• L'histoire réelle de ma cage de chasteté masturbatoire

    Témoignage de TSM


    AVIS AUX LECTEURS

    Tout est dit sans pudeur, rien n'est inventé.


    Aussi loin que remonte ma mémoire, je me suis toujours masturbé. Pour moi, la masturbation est aussi naturelle que boire, manger. Elle n'est absolument pas incompatible avec l'amour et le désir que j'éprouve pour ma douce moitié. En général, je me masturbe de manière régulière pour soulager une tension ou pour combler une très grosse pulsion ou si dans la journée mon esprit m'a emmené vers des fantasmes ou des situations excitantes.  

    Quand j'ai une grosse envie physique je ne pense plus qu'à soulager ce désir qui m'obsède. Si la masturbation permet de calmer cette tension psychologique elle me permet aussi de laisser aller mon imaginaire à des fantasmes que je sais que je réaliserai peut-être car que serait un fantasme s'il n'y avait pas la tentation d'y succomber ?

    Selon les époques de ma vie, je me suis masturbé différemment. En d'autres temps la manière différait selon la pulsion et mes fantasmes. Je n'hésitais pas à mettre en scène mes petits délires pour me faire vibrer plus longuement et pour décupler la puissance de ma jouissance. Quand je fantasmais sur la féminisation, j'empruntais des sous-vêtements à ma femme, quand je fantasmais sur des contraintes et du viol, je pratiquais l'auto-bondage qui me permettait d'atteindre des sommets d'excitation. Puis un jour, j'ai découvert la cage de chasteté.

    La cage de chasteté m'a permis de jouer avec la frustration puis de goûter aux effets diaboliques de la crise du logement pour mon sexe comprimé dans un tube. J'ai donc avec pudeur commencé l'auto encagement mais ma chasteté volontaire a très vite été confrontée à ma volonté ! J'ai donc pendant un bref passage de ma vie de célibataire, commencé à imaginer des astuces comme m'adresser les clés en RAR par la poste un samedi matin pour ne pouvoir les récupérer que le lundi voire le mardi. Pendant ces périodes d'auto chasteté, j'avoue m'être offert des délires érotiques complètement fous qui m'ont conduit à des seuils d'excitation d'une puissance insoupçonnable. C'était si fort et si bon, que je surfais et regardais des vidéos érotiques pour entretenir ces plaisirs. Mes doigts titillaient mes tétons ou mes mains caressent ma poitrine franchement, l'excitation physique et l'imagination s'emportaient mutuellement et se concurrençaient à qui mieux mieux. Je me suis surpris à m'agiter des fesses sur ma chaise comme une « chatte en chaleur » et croyez-moi, cette expression n'est ni vulgaire, ni pornographique, ni exagérée. Je devais fou sous cette excitation, cette tension aussi physique que psychologique qui m'obsédait au sens propre du terme.

    L'auto-chasteté manquait cruellement de saveur  pour deux raisons. La première est que dès que j'avais la clé, j'étais obnubilé par le besoin de faire tomber la pression et n'obtenais que quelques instants de plaisir, la deuxième c'est que sans Amour avec un grand A, il manque quelque chose de primordial pour moi.

    Quelques temps plus tard, j'ai rencontré une femme joueuse, très ouverte à de multiples formes de sexualité qui n'a pas été choquée par le contenu de ma caisse à « jouet » pour adulte ni par ma cage de chasteté. Sa vision sur la masturbation quand à elle était tout autre ! Pour elle il était inconcevable qu'un « mec » se branle alors qu'il a une femme. J'ai eu beau lui expliquer que cette pratique ne remettait pas en cause quoi que ce soit dans notre couple et que cela n'était absolument pas incompatible avec les rapports sexuels, elle était à la fois furieuse et réellement déçue d'apprendre qu'il m'arrivait de me masturber. A ses yeux, pour un célibataire c'est normal, pour un homme en couple c'est qu'il y a un grave problème !

    De fait, la cage de chasteté lui est apparue un moyen de « soigner » le pervers  OUF OUF OUF ! Pourquoi écrire « ouf » dans mon témoignage alors que j'écrivais précédemment que la cage de chasteté génère de sublimes et diaboliques plaisirs ?

    Si j'ai toujours fantasmé sur les rapports domination soumission, je savais pertinemment que j'allais y plonger totalement car j'ai la faiblesse de ne pouvoir résister à la tentation de réaliser un fantasme.

    Au début, ce n'était qu'un jeu qui nous a follement amusé tous les deux, elle me faisait porter la cage de chasteté et s'amusait à m'exciter ce qui nous a conduits à passer beaucoup de temps à faire l'amour très fréquemment au lit ou ailleurs. Il est tout aussi fréquent que de jeunes couples fassent souvent l'Amour que leurs rapports s'espacent avec le temps et les soucis professionnels ou autres. De fait, mes périodes de chasteté ont progressivement commencé à s'allonger. 

    Au fur et à mesure, comme disait la fermière, que mes périodes de chasteté s'allongeaient je devenais fous d'Amour et d'excitations. Lorsque j'étais submergé par une envie physique et le besoin, dans des moments de solitude, je baissais mon slip, j'écartais les jambes et j'agitais la cage comme un malade mental qui s'est échappé de l'asile psychiatrique.

    Lorsque la pression monte de trop, je la faisais redescendre en plongeant des accessoires dans mon anus puis m'agitais sur ma chaise pour leur faire faire de petits allers-retours pendant que mes mains s'occupaient de ma poitrine et l'autre j'agitais la cage dans la zone basse. J'ai atteints des moments de nirvana ainsi qui me permettaient de faire descendre la pression.

    Avec ces pratiques il m'est parfois arrivé d'atteindre l'orgasme après sept à dix jours d'abstinence. Cette jouissance bizarre avec la verge comprimée me laissait comme ivre mais lors de la redescente des nuages je me sentais frustré et « con », excusez-moi l'expression car l'excitation retombée tout ce que je venais de faire me paraissait idiot.

    Pourquoi idiot si c'était bon ?

    Parce qu'il faut quelques temps avant que la frustration rende le port de la cage de chasteté agréable. En effet, porter cet accessoire 24/24 représente quelques gênes et inconvénients. La nuit, un homme a souvent des érections. Si elles sont anodines en temps normal, dans la cage, cela prend une autre dimension. La façon la plus simple d'apaiser (un peu) les effets de cette érection est d'aller faire pipi. A cela se rajoute l'irritation qu'il faut gérer avec des pommades. Si on arrive à l'oublier dans la journée, lorsque l'on s'assoie ou monte des escaliers, la cage se rappelle à vous sans crier « garde ».

    L'impact psychologique de la cage de chasteté est bien réel, le comportement en est affecté. Un rien vous excite et l'intensité des sentiments éprouvés se décuple. Certaines femmes disent avoir constaté que l'homme est plus attentif, plus gentils, plus amoureux, c'est aussi mon impression.

    L'impact physique de la cage de chasteté est bien réel on est beaucoup plus sensible physiquement. Je sais, il y a répétition, mais je l'a laisse car c'est effectivement très physique. Même sans érotisme, la moindre caresse fait monter l'excitation.

    Attention aux dérives dans le couple

    Si le désir de l'homme est décuplé, celui de la femme ne l'est pas forcément. Laisser un homme encagé sans lui faire ou le laisser faire quelques câlins affectifs est générateur de tensions.

    La femme risque de vouloir profiter de la gentillesse et des multiples attentions de son conjoint, attention aux dérives. Ne confondez pas jeux de chasteté et esclavage, car la dérive peut avoir des conséquences néfastes sur le couple.

    Si vos jeux de chasteté dérivent sur une relation Ds (domination soumission) ou même sado maso, cela peut être génial et sublime pour les deux, mais surtout, prenez garde à votre couple et faites des pauses dans les rapports Ds qui sont à très HAUTS RISQUES s'ils sont permanents.

    ................................

    Mon couple précédent a explosé, aujourd'hui je suis heureux de vivre des relations Ds et SM avec une femme adorable, mais nous ne pratiquons aucun jeu dans la durée au sens propre du terme.

    Chastement vôtre

    TSM

    http://tsm-textes.over-blog.com/
    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique