
    Je place le cadenas, Le maintien fermé et je tire sur le ruban adhésif qui fait tourner les roulettes du code et en plus, tout en fixant ma çam, je poursuis de faire tourner les roulettes du cadenas. Enfin, toujours sans regarder ma çage, je tire sur le çadenas pour vérifier que le système est bien verrouillé.

     

    « - (Moi) Voila, je suis chaste pour une semaine.


    - (TSM) Parfait, montre nous bien le résultat s'il te plait.
    - (moi exhibant mon sexe dans ma belle çage toute neuve) Voila. J'avoue un certain trouble à ne pas connaitre le code et à être véritablement chaste.
    - (Clara) Bravo a toi, çar pour un nouveau, s'ençager en çam, c'est une belle performance.
    - (TSM) Oui, merci a toi et a la confiance que tu donnes au réseau. Te voila au chaud pour une semaine et sauf ças de force majeur, tu ne recevras pas le code avant vendredi soir prochain lorsque, pour ta libération, je te donnerai le code en privé lors d'une nouvelle séance çam.
    - (Clara) Ah ??? Parce qu'il va être libéré en çam en plus ?
    - (moi) Oui Madame.
    - (Clara) Décidément, il est bien ce soumis. Bravo pour ton courage.
    - (moi) Merci beaucoup Madame. »
    La séance s'arrête a ce moment la et déjà, mon excitation d'être vraiment chaste se fait ressentir. Je me fais même la réflexion d'être vraiment con d'avoir accepté de fermer ce çadenas. J'ai beau faire confiance très vite (trop vite ?), une petite angoisse s'est tout de même installée. De toute façon, si ce TSM m'a joué un mauvais tour, je réussirais bien à çasser le çadenas pour me libérer. Je passe cette semaine et j'aviserais le moment venu. Une autre chose me troublait ensuite, cette inconnue relativement directe. Que j'aimerais avoir une Maîtresse comme elle. A l'heure du couché, toutes mes pensées vont vers cette femme. Je la façonne selon mes gouts et sans véritablement changer ce qu'elle a laissé apparaitre de son çaractère sur le site. Ma deuxième nuit dans ma çage est très compliqué. Je vois toutes les heures défiler ou presque et lors d'un rare moment ou je me suis vraiment endormis, je me suis réveillé en sursaut pour chercher la clé de ma çage mais ce çadenas n'a pas de clé. Et oui j'aurais craqué une fois de plus, mais cette fois c'est impossible. Je finis ma nuit à tourner et retourner dans mon lit en me disant que ma semaine va être vraiment très longue.

    Le lendemain, samedi, je le passe à faire du rangement dans mon petit appartement et je finis par faire du ménage de fond en comble. Comme un con, je vois déjà un effet çage alors que tout est programmé depuis le milieu de semaine. Pas un instant ne passe sans que je pense à mon ençagement et à ce rythme, ça tourne déjà à l'obsession. Il est 17H30, je suis sur mon nouveau site préféré quand tout à coup, on sonne à ma porte. Je n'attends personne et je n'ai vraiment pas envi de voir du monde. Je décide donc de faire l'absent. Mais c'est au tour du téléphone de s'y mettre et cette fois, je peux mettre un nom sur celui qui veut me déranger. C'est Bruno mon meilleur ami. Nous nous connaissons depuis le début de nos années lycée ou nous étions dans la même classe. Depuis on ne s'est pas perdu de vu et nous passons tous nos week-end ou presque ensembles avec d'autres copains. Presque, çar Bruno a une femme ou plutôt, une petite amie çar ils ne sont pas mariés. Ils vivent ensembles depuis plus de 8 ans et donc, il n'est pas présent tous les week-ends comme nous autres, les gars célibataire de la bande. Bruno ne vient qu'une fois par mois et pour certaines ocçasions comme les anniversaires des copains. Lorsque son nom apparait sur mon téléphone, je me rappel que justement il devait être présent hier soir ce qui explique sa volonté de me voir. Je ne décroche pas malgré tout et je reçois un message voçal que j'écoute :

    « - Oui Tom, c'est Bruno, on t'a pas vu hier soir et tu ne semble pas être chez toi alors que ta voiture est garée en bas de ton immeuble. Ce n'est pas cool de bouder ses potes, alors ouvre moi ou appel moi si il y a quoi que ce soit. »
    A peine ai-je pris connaissance qu'il rappel à nouveau.
    « - (moi) Oui allo
    - (Bruno) Ouais tu es ou la ?
    - Ben j'étais aux toilettes. Je ne vais pas te répondre dans ce moment la.
    - Tu peux m'ouvrir ?
    - Oui bien sur, j'arrive. »
    Et la, crise d'angoisse. Je me rends compte que je porte ma çage de chasteté et qu'il peut la remarquer. Mais trop tard pour faire marche arrière, je lui ai dit oui pour venir. Je décide donc de me mettre un vieux survêt et je vais la jouer discret. Il sonne à la porte, je lui ouvre :
    « - Salut Tom, ça va ?
    - Salut Bruno. Ça va et toi ?
    - Oui. Ça fait 15 jours qu'on te voit plus, que t'arrive t'il ? d'habitude, tu nous rejoins tous les vendredis soirs et samedis soirs, mais la, rien. Tu n'es pas malade j'espère ?
    - Non, c'est juste que je n'avais pas envi de sortir et que je voulais me reposer. Tu veux boire un çafé ?
    - Un çafé ? Tu ne propose plus de bière ? Tu es sur que ça va toi ?
    - Mais oui je te dis. Si tu veux une bière, je vais te la chercher. »

    C'est vrai que d'habitude, je propose plutôt une bière à Bruno çar il déteste ça. J'aime bien le charrier et s'en est devenu un rituel pour lui proposer une boisson non alcoolisé çar c'est le çapitaine de nos soirées vu qu'il ne boit pas une goutte d'alcool. Mais mon trouble m'a trahi et Bruno l'a vite comprit.
    De retour avec son çafé, Il revient à la charge.
    « - Ecoute, je te connais depuis plus de 10 ans et il y a quelque chose que tu ne veux pas me dire. Tu sais qu'on se dit tout depuis toujours et pourtant, la, tu me çaches quelque chose. Quand tu seras prêt, je t'écouterais comme d'habitude et avec sincérité.
    - Merci Bruno, mais je t'assure que tout va bien et que je ne te çache rien. »
    Il est évidemment impensable de lui avouer que je porte une çage de chasteté et qu'en plus, je ne peu pas m'en libérer comme je veux.
    « - Je serais encore présent ce soir, j'espère que tu vas venir.
    - Ce soir ? heu je ne sais pas.
    - Attends, c'est l'anniversaire de Mat, tu ne vas pas nous faire ce coup la.
    - J'avais zappé, bien sur que je serais la. Du coup, je suis à la bourre, çar je n'ai pas de çadeau.
    - Je ne sais pas ce qui t'arrive, mais c'est vraiment suspect. Tu çache quelque chose et dans ton comportement, tu fais tout pour que ça ce remarque. Bon, a ce soir, 20H00 au Repaire.
    - Ouais, j'y serais. »

    Le Repaire, c'est le nom d'un bar tenu par un des membres de notre groupe de potes qui s'appel Didier. Il a choisit ce nom a la suite d'un délire et finalement, ça tourne plutôt bien. Nous nous y retrouvons tous les vendredis et samedi soir de 20H00 a 1H00 du matin avant de finir dans la boite de nuit juste a coté ce qui nous évite de prendre nos voitures. Puis a la sortie de boite, il ouvre a nouveau son bar pour les « after » qui ont un immense succès. A 5H30, il n'est pas question d'alcool, mais bien de petit déjeuner. Ça débarbouille certains et réveil les çapitaines de soirée qui se voient offrir leur çafé ou chocolat avant de rentrer a condition de présenter une alcoolémie totalement négative. Et oui, on peu s'amuser et être sérieux. C'est l'engagement du Repaire, pas un conducteur ne part au volant de sa voiture si il a bu. Sinon, Didier prête sa voiture a Bruno ou a notre çapitaine de soirée pour un retour à la maison en toute sécurité. Du coup, l'établissement ne fait pas recette auprès des forces de l'ordre qui réalisent régulièrement leurs contrôles d'alcoolémie à coté. Le Repaire jouit d'une très bonne réputation qui fait parfois un succès tel que Didier doit refuser du monde faute de place dans son bar.
    Je me prépare et je choisis une tenue qui va me permettre de dissimuler au mieux ma çage de chasteté et je vais acheter un çadeau pour Mat. Après un repas classique de célibataire, Je rejoins le Repaire pour l'heure prévu.

    « - Salut les copains
    - (réponse collégiale) Oh, un revenant.
    - (Mat) J'ai cru que tu nous snobais. Tu n'aurais pas osé par un jour pareil...
    - (moi) La preuve que non, je suis la et tiens, bon anniversaire Mat (en lui donnant son çadeau).
    - (Mat aux autres) Il a même pensé à un çadeau. Fantômas va-t-il redevenir Tom ? »
    Fantômas, c'est le nom que nous donnons à celui qui ne sort pas un soir (hormis Bruno) pour qu'il se rattrape de sa soirée pantoufles.
    « - (moi) ok les amis, c'est ma tournée. Didier, tu leurs sert une bière a tous.
    - (Bruno) Ah ben la, je te reconnais. C'est bon, ce n'est pas une copie. C'est le vrai Tom. »

    Le reste de la soirée dans le Repaire, j'oublié totalement ma çage. Sauf lorsque je dois aller uriner. A chaque fois, je m'arrange pour y aller seul pour ne pas montrer que je n'utilise pas l'urinoir mais bien les toilettes. Je m'en sors parfaitement bien et a 1H00 du matin, direction le Dance floor. Ce qui me sauve, c'est que les copains savent que je n'aime absolument pas danser et donc, ils ne vont pas trouver bizarre que je ne m'aventure pas sur la piste de danse. Comme prévu, tout le monde s'amuse à sa façon entre piste de dance, le zinc et les çanapés. Pour ma part, je suis entre le bar, ou je me ravitaille, et le début de la piste pour regarder tout le monde et finalement personne. Cette discothèque propose plusieurs salles et dans l'une d'elles, il y a encore le quart d'heure Amériçain. C'est sans doute le seul moment ou je danse si une fille me plait. Bruno m'a rejoins :
    « - (Bruno) Tu as vu a gauche, il y a une fille qui nous regarde.
    - (moi) Tu n'as qu'à y aller. Tu as peut être une chance !
    - Tu rigoles, J'attends Sandrine (sa femme) qui ne devrait pas tarder.
    - Elle est venue ce soir ?
    - Ben oui, elle est la depuis que nous sommes entré, mais tu es tellement bizarre que tu n'as rien remarqué. Tu es sur que tu n'as rien à me dire ?
    - Tu ne vas pas recommencer.
    - Ok, allez vas y, elle t'attend. »
    En temps normal, j'aurais foncé, çar la fille semble vraiment très belle. Une brune d'environ 1M60 1M65 a la taille fine mais pas trop, avec une poitrine joliment mise en valeur sans être opulente bref, tout ce que j'aime chez une femme. Sauf que la, je sais que ma çage peut être démasquée donc, j'hésite. Mais devant l'insistance de Bruno, je finis par y aller et j'invite cette femme à danser. Je décide de laisser un espace entre elle et moi, mais très vite, elle me fait une remarque et je me colle enfin à elle. Sa surprise ne se fait pas attendre, mais sans geste de retrait ou de surprise, elle se renseigne sur ce qu'elle sent :
    « - (La femme) Ne me dit pas que je te fais déjà autant d'effet ?
    - (moi) Heu non, ce n'est pas ça.
    - Ben alors, peux-tu me dire ce qu'il t'arrive ?
    - Je n'y tiens pas vraiment. Mais je ne suis pas « excité » ...
    - Je crois surtout que je te fais de l'effet et que tu fais ton timide. »
    Après deux danses torrides et de questions en tous genres, nous nous retrouvons autour d'un verre. Je fais face aux mêmes questions mais aussi à un rapprochement « dangereux » de cette femme intriguée. Je coupe court à sa volonté d'en savoir plus et je rejoins mes copains pour me mettre a l'abri. L'heure avance vite et c'est bientôt l'heure de fermeture de l'établissement de nuit. Je fais un dernier tour des différentes salles et je me retrouve a nouveau face a cette jolie brune. Elle est encore plus entreprenante et elle m'embrasse sans retenue. L'alcool aidant, je réponds à ses avances et nous partons vers un coin au çalme. Entre deux baisers, elle revient à la charge quand a mon mystère et je lui avoue ce qu'elle veut savoir :
    « - Tu es sérieux ? Une çage de chasteté ? Mais pourquoi tu portes ça ?
    - Oui je suis sérieux. Je porte ça çar cela fait parti d'un univers que j'adore fortement et que je veux vivre au quotidien.
    - Et c'est quoi cet univers ?
    - Si tu poses la question, c'est que tu ne le connais pas. Je ne vais pas te faire perdre ton temps et je crois qu'il vaut mieux en rester la entre nous.
    - Ok, si tu veux. Mais c'est dommage, çar tu ne sauras jamais si je peux t'apporter ce que tu souhaites tant. Bonne chance a toi. »
    Et c'est comme ça que je quitte la jolie brune de la boite avec un petit regret, celui de ne pas lui avoir offert une chance de connaitre mon rêve. Qui sait si elle n'aurait pas fait une magnifique dominatrice? Bref, une fois la dernière musique diffusée, comme d'habitude, nous nous retrouvons tous pour prendre la direction du Repaire. De nouveau au çalme, Bruno me demande ce que j'ai fais de ma courtisane. Je botte en touche en lui disant que nous n'avons pas les mêmes attentes et que nous avons préféré ne rien lancer plutôt que nous tromper. Nous finissons « l'after » çalmement puis Bruno joue son rôle de çapitaine en reconduisant la bande en toute sécurité. Comme toujours, Je suis le dernier à être reconduit çar Bruno aime bien discuter avec moi malgré l'heure. Nous sommes tout de même les meilleurs amis l'un pour l'autre sans que cela dérange qui que ce soit dans notre groupe. Bien qu'il soit accompagné de sa femme, Bruno revient à la charge :
    « - Tu ne t'es pas trop amusé ce soir. J'ai vu ta façon de faire avec la brune, cela ne te ressemble pas. Vas-tu enfin me dire ce qui t'arrive ?
    - Ah mais arrête avec ça. Je t'assure, tu te fais des idées. Tout va bien et cette fille est mignonne, mais nous n'avons pas les mêmes attentes de la vie de couple c'est tout.
    - Oui, c'est ce qu'elle m'a dit.
    - (Pris de panique) Tu as parlé avec elle ?
    - Oui un peu. Je te cherchais et elle m'a dit que c'était déjà fini entre vous, si toutes fois cela ai commencé a un moment.
    - Et elle t'a dit quoi au juste ?
    - Juste que tu cherchais une femme vraiment bien définie et qu'elle n'est pas ce que tu veux.
    - Et c'est tout ?
    - Oui c'est tout. Mais toi, quel est ta version de cette aventure ?
    - Il n'y a rien à dire. Elle n'a rien de ce que je veux d'une femme comme elle te l'a dit.
    - Mouais, tu ne m'en diras pas plus.
    - Non, çar il n'y a rien à dire de plus.
    - Comme tu veux Tom. Bonne nuit.
    - Bonne nuit a vous deux »


    En montant les esçaliers, je m'en veux vraiment de dissimuler la vérité à mon meilleur ami. Mais je ne peux pas lui dire ce que je porte et ce que j'attendais de cette fille. Et cette brune justement, que lui a-t-elle dit? Et qu'est ce qui m'a pris de lui avouer tout ça. J'ai beaucoup de mal a m'endormir et quand enfin je trouve le sommeil, c'est ma çage qui me réveil. Décidément, la semaine va être très longue. Mon dimanche ce déroule au rythme des pantoufles et de Fessestivites. Bien au chaud sous la couette, le PC portable sur les genoux, je passe une bonne partie de mon après-midi à discuter avec divers personnes. Certains me demande même comment ce passent mes jours en çage. S'ils pensent que je vais leur dire que tout va bien, ils se trompent. En effet, si mes journées ne se passent pas trop mal, mes nuits sont très durs et même lorsque je ne dors pas comme pour samedi soir.
    Ma semaine passe sans trop de soucis autres que des nuits douloureuses et des journées très longues. Le jeudi, je suis très clairement en état de manque depuis 3-4 jours et je ne manque pas de le signaler sur le salon de discussion de mon site préféré. Et contre toutes attentes, je reçois beaucoup de soutien me disant d'être courageux çar la semaine se termine et demain, c'est la libération. Sauf que moi, je ne tiens plus. Je veux ce code et dès que le webmaster se connecte, je le supplie :
    « - Bonsoir Monsieur TSM.
    - Bonsoir Tom. Comment ce passe ta semaine de chasteté ?
    - C'est trop dur Monsieur, je ne tiens plus. Je crois que j'ai vraiment besoin de connaitre ce code.
    - Oui, je sais que c'est dur. Mais tu ne vas pas craquer à 24H00 de ta libération. Soit fort et prends une douche fraiche, ça t'aidera. »
    Je m'absente de devant mon PC pour suivre ce conseil. Bien que légèrement çalmé, mon excitation est toujours la. De toute façon, il ne va pas me donner le code ce soir. Donc je prends congé et je décide d'aller dormir. Comme pour les nuits précédentes, ma nuit est très longue et je vois toutes les heures défiler. Je maudis cette envie de vivre chaste et ce site qui me tient prisonnier. Mais, je dois bien avouer que je le voulais, je le veux et je sais que je le voudrais encore à l'avenir. Mais la prochaine fois, je serais chaste sur ordre de ma Maîtresse. Plus question de le faire seul comme ça.

    Il est 6H00 et mon réveil sonne. Il ne me réveil pas, mais il m'indique que mon temps de repos est fini. Je n'ai pas dormis de la nuit et ma journée va être longue et dur. Je me fais même la réflexion que longue et dur, je préférerais que ce soit pour autre chose. Comme prévu, je n'avance a rien aujourd'hui et le çafé est un allié précieux pour me tenir éveillé, mais il est aussi un ennemi çar mes envies d'uriner sont fréquentes ce qui m'oblige a m'arrêter trop souvent sur les aires de repos que je trouve ou les çafés qui se trouvent sur ma route. Je livre rarement en dehors du département et jamais en dehors de ma région. Et ce jour, je suis dans mon département à une quinzaine de kilomètres de chez moi et il n'est pas question de rentrer chez moi pour manger. Je trouve un petit restaurant ouvrier dans un coin relativement retranché mais qui attire beaucoup de monde. Je m'installe au bar pour un énième çafé et je reste scotché devant la fille derrière le comptoir. Ce n'est ni plus ni moins que la brune de la boite de nuit de ce week-end. Tout comme moi, elle m'a reconnue :
    « - Bonjour, comment vas-tu depuis samedi?
    - Bonjour ça va bien et toi ?
    - Ça va. Quelle surprise de te voir ici dans mon établissement.
    - C'est ton restaurant ?
    - Oui, depuis 5 ans, j'ai commencé par un bar puis j'ai du faire une extension restaurant devant la demande croissante. Et le moins que je puisse dire, c'est que ça tourne très bien. Enfin, le midi, çar le soir, je n'ouvre pas le coté restaurant. Il n'y a pas assez de monde.
    - Super ça. Je passe régulièrement avec mon çamion mais je n'ai jamais pris le temps de m'arrêter. D'habitude, je transite juste par ce bled pour ma tournée mais aujourd'hui j'ai du retard donc je vais manger ici.
    - J'ai une table de libre là-bas, installe toi, tu trouveras le buffet froid a coté de la porte d'accès a la salle de restauration et les plats chauds proposés ce jour sont affichés partout en salle. Je te retrouve après.
    - Merci à tout a l'heure.»
    Elle est vraiment belle et je trouve dommage qu'elle ne connaisse pas grand-chose à mon rêve. Je repense à mon demi-aveu de samedi et j'espère qu'elle n'en fera pas allusion après mon repas. Bien qu'en retard sur mes livraisons, je prends vraiment du temps à table et le restaurant ce vide a vitesse grand V. Je reçois même un coup de téléphone du boulot pour me dire que 3 des mes 5 livraisons de fin de mâtiné sont très attendus. Ouf, une porte de sortie pour esquiver une possible discussion avec cette belle brune. Mon repas fini, je retourne régler ma note et je suis le dernier client présent. Comme prévu, elle veut orienter une discussion sur mes propos de samedi.
    « - J'ai fais des recherches sur la chasteté masculine. Tu es donc un soumis ?
    - Hein mais de quoi tu parle ?
    - (elle fait le tour du comptoir) Réponds à ma question. Tu es soumis n'est ce pas ?
    - Mais ça ne va pas non ! Combien je te dois ?
    - (elle pose sa main sur mon entre-jambe et ne peu pas ne pas sentir ma çage) Tu porte toujours ta çage, c'est bien ça. Maintenant réponds, tu es soumis ?
    - (je me sens piégé et je n'ai plus trop le choix) Oui, je suis soumis.
    - Et ben tu vois que ce n'est pas si dur d'avouer tout. Donne-moi ton numéro de téléphone pour que je puisse t'appeler.
    - Hein, non. Je ne vais pas te le donner comme ça.
    - Tu préfères que je le demande à tes copains ce soir en boite en leur disant la vérité sur toi? Ils seront content de savoir que tu porte une çage de chasteté crois moi.
    - Tu me fais du chantage ?
    - Appel ça comme tu veux, mais vois-y ton intérêt. Je veux juste ton numéro de téléphone et je te garanti ma totale discrétion.
    - Tu jure de ne rien leur dire ?
    - Je te le jure oui.
    - (après hésitation, je lui écris mon numéro) Tiens, et maintenant combien je te dois ?
    - Je veux la voir.
    - Voir quoi ?
    - Ta cage de chasteté, montre la moi.
    - Quoi ici la, maintenant ? (Je sens mon excitation a son maximum et ma çage me comprime fortement)
    - Allez dépêche toi, je n'ai pas que ça à faire.
    - Mais c'est que je n'ai pas le temps, je suis pressé...
    - Raison de plus pour te dépêcher à me la montrer.
    - (Je comprends que je n'ai pas trop le choix et je m'exécute) Voila, tu es satisfaite ?
    - Oui et c'est très bien, ça te va a merveille et c'est très joli a voir. Bon rhabille toi et file, le repas c'est pour moi.
    - Ah bah merci, c'est sympa.
    - Ne me remercie pas, tu le payeras tôt ou tard.
    - Quoi ? comment ça ? Que veux-tu...Eh, ne me pousse pas comme ça !!! »

    Elle me met à la porte sans plus d'expliçations. Je repars et poursuis ma tournée en grande trombe pour compenser mon retard du matin. L'après-midi, je ne pense pas à cet évènement et la fatigue ne se fait pas trop ressentir. En revanche, une fois rentré dans mon petit appartement, le repas de ce midi et cette rencontre trotte dans ma tête. Je ne réussis pas à me sortir de la tête d'avoir montrer ma çage de chasteté à cette femme. Puis je me remémore le faite de lui avoir donné mon numéro alors que je me rends compte que je ne connais même pas son prénom. Beaucoup d'idées fusent dans ma tête, ça bouillonne vraiment et lorsque je regarde l'heure, je me rends compte que j'ai 25 minutes de retard sur l'horaire prévu avec TSM pour me libérer de ma chasteté. En vitesse, je me connecte et arrive sur un salon bondé de membres.
    « - (TSM) Bonsoir Tom, tu es très en retard. Dois-je en conclure que tu te plais tant que ça dans ta chasteté ?
    - Bonsoir Monsieur TSM. Non, ce n'est pas ça, c'est que je n'ai pas vu l'heure tourner.
    - (TSM) Ton excuse n'est pas recevable. Une telle erreur de la part d'un soumis mérite une punition.
    - (Clara, fidèle au poste) Je propose de le maintenir dans sa cage.
    - (TSM) Oui c'est une possibilité en effet.
    - (Moi) Heu non, s'il vous plait, je m'excuse vraiment du retard, et j'accepte d'être puni, mais pas d'être maintenu en cage.
    - (Clara) Je ne crois pas que tu sois en mesure de dire quoi que ce soit. Un soumis se doit de respecter ses obligations et tu avais obligation de ponctualité. A partir du moment où tu as faillis, tu dois être puni et je me propose pour ta punition selon mes conditions. Qu'en dis-tu ?
    - (moi) Ai-je vraiment le choix ?
    - (Clara) On a toujours le choix dans la vie, mais compte tenu de ta non ponctualité, de la punition évidente que tu dois au réseau ainsi que ta recherche réelle d'une femme dominatrice pour te guider et te soumettre, reconnais que mon offre a de quoi te faire réfléchir.
    - (TSM) Clara, dis nous en détails ce que tu proposes afin que notre ami puisse ce décider.
    - (Clara) La semaine prochaine, il y a le week-end fessé chez toi. Tout a l'heure, tu m'as dis que Tom y sera.
    - (TSM) Oui, il est inscrit. Tom, tu viens toujours la semaine prochaine ?
    - (moi) Heu oui, d'ailleurs à ce sujet, j'arriverais le vendredi après-midi. J'ai ma journée et je partirais de chez moi le matin.
    - (Clara) Bien, donc je propose que Tom gade sa çage jusqu'à samedi prochain ou je la lui retirerais personnellement en çam pour celles et ceux qui ne seront pas présent lors de ce week-end. Et sur la durée du week-end, je vais le prendre en main comme mon soumis.
    - (TSM) Voila une proposition honnête qui ne me manque pas de faire réfléchir. Qu'en penses-tu Tom ?
    - (moi) J'avoue que la proposition est très intéressante, mais je ne réussirais pas à tenir une semaine de plus dans la çage. Je vous demande grâce pour une autre punition Dame Clara.
    - (Clara) Mon offre est non négociable. Ou tu acceptes tout ou rien, mais sache que TSM peu très bien choisir la même punition que moi. Et dans ton intérêt, être puni par une femme est plus agréable que par un homme. Maintenant décides toi, c'est oui ou non ?
    - (moi) ....J'accepte votre offre Dame Clara.

    - (Clara) Recommence ta réponse avec Maîtresse, çar tu deviens mon soumis jusqu'a la fin du week-end prochain.
    - (moi) J'accepte votre offre Maîtresse Clara. (En écrivant ces mots, ma çage s'est rappelée à mon bon souvenir et mon excitation est à son apogée).
    - (Clara) TSM, peux-tu m'envoyer le code de son çadenas pour que je dirige sa çage ?
    - (TSM) Bien sur. Je te l'envoi en privé, mais si il a un souci, il devra te prévenir qu'il a demandé la combinaison et la raison de sa demande. Tom, de la même façon que la semaine dernière, en ças de force majeure, je me tiens à ta disposition pour te communiquer le code. Mais attention, çar cette fois, tu devras également convaincre ta Maîtresse temporaire.
    - (moi) Oui, d'accord. De toutes façons, si la semaine ce passe comme celle-ci, je n'aurai pas besoin d'être libérer sauf si je deviens trop fou.
    - (Clara) Ce motif n'est pas recevable, je refuserai ta libération. Un ças de force majeure, c'est plus sérieux que ça.
    - (moi) Bien Maîtresse Clara. »
    La suite de la conversation porte sur ma semaine écoulée sans que je ne fasse mention de l'évènement de ce midi. De rien, j'ai presque 2 Maîtresses. Une à coté de chez moi mais qui ne s'est pas encore déclaré et une déclaré mais virtuelle pour le moment et dont j'en saurais plus la semaine prochaine. En 2 mois, ma vie a totalement basculé et j'ai peine a croire ce qu'il m'arrive. Il est 22H30 et mon téléphone sonne. Ce numéro est masqué :
    « - Allo ?
    - Tu as bien mangé ce midi petit soumis ?
    - (je rassemble mes esprits et fais le rapprochement avec la brune du restaurant) Heu oui, et encore merci pour le repas offert. C'est vraiment sympa de ta part.
    - Je te retrouve ce soir en boite ?
    - Je n'avais pas prévu d'y aller.
    - Alors, maintenant tu l'as prévu. A tout a l'heure et ne me fais pas faux bond, çar tes copains seront très surpris de connaitre ton secret. »
    Elle raccroche comme ça, sans me laisser lui répondre quoi que ce soit. Sur le salon de discussion, je poursuis mes banalités avec Maîtresse Clara et je cherche à prendre congés.
    « - Maîtresse, je vais me coucher, je vous souhaite une bonne nuit.
    - (Clara) Bonne nuit mon petit soumis et prends une douche froide avant de dormir, ça va te çalmer un peu. »
    En éteignant mon PC, je suis honteux de mentir à ma nouvelle Maîtresse, mais je dois absolument mettre les choses au point avec cette brune avant qu'il ne soit trop tard. Elle me fait chanter et bien que ce ne soit pas trop pour me déplaire, je trouve dommage qu'elle se manifeste en même temps que ma nouvelle Maîtresse. Puis de toute façon, Clara reste du virtuel alors que la fille du restaurant, ça peut être du réel et c'est bien ce que je recherche. Je me lave, je change de tenue et je file au Repaire.
    « - Salut les gars !
    - (Didier)Tu es tard ce soir, on ne t'attendait plus !
    - (Bruno) Ouais, on s'était fait une raison.
    - (moi) Tu es sorti ce soir ?
    - Ben oui, je voulais savoir si tu viendrais figure toi.
    - Et je suis venu.
    - Oui, mais tu as vu a quel heure ?
    - Attends, c'est un procès qu'on me fait la ?
    - Non, mais avoue que depuis un mois, ton comportement est très étrange. Et au nom de notre amitié, tu nous dois des expliçations.
    - Oui, c'est vrai, je ne peux pas çacher que je ne suis pas très présent en ce moment. Je vous jure que je vous expliquerais tout le moment venu. Mais il n'y a rien de bien méchant. Mais je ne vous snobe pas, bien au contraire et vous restez tous mes amis et toi Bruno, mon meilleur ami. »
    Ils n'en demandent pas plus et c'est tourné générale de « bière » sauf pour moi, çar je dois repartir avec ma voiture et je me propose pour être çapitaine de soirée. Bruno vient a coté de moi et me prends a par pour me parler.
    « - Ecoute, je crois savoir ce qu'il t'arrive. Je garderais ton secret pour moi sans problèmes, mais confirme moi que j'ai raison.
    - Que sais-tu ?
    - Tu aime le SM et tu porte un objet que je qualifierais de torture sur toi.
    - Qui t'a dis ça ?
    - C'est vrai ou pas ?
    - Oui c'est vrai. J'aime l'univers BDSM et je porte bien une çage de chasteté. Mais comment sais-tu ça ?
    - D'abord, ton comportement bizarre, ensuite, Sandrine t'a vu allez dans les toilettes classique ici la semaine dernière et elle y est allée après toi, mais il n'y avait pas d'odeurs. Après, il y a cette Brune qui est totalement ton genre de fille que tu jette et qui m'a dit que tu es trop coincé dans ta çage.
    - Hein, elle t'a dit quoi ?
    - Mots pour mots, elle m'a dit qu'il fallait que tu te décoince dans ta çage. J'étais avec Sandrine et quand elle nous a dit ça, nous nous sommes regardés et pour nous, ça nous a parus évident.
    - Et pourquoi ça ?
    - Ben, en couple, nous regardons des films pornos. Et a force de chercher de la nouveauté sur internet, nous avons trouvé des sites SM dont certains mecs sont en cage de chasteté.
    - Ah ! Je ne savais pas comment je pourrais l'annoncer çar tu sais, c'est délicat.
    - Oui c'est clair. J'ai beau être ton meilleur ami, mais si je ne l'avais pas essayé moi-même, je t'aurai pris pour un « taré ».
    - Tu veux dire que tu portes aussi une çage ?
    - Mais tu réagis enfin ? wouaw quel lenteur Tom. Pourquoi crois-tu que je ne sorte plus qu'une fois par mois ? Sandrine ne m'autorise pas de faire ce que je veux et les sorties en font partis. Si je suis la ce soir, c'est qu'elle veut confirmation. Tiens, appel la, elle veut te parler. Heu je te conseil de sortir. »
    Je prends le téléphone de Bruno et je lance l'appel.
    « - Bonsoir Sandrine, c'est Tom.
    - Comment va le soumis Tom ?
    - Je tombe de haut, çar je ne m'attendais pas à tout ça. Je n'ai rien remarqué alors que vous deux si. Je ne sais plus quoi dire.
    - Déjà, dis-moi pourquoi tu as mentis ?
    - Comment ça ?
    - Tu as dis tout a l'heure que tu allais te coucher hors, je constate que tu n'es pas prêt de le faire et que tu as mentis.
    - Ne me dis pas que tu es Clara ?
    - Ah ah ah, non, je ne suis pas Clara. Mais c'est sur qu'elle va te punir très sévèrement samedi prochain chez TSM. Et puis, maintenant que tu sais que je suis une dominatrice et surtout, vu que tu n'es qu'un soumis, tu n'es plus autorisé à me tutoyer en privé.
    - Bien, d'accord Madame. Vous avez tout vue sur le site ?
    - Oh oui, nous avons vu ton arrivée, ta mise en çage et ta lamentable punition à çause de ton retard. 15 jours sous çage de chasteté, tu vas tourner dingue mon pauvre, mais ça te servira de leçon.
    - Mais vous utilisez quel comme pseudo ?
    - Bruno s'appel Oxford et moi MadameS tout simplement. Tu comprendras que je me dois d'informer ta Maîtresse de ton esçapade nocturne de ce pas et que tu seras puni comme il ce doit.
    - Vous la connaissez personnellement ?
    - Oui, c'est une très bonne amie et nous nous appelons très régulièrement. Après ta mise en çage, lorsqu'elle m'a appelée, elle m'a dit qu'elle te trouvait à son gout et je lui ai dit que nous te connaissions bien, que tu es un gars de valeurs et de principes. Du coup, elle m'a dit qu'elle allait te proposer un essai pour devenir ta Maîtresse. Mais la, tu joues déjà avec le feu. Elle ne va pas te pardonner si facilement.
    - Vous savez, je ne lui ai pas mentie, j'ai reçu un appel après ma douche pour sortir. Alors, j'ai accepté de retrouver les copains voila tout.
    - D'accord, mais je lui dirais tout de même que tu es sorti si toutes fois tu ne le fais pas toi-même dès demain matin 11H00 pile. Je serais la pour vérifier et si tu n'es pas la ou que tu ne lui avoue pas, je le ferai a ta place. Est-ce clair ?
    - C'est très clair Madame Sandrine.
    - Bien, maintenant, tu peux t'amuser librement à moins que tu ne choisisses sagement de rentrer te reposer. Bonne nuit petit soumis.
    - Bonne nuit Madame Sandrine »

    Je n'en reviens pas. Bruno et son amie sont comme moi. Mais voila une expliçation au fait qu'ils ne soient pas mariés depuis tout ce temps. Et maintenant, que faire, continuer ma nuit ou rentrer dormir ? Si je reste, je vais avoir du mal à me lever demain matin alors que si je rentre, je vais encore me faire charrier par les copains sans compter la brune qui m'attends. Que faire ? Je décide de poursuivre ma nuit avec le groupe et je verrais bien au fur et à mesure.
    Je retourne au Repaire puis je patiente avec les copains pour nous retrouver dans la discothèque habituelle. Dès notre arrivé, la restauratrice m'alpague et me signifie qu'elle veut me parler. A l'abri des indiscrets, elle me fait une proposition :
    « - J'ai bien réfléchie à toi et ta çage de chasteté. Je ne vais pas te çacher que ça me plais énormément. Comme je me suis fortement renseigné sur ce qu'est un soumis et une dominatrice, j'ai maintenant la certitude de pouvoir t'apporter ce que tu veux d'une femme. Comme en plus tu me plais beaucoup physiquement et que c'est réciproque, il me semble donc évident que tu es d'accord pour m'obéir.
    - Non, désolé. Ce qui était vrai la semaine dernière ne l'ai plus cette semaine. Je dois reconnaitre vos charmes et votre réelle çapacité à me commander mais, si j'avais eu cette certitude la semaine dernière ça aurait été plus facile. Depuis, a travers mes recherches sur internet et plus précisément, sur le site qui m'a permis de connaitre la véritable chasteté que vous savez, j'ai également trouvé ma Maîtresse.
    - Ah ? et tu n'es pas avec elle en ce moment ?
    - Non çar je ne l'ai pas encore rencontrée.
    - Laisse-moi rire. Tu te soumets à une femme sur internet sans l'avoir vue ? C'est une blague ! Connais-tu au moins son nom ?
    - Juste son prénom.
    - Et elle ressemble a quoi cette « Maîtresse » ?
    - Je ne l'ai pas encore vue.
    - Tu te fou de moi ? Tu es le soumis d'une femme dont tu ne sais rien a par un prénom ? Si ça ce trouve, c'est un mec ta Maîtresse. Ah ah ah !
    - Non, je sais qu'elle est vraiment une femme pour deux raisons.
    - Ah bon et lesquelles ?
    - D'abord, sur le site ou je suis inscrits, elle est certifié authentique ce qui veut dire que le webmaster l'a eu au téléphone. Ensuite, la femme de mon meilleur ami la connait personnellement et elles s'entretiennent régulièrement au téléphone. Ça me suffit pour être convaincu.
    - Je suis désolée, mais pas moi. Tu ne sais même pas si elle vie par ici ou a l'autre bout de la France. Tu ne sais pas non plus si elle est mariée et donc que tu es juste un « jouet » de passage. Alors que moi, je suis la devant toi, dans ta région et proche de chez toi et que je te veux comme soumis a gérer ta çage de chasteté selon mes envies. De plus, je suis célibataire et que si tout ce passait bien entre nous, il y a une très large possibilité d'envisager un avenir ensemble.
    - Désolé, mais je me suis engagé avec elle et je tiens à respecter ma parole. Vos arguments sont bons et je ne perds pas de vu votre offre. Si ça ne convient pas avec ma Maîtresse, alors je saurais vous retrouver.
    - Ah mais ça ne marche pas comme ça. Je ne vais attendre gentiment qu'un soumis daigne m'accorder le droit de le commander. Je ne suis pas un bouche trou pour soumis en manque de domination. Tu choisis vite çar mon offre tient jusqu'à la fermeture de la boite, après il sera trop tard ! A la fermeture, tu viens ici me donner ta décision finale et définitive. »
    Elle met un terme a la conversation et pars retrouver des copines. De mon coté, je vais retrouver Bruno qui m'a vu partir avec cette fille.
    « - Tu vois qu'elle te plait cette brunette. Mais elle est partie furieuse. Tu veux en parler ?
    - Oui, puisque tu sais tout, je te dois une véritable expliçation. Mais pas ici, pas maintenant. Tu sauras tout lorsque nous serons chez moi.
    - Pas de soucis, j'ai hâte de savoir. Mais pour le moment amusons nous. Tu veux une bière ?
    - Non, je vais être çapitaine ce soir...
    - Ah ah ah... »
    Je suis soulagé que Bruno sache mon secret çar je me sentais mal de lui mentir. Mais il savait déjà tout lorsqu'il m'a questionné la semaine dernière et j'apprécie beaucoup sa discrétion. Il aurait très bien pu me dire qu'il savait tout et me mettre mal a l'aise, mais il a préféré attendre le bon moment pour le faire. L'after ce finit et Bruno de son coté, moi du mien, raccompagnons nos amis chez eux puis nous nous retrouvons en bas de mon immeuble pour cette discussion que je lui dois. Devant un énième çafé chaud, Bruno me montre enfin sa vie de soumis :
    « - (Bruno


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :