• Selfbondage sa copine soumise lui vole les clés

    Selfbondage sa copine soumise lui vole les clés


    selfbondage_03.jpg

    Marie aime le BDSM, le bondage et le sexe mais elle aime par-dessus tout être attachée et les rapports musclés. Les discussions d'hier soir autour de la table avec leurs amis l'ont mise dans un état de surexcitation que son époux n'a pas apaisé sous la couette.

    Par ce bel après-midi du mois de juillet, Paul travaille au bureau, leurs amis sont partis faire du bateau. Pendant ce temps, Marie enflamme ses neurones en regardant les vidéos BDSM puis "abuse" sur Fessestivites. Au hasard de ses clics, elle a découvert la rubrique selfbondage, avec des idées, des astuces, des trucs, des histoires érotiques puis des vidéos de selfondage. Elle a déjà pratiqué en l'absence de son mari.

    Le risque l'excite, la peur aussi quand il lui bande les yeux pour lui faire des choses, le fait de ne pas voir, de ne pas savoir la fait mouiller comme une fontaine. Il faut dire qu'elle est généreuse de ce côté là. L'idée lui vient de se faire un petit selfbondage avant de s'envoyer en l'air avec le magic wand, son deuxième copain......

    Elle fonce aussitôt dans leur chambre pour prendre les outils nécessaires dans leur caisse à jouets de coquins, à savoir, des menottes de chevilles, des menottes pour ses poignets puis son bon ami le magic wand.

    Extrêmement attirée par le risque, Marie va déposer les clés des menottes dans la chambre d'amis, avant de revenir au salon pour réaliser un selfbondage simple, mais, qui l'obligera à traverser la maison pour se libérer.

    Dans sa précipitation, elle s'est trompée de menottes, elle a pris les deux paires de menottes de police vendue en promo 30 euros les deux paires sur ABCplaisir

    http://www.abcplaisir.com/store/BDSM/109-Menottes-poignets-en-metal

    Elle se rend compte de son erreur lorsqu'elle entreprend de les poser sur ses chevilles, mais, plutôt que d'aller prendre les bonnes, elle décide de continuer. Dans un premier temps, ses chevilles étant assez fines, cela fonctionne. A la suite de quoi, elle croise l'autre paire de menottes avant de les poser sur ses poignets.

    Comme à chaque fois qu'elle fait du selfbondage, les clics des menottes sont une douce et très excitante mélodie pour ses oreilles de coquine. Pour le plaisir, elle commence à tirer sur ses entraves de métal comme pour se défendre d'un violeur sadique ou de son Maître d'Amour décidé à abuser d'elle. Marie roule sur le coté, se met sur le ventre, lève les fesses pour les mettre à la merci d'un amant prêt à la défoncer.

    Ces moments de délires fantasmagoriques sont pour Marie un véritable espace de plaisir, si un doigt coquin s'aventurait entre ses cuisses il y trouverait un marécage tant elle s'envole. La sagesse étant de rigueur quand même, elle entreprend de descendre du canapé pour marcher à petits pas jusqu'à la chambre d'amis afin de récupérer les clés. Et là surprise ! ! !
    Le fait qu'elle se soit trompée de menottes, ne lui laisse pas l'amplitude de mouvements habituels. Peu importe, elle en a vue d'autres dans ses aventures solitaires. Elle se couche sur la moquette du salon pour se mettre à ramper comme un vers de terre sauf que, la moquette brûle si l'on s'y frotte. "Merde" pense aussitôt Marie, "cela risque d'être plus long que prévu et je risque de me faire surprendre".

    A force de prudentes reptations, elle arrive enfin au couloir qu'elle a ciré la veille histoire que la maison soit nickel quand leur amis arriveraient. Elle s'acharne contre la cire innocente qu'elle griffe avec les menottes mais avance tant bien que mal. En nage, Marie s'accorde une pause de quelques minutes avant de reprendre ses reptations car le couloir n'est pas assez large pour rouler sur elle même.

    Arrivée à la chambre, la problématique de la moquette se pose à nouveau.
    Elle rampe avec précaution quand soudain elle entend des voix dans la maison. "Oh merde" pense Marie, "je suis mal mais c'est encore jouable" . Avec ses pieds, elle pousse la porte avant d'essayer d'attraper les clés posées sur le meuble. Mais malheureusement les chaînes des menottes ne lui permettent pas de les atteindre. En guise de solution, elle aperçoit les escarpins de son amie, en les tenant avec les dents elle devrait s'en sortir.


    selfbondage_14.jpg

    Lorsque la porte de la chambre s'ouvre, elle bondit de peur. Son amie dans un premier temps est très inquiète mais lorsque Marie lui demande de lui passer les clés qui sont sur la commode, elle comprend aussitôt.

    - Tu t'attaches toute seule maintenant ?

    - Tu poses trop de questions, donnes-moi les clés.

    - Tu m'offres quoi en échange ?

    - Va te faire foutre, donne-moi les clés.

    - Tu me parles trop mal, il faut que je réfléchisse ! Lui indique son amie en jouant avec les clés au dessus du visage de Marie. Oh les beaux lolos, que voilà, rajoute-t-elle avec un sourire sadique en lui malaxant les seins, bien accessibles, j'ai bien envie de jouer avec moi !

    - Salopeeeeeeeeee libère-moi !

    - Non, tu es trop méchante. Je les emmènes avec moi au salon tu n'auras qu'à venir les chercher.

    EPILOGUE

    Marie est bien arrivée au salon, en échange d'un bisou sur chaque chaussure de son amie, elle a obtenue les clés et s'est libérée mais la solidarité entre soumises étant connue, le secret ne dura pas plus que le temps de l'apéro du soir.

    Ecrivaillon


    La vidéo de ce selfbondage est ici


    Les photos de ce selfbondage sont ici


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :