• L’amour autrement pony-girl pony-boy

    L’amour autrement

    Par Ecrivaillon


    Laura_Pony_girl.jpg

    Cette aventure romancée peut être lue aussi bien par des hommes que par des femmes S ou M peut importe, car chacun devrait y trouver ses propres images. Relatée sans pudeur, en grande partie au présent, vous pourrez partager avec les personnages principaux une aventure pony-play et BDSM qui débouche sur…..

    (**** !****)


    Le Pony-Play hante mes rêves depuis longtemps.

    De sites en sites, je me suis donc réalisé une collection d’images et de récits sur ce sujet puis l’idée m’est venue un jour, d’en écrire un petit pour le plaisir. Au cours de sa rédaction, dans le secret de mon intimité partagé avec l’ordinateur et le chat, j’avoue avoir laissé gambader mon imagination. « Plonger dans le personnage », répètent sans cesse les professeurs de théâtre….

    A force de fouiner, j’ai découvert il y a un an, le site Fessestivites avec un couple passionné pratiquant cette activité de loisirs « hippiquérotiques » dans le Var. Les très nombreux échanges m’ont permis de tisser des liens de sympathie avec un des membres. La confiance s’étant installée, Clara et Roger m’ont proposé de passer les voir ce week-end pour satisfaire mon voyeurisme…. (GRRRR)

    La remarque est provocatrice, la courbe de température de ma libido atteint immédiatement la stratosphère. Le rendez-vous est fixé à 19 heures dans un petit village près du circuit Paul Ricard. Si affinités, ils m’offriront le gîte et le couvert pour la nuit du vendredi et du samedi mais, pour des raisons d’assurances, je serai obligé de payer trente euros pour adhérer à leur association. La somme étant très raisonnable et leurs propositions logiques, c’est avec grand plaisir que j’ai accepté de leur donner le numéro de mon téléphone portable.

    19 HEURES

    Un couple entre dans le bar du village, la fille tient à la main le même magazine hippique que moi, la rencontre ne tarde pas à se faire. Je suis finalement très gêné, car partager ses fantasmes avec des gens sur Internet et les rencontrer ensuite, n’est pas aussi facile que l’on peut l’imaginer.

    Clara est une jolie fausse blonde, grande mince mais musclée avec de très jolis beaux yeux bleus. Son naturel simple malgré une classe certaine détend rapidement l’atmosphère.

    Roger a le profil type du paysan savoyard question corpulence, la richesse de son verbe expose une grande culture. Ma tête, mon attitude et mes propos semblent leur convenir, le week-end peut continuer.

    20 HEURES

    Nous prenons l’apéritif dans le grand salon d’une ancienne ferme restaurée avec goût, en compagnie d’une de leurs amies dénommée Laura, une superbe brune, cheveux longs, la trentaine, un corps de sportive déjà bien bronzée pour ce mois de juin. Dès le début des échanges, le magnétisme et la beauté de cette fille aux yeux de biche me trouble, je suis séduit pour ne pas dire conquis par son charme et sa personnalité.

    22 HEURES

    - Ce civet de marcassin restera pour mes papilles gustatives un souvenir impérissable.

    - Tu es trop flatteur ! Me répond Clara.

    - Tout flatteur vie au dépend de celui qui l’écoute ! Rajoute Laura. Méfie toi de ce coquin, ses textes, même s’ils font fantasmer les filles, exposent quelques goujateries.

    - Vous me lisez ?

    - Oui ! Il y a des fois où j’aime l’auteur et des fois où je le déteste.

    - Parlez-moi de ce que vous avez aimé.

    - J’ai adoré certains passages de « L’île de la tentation » même si votre culture sur le sujet pony-play laisse apparaître un flagrant manque d’expérience.

    - Peut-être allez-vous m’éclairer demain et trotter pour un conducteur novice.

    - Rien n’est moins sûr. Il faudrait en être digne.

    - Pourquoi être-vous cruelle avec moi ?

    - Parce que je ne mange plus de thon depuis que j’ai lu l'histoire que vous avez écrite avec TSM Le Cargo de l'enfer !

    Suite à cette boutade, nous éclatons de rire et conversons un petit moment sur la différence majeure qu’il y a lorsque l’on écrit, entre laisser courir son imagination et ce que l’on pense réellement.

    - A ta place je me méfierai ! Lance Roger amusé, cette pony-girl botte et mord.

    ***********************

    Cette délicieuse soirée s’écoule lentement, être assis dans un canapé entouré de filles qui me commentent leurs propres photos de pony-girl et de pony-boy me met dans un état d’excitation avancée. Bavarder avec Clara et Laura en regardant les clichés où elles sont attelées me retourne littéralement les sens.

    A cela, se rajoute le fait que Laura n’arrête pas de me toucher, le bras, l’épaule, elle se penche régulièrement pour appliquer son doigt sur certaines images de l’album posé sur mes genoux, dévoilant à mon regard gourmand sa poitrine généreuse libre de tout soutien-gorge par le V de son décolleté. Mon bras soudain pris d’une crise d’affection, passe derrière elle pour un rapprochement ne cachant en rien ma volonté de séduction. La belle ne fuit pas, bien au contraire elle se love dans le creux de mon épaule. Hummmmm ! Malheureusement, Clara et Roger se lèvent pour desservir et c’est à regret que je leur propose de les aider. Ils réfutent en insistant et me laissent entre les griffes acérées de Laura. Pourquoi « griffes acérées » ?

    Parce que la belle pouliche peu farouche lovée contre moi, vient de glisser sa main sous l’album photos ! Sa main remonte lentement sur ma cuisse pour venir se poser sur mon barreau de chair impétueux gorgé de désir ! Le contact de ses doigts à travers mon pantalon m’électrice de bonheur.

    - Je comprends pourquoi tu te tortilles depuis un moment, gros cochon, ….

    - Serais-je un goujat si je disais que ton exceptionnelle beauté est à l’origine du développement ci-dessous masqué ?

    - Tous les hommes sont des goujats, mais c’est parfois ce qui fait leur charme s’ils ne sont pas trop rustres !

    Son regard plein de malice, avec ses yeux bleus verts brillants du feu du désir, semble me sonder. Le satin de ses lèvres entrouvertes devient comme un aimant, nos visages se rapprochent, nos têtes se tournent doucement, nous nous accordons un petit baiser léger, aussitôt suivi un autre plus audacieux. Nos langues complices s’enlacent puis s’accordent en une délicieuse sarabande pendant que sa main diabolique, toujours masquée par l’album, poursuit ses investigations. La mienne encore fort sage dispense quelques caresses plus discrètes.

    (**** !****)

    Roger revenant de la cuisine interrompt hélas l’agréable échange câlin pour nous proposer de mettre un terme à la soirée. Clara me montre le chemin de ma chambre où j’espère de point dormir seul. Laura se joint à nous sous prétexte de nous aider à préparer le lit, je suis aux anges.

    Celle-ci se trouve de l’autre côté de la cour que nous traversons tranquillement en commentant la beauté de la nuit étoilé. A peine sommes nous entrés dans la chambre que Laura se jette sur moi pour me dévorer nullement gênée par la présence de son amie. Plaqué contre le mur, complètement dépassé et un peu chagriné de la présence de Clara, je savoure le baiser sauvage et laisse mes doigts gambader sur ses hanches finement galbées. Au lieu de nous laisser nous débrouiller avec nos draps, Clara nous rejoint, ses mains s’insinuent entre nous pour entreprendre l’ouverture de mon pantalon !

    Tout en me délectant des délicieuses sensations prodiguées par le contact de leurs corps, de la chaleur de la main qui libère ma verge de sa prison de tissu, je me demande si je ne rêve pas ! Laura me lutine en ouvrant les boutons de ma chemise, Clara prend mon membre turgescent entre ses doigts pour l’agacer de ses lèvres gourmandes avant de le prendre en bouche pour une fellation gloutonne.

     Quelle aubaine.
     Quelle expérience.
     Je surfe en plein bonheur sur les nuages du paradis !

    Les filles se partagent ensuite mes petits tétons de leurs canines acérées, leurs doigts sauvages investissent mon corps, mes mains, ne savent plus à quels seins se vouer.

    Cet instant est « titanesquement » bien, torride, génial, sublime.

    Les mots me manquent pour exprimer mes émotions. Les furies nymphomanes ne mettent que quelques instants pour me dévêtir intégralement, mais ne me laissent caresser leur corps qu’à travers leurs vêtements.

    - J’ai envie que tu me fasses l’amour aux écuries ! Lance Laura surexcitée.

    - Moi aussi ! Clame aussitôt Clara en me saisissant par la verge au garde-à-vous pour me guider hors de la chambre.

    Même si la situation m’échappe totalement, comment refuser de les suivre dans leurs délires ? Une chance comme celle-là, ne se loupe pas !

    Nous voilà partis dans la cour puis dans un bâtiment, bras dessus, bras dessous, je suis si excité que j’aie presque envie de dire, « les filles, je suis à vous ». Arrivés dans une salle garnie de matériel divers près des écuries, elles s’agenouillent toutes les deux devant moi pour se partager ma verge tendue comme jamais, pour une consommation buccale boulimique.

    - Avant que je ne m’offre à toi, j’aimerai que tu me laisses t’équiper comme un pony-boy ! Dit Laura entre deux baisers fougueux.

    - Heu ……..

    - Allez, laisse-toi faire, tu ne peux pas lui refuser ça ! Rajoute Clara toujours aussi provocante en caressant mon entrejambe.

    - Je, …. je……

    - Je ne l’ai jamais fait un pony-boy. Toi tu es mignon, gentil, poli, tu n’es pas comme ces goujats primates que nous recevons parfois. S’il te plait. Rajoute Clara en m’embrassant pour la première fois pendant que Laura se remet à déguster ma verge moins émue.

    - Je ne sais pas, il faut que je réfléchisse. Où est le piège ?

    - Quel piège ? J’ai envie de toi, tu as envie de moi et ici on pratique le pony-play au cas où tu ne l’aurais pas compris. Lance Laura avant de rajouter avec un visage triste, j’ai cru que toi et moi….. ce soir…..

    Sa tête penchée et son regard suppliant me trouble terriblement.

    - Tu ne vas pas le regretter, Laura est une douce pony bien soumise ! Dit Clara en s’approchant de nous avec deux larges ceintures de cuir noir munies de bracelets sur les côtés en affichant un sourire rassurant.

    Laura retire son chemisier, son pantalon, son string, dévoilant à mon regard un corps de rêve. Elle s’approche de Clara qui ceint sa taille d’une des ceintures. Laura lui vole un baiser avant de se laisser entraver les poignets. Leur complicité est palpable et terriblement émouvante. La maîtresse de maison la traite de « gourmande » puis se tourne vers moi avec la ceinture ouverte comme une invite. Je ne sais plus où j’en suis, quoi penser. Si je réfute je vais passer pour un peureux, ma nuit sera solitaire et je le regretterai toute ma vie. Advienne que pourra.

    Je lève les bras à mon tour, franchis les deux mètres qui nous séparent d’un pas hésitant. Elle ceint ma taille, referme les bracelets sur mes poignets, au deuxième qui m’entrave totalement et me prive de toute fuite possible, j’éprouve soudain le sentiment de me faire piéger. Clara me donne un baiser et me souhaite une bonne soirée puis délivre Laura qui me toise d’un regard de conquistador.

    Là, je suis mal !

    Lire la suite

    Ecrivaillon

    Faire des rencontres BDSM


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :