• Il aimait se travestir en présence de sa femme, qu’elle le domine et joue avec lui. Ayant exagéré, le pseudo soumis se heurte à la résistance d’une femme gynarchiste. Une nouvelle et difficile vie commence pour lui.

     

    Chastete_et_feminisation_imposees_par_une_femme_devenue_gynarchiste.jpg

    ...............

    Il aimait se travestir en présence de sa femme, qu’elle le domine et joue avec lui. Le problème est que cela va une heure ou deux mais après, que pouvait-elle faire de plus ?

    L’idée lui est venue de l’impliquer dans les tâches ménagères mais Paul, même habillé en Pauline détestait cela. Il continuait à être macho et à vouloir tout diligenter comme cela lui plaisait.

    De son côté, Lise se sentait devenir l’objet et presque le jouet humain de son mari. Elle décida de rentrer un peu plus dans la domination le jour où il lui répondit « même pas cap » alors qu’elle lui promettait une fessée. Ce fut la phrase de trop qui fit déborder le vase de sa patience.

    Elle joua pendant deux jours un jeu particulièrement pernicieux en faisant des copies de toutes les photos et vidéos réalisées avec son mari soumis ou soumise. A la suite de quoi, elle l’invita à dîner au restaurent pour lui indiquer qu’elle diffuserait les photos et vidéos à sa famille et demanderait le divorce s’il de se soumettait pas totalement à sa volonté de Maîtresse.

    Paul ne pouvait savoir qu’elle n’en ferait rien et que ce n’était qu’une stratégie visant à lui faire perdre pieds. Stupéfait il l’a cru sur parole et essaya de la raisonner mais en vain. Avant la fin du dîner, elle lui remit discrètement une boite contenant une cage de chasteté ouverte qu’il devait poser lui même sur son sexe.

    - Le cadenas est ouvert, une fois que tu auras mis cette cage, si tu ne veux pas que l’on divorce et que je diffuse toutes les photos et vidéos de toi, tu refermeras toi-même le cadenas. Et oui chéri, j’ai décidé de reprendre ton éducation de vantard prétentieux à zéro. Sur Fessestivites, tu ne raconteras plus que ta Maîtresse est trop laxiste bien au contraire, tu pourras même t’épancher sur son mode d’éducation très strict. Et oui, j’ai lu tes confidences insultantes pour ma personne. Rentrons-nous ensemble ou est-ce que je t’appelle un taxi ?

    Le pauvre Paul avait le souffle coupé. Le visage fermé de sa femme ne laissant en aucun cas penser qu’elle bluffait lui fit même peur.

    - Chérie, tu n’es quand même pas sérieuse ?

    - Oh que si ! Garçon s’il vous plait ! Répondit Lise en appelant le serveur pour lui commander deux cafés gourmands. Si quand j’aurai terminé mon dessert tu n’es pas allé aux toilettes poser cette cage de chasteté, je t’appelle un taxi et tu vas vivre chez tes parents.

    Décomposé, Paul prit la boite avec la cage et se rendit aux toilettes en espérant pouvoir la faire revenir sur ses intentions arrivés en leur logis. Et là, les surprises ne firent que commencer ! ! ! Arrivé à la maison, il se rendit au salon pour allumer son ordinateur et surfer sur les vidéos érotiques de fessestivites comme à son habitude. Sa première surprise fut de découvrir que l’ordinateur était codé.

    - Et oui Pauline, ta vie de soumise a commencé. Au lieu de me délaisser, tu vas aller me faire couler un bain. A la suite de quoi, tu iras t’habiller en bonne petite soubrette. N’oublie pas de mettre tes talons hauts, ils te vont à ravir !

    - Mais ils me font mal aux pieds !

    - Il faut souffrir pour être belle chérie !

    Lise s’installa dans son bain avant même qu’il ne fut prêt. Elle appela sa soubrette pour se faire laver les pieds qu’il dut embrasser et masser une fois propres. Elle jubilait et poussa le vice jusqu’à se faire sécher en sortant du bain avant de l’attraper par l’oreille pour le guider jusqu’à leur chambre.

    - Ouvre le lit de ta Maîtresse et baisse la lumière.

    Lise s’allongea sur le lit, écarta les jambes et lui désigna d’un doigt son chaton parfaitement épilé avant d’ajouter « au travail ». Paul commença à penser que sa femme avait décidé de lui organiser une soirée de domination surprise. C’est donc avec grand plaisir qu’il mit sa langue au travail en donnant beaucoup d’amour à sa femme jusqu’à la jouissance attendue.

    - C’est bien ma chérie, maintenant tu peux aller te doucher et mettre la chemise de nuit qui est derrière la porte avec la culotte de sissy que je t’ai commandée sur ABCplaisir.

    Excité comme une puce, Paul ne tarda pas à se doucher et à se vêtir comme demandé. A son retour, Lise dormait, ou plutôt jubilait en faisant semblant de dormir. La petite sissy se coucha donc en se faisant des tas de films fantasmagoriques de petite soumise. Il finit par trouver le sommeil après une grosse heure et des érections contrariées par sa cage de chasteté.

     Histoire érotique gynarchie féminisation et chasteté

    Sa nuit sous cage de chasteté fut difficile, surtout le matin. Lorsqu’il se leva pour un besoin naturel, Lise l’interpella en lui ordonnant d’aller chercher des croissants et de préparer son petit déjeuner.

    Ensemble_2_pieces_sissification_2_.1.jpg

    - Attend, met l’ensemble 2 pièces sissification que nous avons commandé pour la soirée délirante du mois dernier. Tu le porteras toute la journée, cela t’ira très bien.

    - Heu cela risque de se voir sous mes vêtements ! Répondit Paul un peu inquiet.

    - C’est ton problème, presse-toi j’ai envie de déjeuner !

    Féminisé sous son survêtement de jogging, tout penaud il se rendit donc à la boulangerie chercher les dits croissants. A son retour, Lise était toujours couchées et attendait son petit déjeuner. Elle lui ordonna de se mettre en sous-vêtement puis de commencer par aller faire la salle de bain. De leur chambre, tout grignotant un croissant chaud, elle pouvait apercevoir les fesses de Pauline se dandinant sous le satin rose. Dix minutes plus tard, Lise se leva pour se rendre aux toilettes et en profita pour faire une inspection.

    - C’est très bien chérie, tu peux aller faire la chambre maintenant !

    - On pourrait peut-être s’arrêter de jouer, je commence à en avoir marre. Répondit Paul.

    - Mais on ne joue pas chéri, depuis hier soir, tu es Pauline à temps complet !

    - Non, non non, on arrête tout !

    - Ah on divorce ?

    - Arrête de dire des conneries, donne-moi les clés de cette cage de chasteté, cela me gonfle !

    Lise attrapa le téléphone et appela sa belle-mère.

    - Allo, belle-maman, comment allez-vous ?

    .................

    - Oh nous cela ne va pas trop, Paul me casse les pieds, je ne sais pas si nous allons pas divorcer !

    .................

    Paul se décomposa, mis ses mains devant lui comme à la prière en suppliant sa femme de ne rien dire. « Va faire la chambre de suite » murmura Lise. Soudainement très obéissant, Pauline fonça dans leur chambre pour faire le lit.

    - Je vous appelais en fait pour vous demander votre sublime recette de tarte aux pommes, elle est si bonne.

     Martinet_elegance.jpg

     

    Après avoir raccroché, elle se pointa à la chambre avec un martinet.

    - La prochaine fois que tu te rebelles, je déballe tout à ta mère ! Est-ce clair ?

    - C’est du chantage !

    - Non de la pédagogie. En attendant, penche toi en avant nous avons un compte à régler. Te souviens-tu d’avoir émis des doutes sur mes capacités à te donner une fessée ?

    - Je plaisantais chérie !

    - Et bien moi je ne plaisante pas ! Je vais donc répondre à tes interrogations ! Répondit Lise en poussant son mari sur le lit pour qu’il se mette à quatre pattes.

    Elle baissa la jolie culotte en satin et entreprit de bon coeur de tanner les fesses de Pauline à grands coups de martinet. La lanières percutèrent plusieurs fois les cuisses du garnement en formation et y laissèrent de belles marques. Agrippé aux draps, il fut surpris autant par la douleur que par la façon dont elle sévissait. Lise ne s’arrêta évidement pas aux premières suppliques de la sissy désespérée.

    Après la peur générée par le coup de téléphone à ses parents et la cuisante fessée reçue, Pauline réalisa toutes les tâches ménagères demandées sans discuter jusqu’au repas du midi. Lise cuisina rapidement un déjeuner léger mais tint à se faire servir par sa sissy qui dut faire la vaisselle.

    LA VICIEUSE AVAIT TOUT PREVU

    Pendant les deux jours où elle préparait son coup, Lise avait passé beaucoup de temps sur Fessestivites autant dans les histoires érotiques que sur les forums de domination féminine. Un des post des forums l’avait beaucoup amusée et le nécessaire avait été acheté discrètement. Elle banda les yeux de Pauline pour lui préparer la surprise suivante.

    - La table à repasser

    - Une chaîne

    - Un cadenas

    Conduit à l’aveugle à la buanderie, Pauline fut attachée à la table à repasser par sa cage de chasteté à l’aide de la chaîne et du cadenas.

    - Voilà tu peux à présent savourer les joies d’être une femme ma chérie. Si cela est bien fait, peut-être que ce soir......

    - Mais je ne sais pas repasser !

    - Il n’est jamais trop tard pour apprendre !

    Connaissant bien le côté rebelle de sa soumise, Lise fait une paire de photos. Elle en choisit une qu’elle imprima et vint coller sur le mur face à la table à repasser.

    - Regarde comme tu es belle comme ça !

    - Salope !

    - S a l o p e cela fait six lettres. Six jours de cage de chasteté supplémentaires.

    L’envie vint à Pauline d’envoyer le fer à repasser à la figure de sa femme, mais il n’en fit rien. Il baissa la tête et se reprit ses tentatives de repassage. Pendant ce temps, Lise surfa sur ABCplaisir pour voir ce qu’elle pourrait acheter d’autres comme accessoires et vêtements. La commande faite, elle continua de développer son blog de dominatrice en insérant des photos de Pauline. Son blog étant privé, personne ne pouvait voir les textes et les photos hormis les personnes à qui elle donnerait l’accès. Elle s’installa ensuite au salon avec un bon bouquin.

    Lorsque Pauline l’appela pour lui indiquer avoir terminé le repassage, elle fit une inspection avant de le libérer. Comme prévu, Paul se rebella et devint presque menaçant. En guise de réponse, elle lui demanda de regarder son blog sur l’ordinateur.

    - Oh mon dieu, tu n’as pas fait ça ?

    - Oui et non. Pour l’instant, il n’y a que moi qui peut voir ce blog. C’est mon assurance tout risque au cas où il te viendrait à l’idée de détruire l’ordinateur ou de t’énerver. Je tiens à ta réputation ma chérie et tu peux me faire confiance, personne ne saura tant que tu seras sage et obéissante. Tu peux aller te doucher et préparer le dîner pour ce soir, je voudrai terminer mon bouquin. Ah n’oublie pas, que si tu continues d’être sage et attentive, ce soir....... Allez file te laver la gueuse. Tes affaires sont prêtes

    Jupette_Jock_strap_Crossdressing_4_.jpg

    Jupette_Jock_strap_Crossdressing_5_.jpg

    En découvrant la Jupette Jock strap Crossdressing, Paul est rassuré, pour lui, sa Maîtresse est encore en train de jouer. Et il ne se trompe pas totalement, disons que sa Maîtresse a simplement envie de jouer un peu mais elle n’envisage en aucun cas de baisser la garde.

    Le dîner se déroule comme le déjeuner, le service et la vaisselle sont assurés par Pauline. Pendant qu’il finit de ranger la cuisine, Lise se prépare en enfilant un gode ceinture avant de retourner à la cuisine. En la voyant arriver en mode « phallique », Paul est ravi, il adore se faire prendre comme une femme.

    Plafond_gode_ceinture_strapon_.jpg

    - C’est pour fêter ta premier journée de soumise. Allez penche-toi en avant sur l’évier comme une soubrette docile et présente-moi tes fesses !

    La Jupette Jock strap Crossdressing a l’énorme avantage de ne pas avoir à être baissée ou relevée, les fesses étant grandement exposées..... Après avoir mis une noisette de lubrifiant, Lise écarte bien les globes fessiers de sa soumise, se positionne et la pénètre sans trop de précautions.

    - Alors c’est bon p’tite salope, hein, tu aimes te faire enculer......

    La « poésie » de Lise surprend Pauline, en d’autres temps, elle n’est jamais vulgaire. Sans trop se poser de questions, il savoure les mouvements du gode ceinture en tendant bien ses fesses. Ce qui la surprend ensuite, c’est que sa Maîtresse ait l’air de s’éclater et pas décidée à s’arrêter. Ce qu’il n’a pas vu, c’est que pour la première fois, Lise a mis un des godes à l’intérieur du gode ceinture et que de fait, elle partage un peu les sensations. En gourmande de nature, elle n’est pas pressée de mettre un terme à cette sodomie de plus en plus sauvage.

    - Ca commence à faire mal ! Lui indique Pauline.

    - Et alors, moi j’aime, la ferme salope !

    - ????????????

    - Bon, je ne vais pas arriver à jouir comme ça ! Indique Lise un moment plus tard en se retirant des reins de Pauline. Enlève-moi ce gode ceinture et vient au salon, j’ai envie de jouir.

    Lorsqu’il arrive au salon et voit sa Maîtresse étendue sur le canapé cuisse écartées, il comprend le message. Agenouillé devant son petit abricot luisant de plaisir et sentant l’amour, il marque un temps d’arrêt. Attrapé par les cheveux, son visage se retrouve sur le chaton tout mouillé avec un ordre clair : « lèche ». Pendant quelques secondes, Pauline se croit dans un marécage mais l’agitation de sa Maîtresse lui fait un peu oublier cette sensation. Et pour cause, elle tire sur sa tête comme une malade. Par chance, le plaisir ne tarde pas à pointer son nez et à rejoindre celui de Pauline....

    - Hummm, c’était trop bon ! Allez une douche vite fait et au lit. Et toi, tu mets la même tenue qu’hier soir !

    - Je n’ai pas le droit d’être libéré ?

    - Non, tu es trop vilaine et en formation !

    - Fait ch.. ! S’interrompt Paul avant de dire une bêtise.

    Ravie de voir que sa formation / déformation des mauvaises habitudes avance bien, Lise va prendre une douche éclair avant de se coucher pendant que Paul lave et range de lui même le gode ceinture. En d’autres temps, il l’aurait laissé traîner.

    LE LENDEMAIN

    Une des amies intimes de Lise est informée de ce qu’elle a entrepris. Ses consignes sont simples : entrer chez eux à 11 heures précises sans frapper ni sonner. A l’heure convenue, Lise à programmé que Pauline passe l’aspirateur dans le salon en tenue de sissy. Surveillant l’heure, elle lui indique qu’il reste de la poussière sous le buffet du salon. Sa soubrette se penche donc en avant et constate qu’il reste effectivement quelques moutons accrochés aux pieds du meuble. Agenouillé, Paul essaye de les décrocher quand la porte de leur maison s’ouvre comme prévu.

    - Et coucou, c’est moi ! Indique Margot en pénétrant dans la maison.

    Paul bondit de peur, submergé de honte, il devient rouge écarlate et ne sait que faire.

    - Qui t’a dit d’arrêter ! Allez finit ton ménage après tu iras préparer le repas. Lui crie Lise.

    - Heu...... non ça ne va pas là ! Répond Paul.

    - Tu connais la règle qui te concerne, 3 / 2 / 1 OK, tu l’auras voulu ! Répond Lise en se levant.

    - Non, non, s’il te plait, c’est bon, je continue le ménage. Répond Paul avec un regard suppliant.

    Lise se tourne vers son amie et l’embrasse avant de la guider vers la cuisine pour lui préparer un café.

    Pauline sait trop bien maintenant qu’elle a les photos et les vidéos de lui en train de jouer, et il sait aussi qu'elle n’hésitera pas à les envoyer à ses amis et à sa famille s'il montre le moindre signe de résistance. Divorcer et perdre sa femme et Maîtresse n’est pas non plus une idée qui lui plairait. Mentalement, il n’a pas d’autres choix que d’abdiquer et de vivre réellement et totalement ses fantasmes.

    EPILOGUE

    Paul est aujourd’hui féminisé en permanence, au moins pour ses sous-vêtement. A partir du moment où il est à la maison, il est féminisé de la tête aux pieds. Le premier mois il y a eu quelques tensions, vite réglées par Lise. Il s’est habitué à sa nouvelle condition, parle même des fois de lui au féminin. Devenu un mari tendre, doux et attentionné, il s’épanouit autrement. Lise hésite à lui faire connaître « l’homme » à la place de son gode ceinture, le fera t’elle un jour ?

    TSM

    Les tenues de féminisation sont ici

    Les accessoires BDSM et chasteté sont ici

    Mes histoires érotiques hard réservées à un public averti sont ici

    Pin It

    votre commentaire
  • Elle est sissy soumise, féminisée et encagée, c'est une vraie soumise

    Elle est sissy

    Vous trouverez tout ce qu'il vous faut ICI sur ABCplaisir pour la féminisation de votre soumis

    Pin It

    votre commentaire
  • Petticoat sissy découverte dans ses jeux

    feminiser_36.jpg

    J’ai vécu l’expérience d’être découvert dans mes fantasmes et jeux intimes les plus secrets. Marié depuis presque 20 ans avec une femme toujours aussi belle malgré ses 55 ans, j’en ai 50, je m’éclatais dans mes digressions vestimentaires en faisant un peu de ménage à la maison pour avancer ma femme suite à un repas de famille à la maison.

    Rien de gênant à cela me direz-vous sauf que je m’étais vêtu de ma robe de sissy, que je portais une cage de chasteté et que pour moi, Nadège ne rentrerait pas à la maison avant 18 heures voir plus.

    Profitant de mon RTT pour m’éclater dans ma superbe robe de sissy, je chantais à tue tête en passant l’aspirateur sur du Bob Marley à fond la caisse sur la chaîne hifi quand j’ai vu la porte d’entrée s’ouvrir !

    Ce n’est pas long à s’ouvrir une porte !

    Même si ce n’est pas long, dans ma tête il s’est passé quatre millions de choses. Laisser tomber l’aspirateur et partir en courant dans la chambre pour me changer le plus vite possible n’était pas possible car je voyais déjà son premier pied délicieusement botté, ses pieds, je les ai beaucoup regardés ce jour là ! ! ! Comme le lecteur peut s’en douter, cette situation est très embarrassante. La première question qu’elle m’a posée vous pouvez la deviner aisément « qu’est-ce que tu fous habillé comme ça ».

    Vous répondriez quoi vous ?

    Que la date du carnaval a été déplacée en janvier ? Que vous avez fait un pari avec un ami qui n’est pas là pour le voir ? Que ….. ? Heu !

    Loin d’être dépourvue d’intelligence, ma femme a rapidement tirée ses conclusions et que je lui avais caché des choses. Elle a commencé par m’interdire d’aller me changer, interdire est un bien grand mot, disons que je ne me sentais pas de lui refuser quoi que ce soit. Pendant la discussion qui a suivi, je n’ai regardé que ses pieds car je n’osais pas la regarder en face, j’avais peur d’un scandale, qu’elle me quitte, en clair j’étais mal. Ma plus grosse surprise est qu’elle m’a juste reproché de lui avoir caché mes délires.

    A la suite de quoi, après d’autres confuses explications, Nadège est venue se lover contre moi comme pour me rassurer et me faire passer comme message qu’elle n’était pas fâchée. J’étais blême car elle risquait de découvrir que je portais aussi une cage de chasteté. C’est ce qui arriva quelques minutes et bisous amusés plus tard (les siens étaient amusés) quand elle a soulevé ma robe pour voir ce que je portais dessous……

    Les collants blancs et la petite culotte assortie ne masquaient en rien ma cage de chasteté. Là ce fut pire encore dans la descente aux enfers car entre deux gloussements de rire la belle voulut la voir et en savoir plus. Elle m’attira vers le canapé où elle prit place en me laissant debout devant elle pour baisser ma culotte afin d’étudier la nouveauté de son contenu. Je peux vous jurer que dans un pareil instant vous ne savez pas quoi faire de vos mains, que votre cerveau perd 80% de ses facultés de réflexion.

    Je dus lui expliquer le fonctionnement d’une cage de chasteté, la rassurer en lui disant que cela ne fait pas mal. Mes joues étaient aussi rouges je pense que les étiquettes de bouteilles de coca, je transpirais à grosses gouttes sous ma robe satinée de sissy quand la question qui tue est arrivée.

    - Si je comprends bien quand je ne suis pas là tu te travestis puis quand tu as fini de t’amuser à jouer la grande fille tu retires la cage de chasteté pour te branler ?

    Et là comme un con, je lui ai expliqué qu’il m’était arrivé une paire de fois de le faire histoire de délirer.

    - Je trouve que tu as beaucoup d’équipement et le soin du détail vestimentaire pour une personne qui ne l’a fait que deux fois ! Où caches-tu tout ça ?

    Lorsque je lui indiqué que c’était dans une cantine sur la mezzanine du garage sa requête fut de vouloir la voir et là, j’ai cru mourir par anticipation sous les yeux du futur bourreau de ma pudeur. La cantine en métal contenant bien d’autres objets…… j’ai bien essayé de différer mais vous connaissez les femmes, quand elles ont une idée en tête elle ne l’ont pas ailleurs. Devant mon refus elle s’est levée pour se rendre dans le garage en m’ordonnant de la suivre. ET MERDE ! ! ! Dans la dite cantine malgré mes réfutations elle trouva deux autres robes, des collants un gode ventouse et deux plugs, autant dire que j’étais encore plus mal.

    Nadège estima à haute et intelligible voix qu’une explication plus approfondie devenait obligatoire. En prof sadique (elle est enseignante) elle ne m’autorisa pas à m’asseoir contrairement à elle confortablement installée dans le canapé. Rester debout devant elle me donnait réellement l’impression d’être un ado devant justifier une absence à ses parents ou au directeur d’école.

    - Il va falloir que tu arrêtes de me mentir car je ne supporte pas ça dans le sens où si je perds la confiance que j’ai en toi et donc en mon mari nous allons aux gros soucis. Donc « une paire de fois » disais-tu sauf qu’il y a en tout trois robes et des jouets dont le comprends aisément l’usage qui ne ressemblent en rien à notre petite vibro rose qui est dans le tiroir de la table de chevet. En clair tu as une vie parallèle cachée que je découvre après 20 ans de mariage. Une question se pose, m’as-tu trompée ?

    Totalement pris au piège je n’ai pas eu d’autres choix que de lui dévoiler que j’avais des fantasmes de féminisation et de soumission puis que je n’avais jamais osé lui en parler de peur qu’elle me quitte. A la suite de quoi j’ai juré sur tous les saints de la terre que je ne l’avais jamais trompée et là, sa réponse me fit pleurer.

    - Quel crédit puis-je accorder à un homme qui m’a cachée tant de choses et qui en plus vient de me mentir ?

    La discussion dura un petit moment auquel elle mit un terme en me disant qu’elle me croyait à propos de ma fidélité. Je pense que mes larmes y furent pour quelque chose car elle m’attira à elle pour me faire un gros câlin pendant lequel elle ne se priva toutefois pas de me traiter de fou, de me reprocher de ne pas lui avoir parlé de mes délires surtout après 20 ans de mariage.

    Et là, en guise de conclusion de la discussion, elle me demanda la clé de ma cage de chasteté avant de m’ordonner de continuer le ménage en soubrette pendant qu’elle allait prendre un bain pour se remettre de ses émotions. En compagnie de l’aspirateur peu bavard je me suis posé à mon tour mille questions sur l’avenir, sur le regard que ma femme allait avoir sur moi à partir d’aujourd’hui. Le ménage terminé je me suis aventuré à la salle de bain où ma belle se prélassait dans son bain laissant juste apercevoir ses seins émergeant de la mousse dont elle abuse volontiers. La vision me donna un coup dans l’échine ou plutôt dans la cage dont les clés étaient posées sur le lavabo.

    Après quelques échanges cette fois plus décontractés et lui avoir frotté le dos, elle m’ordonna d’aller préparer le repas pendant qu’elle allait surfer pour s’enrichir sur mon attitude et les cages de chasteté.

    Elle tomba sur un putain de site nommé Fessestivites.com où elle trouva aisément matière à alimenter ses réflexions et répondre à ses questionnements. Je fus même invité à aller voir des photos puis un post sur le forum BDSM où elle venait de trouver des tonnes de conseils puis l’article suivant : Les fantasmes des hommes sous cage de chasteté

    Elle me fit la lecture en me posant des questions et en me demandant si cela correspondait à mes fantasmes inavoués. Mes réponses furent franches mais très adaptées car tout lui dévoiler en une fois ne m’était pas possible

    Et là, ma vie a changé du tout au tout, notre couple a pris un sérieux virage qui allait me conduire à de bien cruelles expériences que je vous raconterai au prochain chat pitre, pardon chapitre.

    LIRE LA SUITE DE Petticoat sissy découverte dans ses jeux

    Ecrivaillon

    Acheter une cage de chasteté

    Voir des vidéos cage et ceinture de chasteté

    Faire des rencontres BDSM

    Forum BDSM

    Pin It

    1 commentaire
  • Si tu veux lécher ma chatte un jour, commence par mes pieds.

    Si_tu_veux_lecher_ma_chatte_un_jour_commence_par_mes_pieds.jpg

    - Si tu veux lécher ma chatte un jour, faudra commencer par mes pieds et mon cul.

    C’est la réponse qu’a eu petit soumis sur le chat de Fessestivites. Cela faisait un moment qu’il essayait de discuter avec elle mais elle se mettait en absent pour surfer tranquille et regarder les profils sans être dérangée. Ne désirant pas louper une occasion, il lui a répondu qu’il acceptait tout à fait ces conditions et qu’il accepterait même d’être sous cage de chasteté si elle le désirait.

    Cage_de_chastete_de_luxe_2.2.jpg

    Cage de chasteté

    Maîtresse Dana a fini par accepter de lui téléphoner en masqué, petit soumis était aux anges, soignait son vocabulaire et ses propos pour ne pas trop en faire dans sa tentative de séduction. La rencontre a fini par se faire quinze jours plus tard, petit soumis l’ayant invitée au restaurant pour lui proposer un lieu neutre et lui démontrer sa dévotion.

    Ce jour là, entre la poire et le fromage, il lui a remis les clés de sa cage de chasteté en lui promettant qu’il n’avait pas de double.

    « Et comment feras-tu si tu as un souci ? Lui avait demandé Maîtresse Dana.

    - Je vous adresserai un email et espérerai que vous me la rendiez, je suis vraiment prêt à prendre des risques pour être votre soumis et vous prouver mes intentions."

    Séduite par ses propos puis les conversations soutenues de cet homme, Maîtresse Dana accepta de garder les clés et lui confia son numéro de téléphone en lui indiquant qu’il n’avait le droit de l’appeler qu’en cas de réelle urgence, faute de quoi, elle ne serait jamais sa Maîtresse. Pendant une semaine, il lui envoya un message par jour tous les matins pour lui souhaiter une agréable journée et surtout sans rien demander. Elle ne répondit à aucun pour le tester, pour voir s’il utiliserait son numéro de téléphone mais il n’en fit rien malgré les cent mille questions qu’il se posait. Un vendredi soir il reçu cet email.

    « Petit soumis, je suis fière de toi dans le sens où tu ne m’as pas téléphoné même si je n’ai répondu à aucun de tes messages. Dans aucun de tes emails tu n’as demandé quelque chose ni tenu des propos débilitants. En conséquence de quoi, j’accepte de te recevoir demain soir chez moi pour te tester encore un peu. Je veux que tu sois à 18heures précise à l’angle de la rue de Rivoli et du Boulevard Sébastopol, je te téléphonerai pour te guider. Peut-être te garderais-je pour la soirée, donc prévois d’être libre. A demain soir si tu en as toujours le courage ».

    Petit soumis aux anges répondit « vos désirs sont des ordres, je serai présent à l’heure indiquée au lieu indiqué ». Il y fut même deux heures plus tôt pour être sûr de ne pas louper ce rendez-vous de rêve. A 35 ans, M.Dana est une femme magnifique qui attire bien des regards, petit soumis en rêve la nuit. S’il se dit qu’il a touché le gros lot de la loterie nationale, il n’est pas au bout de ses peines…...

    A l’heure indiquée Maîtresse Dana l’appelle puis le guide dans les rues pour le conduire aux pieds de son immeuble. Petit soumis soudain très timide monte les deux étages avec sa bouteille de champagne et son bouquet de fleurs à la main. Comme indiqué, la porte en chêne est ouverte, il entre et la referme derrière lui, il est enfin chez une reine.

    Les choses ne tardent pas, elle prend le bouquet de fleurs puis la bouteille et lui ordonne de se mettre nu dans l’entrée de l’appartement, il est blême mais s’exécute. Traité comme un chien il est guidé au salon et là, une surprise l’attend. Maîtresse Dana n’est pas seule, une autre femme plus âgée mais tout aussi ravissante est assise dans un magnifique canapé en cuir rouge.

    - Je te présente petit soumis, ce sera peut-être mon soumis s’il est méritant, pour l’instant il est en phase test, son avenir est entre ses mains ou plutôt au bout de sa langue ! Indique Maîtresse Dana en s’asseyant dans le canapé. Vient retirer mes chaussures et lèche-moi les pieds.

    Mort de honte à cause de la présence d’une femme les regardant, toujours à quatre pattes comme un chien petit soumis s’approche pour retirer les chaussure de sa Maîtresse. Elle le rabroue immédiatement en lui indiquant de le faire avec les dents sans les abîmer. Il s’exécute donc avec beaucoup d’attention avant de poser ses lèvres sur le dernier pied resté en l’air. Il n’est pas fétichiste du pied féminin mais prêt à tout pour devenir le soumis de cette sublime Maîtresse.

    Petit soumis découvre avec Maîtresse Dana qu’un pied de femme peut être délicieux à lécher quand on en tombe amoureux, il se surprend même à apprécier de les prendre dans sa bouche un à un, à passer sa langue entre les orteils. Avec sa bouche, il finit par faire l’amour aux pieds de cette divine maîtresse qu’il vénère déjà. Maîtresse Dana apprécie grandement sa douceur mais aussi le fait que jamais les mains ou la bouche du soumis ne dépassent ses chevilles. Elle lui impose de se mettre sur le dos pour pouvoir poser ses pieds sur lui, sur son visage et se faire lécher la plante des pieds.

    Même si le sol est froid, petit soumis a chaud dans son corps et dans sa tête, il est sur une autre planète. L’amie de Maîtresse Dana est invitée à tester la douceur de sa bouche, il est étonné de cette proposition mais encore une fois ne réfute pas et s’exécute avec conviction. Ses pieds gainés dans des bas noirs sont légèrement parfumés mais il n’en a que faire, il apprécie même le léger parfum de transpiration en les choyant avec une telle élégance que cela en est très érotique à voir.

    - Tu vois, ce petit soumis rêve de me lécher la chatte, son trip est le facesetting mais il sait que pour accéder à mon chaton, il va devoir faire des efforts. Es-tu prêt à me lécher le cul comme tu me l’as promis ? Demande Maîtresse Dana

    - Oui maîtresse demandez-moi ce que vous désirez, je le ferai.

    - Des promesses, des promesses !

    - Mettez-moi à l’épreuve je ne vous décevrai pas. Répond aussitôt petit soumis.

    Maîtresse Dana peut être cruelle et extrêmement perverse quand l’envie lui vient ou quand elle teste un soumis. Elle se lève pour se rendre aux toilettes et s’arrange pour que la porte soit ouverte quand elle tire la chasse d’eau. Elle n’y a rien fait, elle s’amuse juste à tester le petit soumis. A son retour, elle lui indique qu’elle a besoin d’une langue douce en guise de papier toilette en lui faisant voir ses magnifiques fesses qu’aucun rempart de tissu ne protège.

    - Lèche-moi le cul si tu espères un jour lécher mon chaton, c’est aussi ma condition et tu le savais avant de venir. Tu disais juste avant que j’aille faire mes besoins « demandez-moi ce que vous désirez, je le ferai » alors prouve-le !

    Petit soumis est blême ! Il n’a aucune affinité avec les excréments, cela ne compte pas de ses fantasmes, mais alors pas du tout. Dans le salon, le silence devient pesant, au plus il attend au plus ce silence devient lourd et pèse sur la balance de sa sortie. Les regards se croisent et se défient, Maîtresse Dana aime ça ! Elle aime sentir les hommes perdre pieds !

    - Maîtresse je vous ai indiqué que je n’étais pas scato ! Murmure petit soumis en déconfiture.

    Maîtresse Dana lui décroche aussitôt une gifle en lui demandant si par ses propos il est en train de lui dire qu’elle a le cul sale ? Petit soumis est très mal, très très mal dans sa tête. Il se voit déjà viré comme un mal propre alors qu’il rêve de cette femme depuis le premier contact.

    Il baisse les yeux et s’approche des pieds de Maîtresse Dana qui fait demi-tour et lui présente ses fesses en soulevant sa jupe. Si les courbes et les cuisses le rendent fou de désir, ce qu’il s’attend à trouver entre les fesses de cette divine Maîtresse le dégoutte au plus au point. Décidé à tenter le tout pour le tout pour avoir sa chance, il commence à embrasser les délicieuses fesses, elle l’attrape soudain par les cheveux et lui plaque le visage dans sa raie des fesses en lui ordonnant de tirer la langue.

    Désespéré il s’exécute en s’attendant au pire et même à vomir avant d’avoir la surprise de ne rien trouver de dégouttant, bien au contraire, un léger parfum de savon remonte à ses narines. Sa langue entreprend maintenant de fouiller, de laper en ce délicat pertuis et même à en titiller le cratère camouflé avec conviction.

    - Tu vois, ça c’est un vrai soumis ! Indique Maîtresse Dana à son amie.

    - Tu es une sacrée garce quand tu t’y mets.

    - Oui mais un soumis se doit d’être méritant et de prouver qu’il a les couilles de ses prétentions. Aux pieds le chien, cela suffit pour aujourd’hui, mon cul est bien propre.

    EPILOGUE

    Petit soumis a eu le droit de se lever et de servir le champagne et même d’en boire un peu dans une gamelle. Il était fou de joie lorsque devant son amie elle lui a indiqué être fière de lui et qu’elle acceptait de le tester sur un mois. Mois qu’il dut passer intégralement sous cage de chasteté en léchant les pieds de sa Maîtresse étendue sur son lit le soir avant qu’elle n’éteigne la lumière pour dormir avec son chien couché sur la descente de lit.

    Comme petit soumis n’a jamais râlé

    Comme petit soumis n’a rien demandé

    Comme petit soumis n’a jamais loupé un rendez-vous

    Comme petit soumis n’a jamais tenté de toucher sa Maîtresse

    Maîtresse Dana l’a pris en soumission et pour fêter ça, elle lui a retiré sa cage de chasteté puis accordé un facesetting et le droit de se caresser sous ses yeux pendant qu’il la léchait avec passion.

    Depuis cette date il habite une cage dans un immeuble à l’angle de la rue de Rivoli et du Boulevard Sébastopol. Elle le fait parfois sortir de sa cage la nuit mais ça c’est une autre histoire.

    Ecrivaillon

    Rencontres BDSM

    Boutique BDSM

    Forum BDSM

    Articles récits photos fétichiste du pied féminin

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique